YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

48 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Mangas

Saint Seiya, Saintia Sho (T2)
Masami Kurumada & Chimaki Kuori
Kurokawa

Alors qu’elle aurait dû être le réceptacle d’Eris, la déesse de la discorde, Shoko a vu sa sœur Kyoko se sacrifier à sa place. La jeune fille ne peut accepter de l’abandonner à ce sinistre sort et décide de devenir une protectrice d’Athéna, une Saintia. Seulement, elle est encore bien incapable de revêtir une armure sacrée. Toutefois, comme le temps joue contre eux, Athéna décide de l’envoyer auprès d’un maître capable de lui enseigner en accélérer les rudiments pour être une Saintia. Ce maître a aussi l’avantage de résider au Japon, le trajet sera donc rapide, toutefois Mii est loin d’être certaine que Shoko soit celle qui pourra revêtir l’armure du petit cheval à la place de sa sœur. En tout cas, c’est très confiante en elle que Shoko commence l’ascension de l’escalier de pierre qui doit la mener là où réside ce fameux maître. Pendant ce temps, un des jeunes garçons partis conquérir les armures sacrées est enfin revenu pour participer aux guerres galactiques. Il s’agit de Jabu, le Saint de bronze de la Licorne.


Alors qu’elle gravit d’interminables marches, Shoko rencontre deux jeunes garçons qui se disent être les disciples de ce fameux maître qu’elle recherche. Toutefois, quand elle leur dit être venue sur les ordres d’Athéna, aucun des deux ne parvient à la croire. Il faut dire que les réponses de la jeunes filles sont floues et contradictoires. Comment peut-elle dire être une protégée d’Athéna sans connaitre le Sanctuaire, alors que la déesse y réside, secondée par le Grand Pope ? Alors pour donner une bonne leçon à cette petite présomptueuse, Shinato et Mirai lui dérobent la boite d’armure qu’elle porte, toutefois, Mirai ne dose pas bien ses coups et il lui fait dévaler tous les escaliers deux fois. Certains que la seconde est la bonne, ils repartent auprès de leur maître. Seulement, Shoko a une mission : elle doit sauver sa soeur. Et pour cela elle n’a pas le droit de renoncer. Devant tant d’abnégation, le maître des deux garçons accepte de la recevoir. Si Shoko est décidée à devenir une Saintia, elle porte aussi en elle les graines d’Eris et pour cela, elle est dangereuse...

JPEG - 39.3 ko

Après une présentation des Saintias dans le tome 1 de “Saint Seiya, Saintia Sho”, Kurumada et Kuori bouclent sur la saga principale. Toutefois, les deux mangakas n’hésitent pas à prendre quelques libertés sur le passé d’Athéna. Grace à l’arrivée de Jabu, nous savons maintenant exactement quand nous situer dans la saga. Les deux jeunes disciples avaient commencé à nous faire douter en étant surpris qu’Athéna ne soit pas au Sanctuaire. Nous voici donc en réalité juste avant la saga culte, avant les guerres galactiques où s’affronteront les Saints de Bronze. Toutefois, en ayant conscient d’être la réincarnation d’Athéna, pourquoi Saori choisit-elle d’organiser ce tournoi, qui n’est en fait que l’excuse pour lui révéler sa nature divine ? On se retrouve avec un mixte entre la saga et le récent film qui a retravaillé le déroulé de la saga. Mais soit, on peut comprendre que Kurokawa souhaite toiletter les fondements de sa saga, même si cela crée des incohérences qui sauteront aux yeux des fans de la première heure.

Passé cette surprise, le duo de mangaka revient à du grand classique : l’entrainement des Saints. Et cela commence plutôt de belle façon, avec la rencontre entre Shoko et les deux disciples, et surtout un maître, ou plutôt une maîtresse, totalement atypique pour la saga puisque celle-ci est non seulement aveugle mais en fauteuil roulant. Elle va nous rappeler que l’importance réside dans le cosmos et non les apparences. Graphiquement, elle est vraiment intéressante, avec des capacités multiples. Toutefois, nous ne saurons pas quelle est son signe, ni si elle est une Saintia ou un Saint féminin comme la saga originale nous en avait présenté. Toutefois, cette entrainement sera assez frustrant car Eris va refaire des siennes et nous n’aurons pas le plaisir de voir Shoko beaucoup suer pour devenir une Saintia. On peut même se demander si ce titre n’est pas un peu galvaudé quand on voit par quels calvaires passaient les garçons. On arrive rapidement à une première confrontation entre les Saintias et les guerriers d’Eris, en particulier les dryades et leur fane. Pour le moment, les armures de ces dernières sont plutôt banales, voir peu élégante. Chimaki Kuori est resté assez fidèle à la représentation d’Eris du film, tout en la modernisant un peu. Le travail est plus important sur les dryades et les guerriers d’Eris qui ne peuvent reprendre les armures un peu bas de gamme du film.

Difficile de savoir où veut en venir le duo de mangaka. Avec 4 tomes déjà sortis, on est au moins sûr qu’il n’y aura pas une fin abrupte au troisième tome. A suivre donc.


Saint Seiya, Saintia Sho (T2)
- Auteur : Masami Kurumada et Chimaki Kuori
- Traducteur  : Xavière Daumarie
- Éditeur français : Kurokawa
- Format : 128 x 182, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 176 pages
- Date de parution : 9 avril 2015
- Numérotation ISBN : 9782-368-52130-5
- Prix : 7,65 €


A lire sur la Yozone :
Saint Seiya, la série culte
Saint Seiya, édition Deluxe (T1)
Saint Seiya, édition Deluxe (T2)
Saint Seiya, édition Deluxe (T3)
Saint Seiya, édition Deluxe (T4)
Saint Seiya, édition Deluxe (T5)
Saint Seiya, édition Deluxe (T6)
Saint Seiya, édition Deluxe (T7)
Saint Seiya, édition Deluxe (T8)
Saint Seiya, édition Deluxe (T9)
Saint Seiya, édition Deluxe (T10)
Saint Seiya, édition Deluxe (T11)
Saint Seiya, édition Deluxe (T12)
Saint Seiya, édition Deluxe (T13)
Saint Seiya, édition Deluxe (T14)
Saint Seiya, édition Deluxe (T15)
Saint Seiya, édition Deluxe (T16)

Saint Seiya, The Lost Canvas (T1 à 3)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T4)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T5)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T6)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T7)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T8)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T9)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T10)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T11)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T12)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T13)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T14)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T15)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T16)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T17)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T18)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T19)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T20)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T21)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T22)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T23)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T24)
Saint Seiya, The Lost Canvas (T25)
Saint Seiya, The Lost Canvas Chronicles (T1)
Saint Seiya, The Lost Canvas Chronicles (T2)
Saint Seiya, The Lost Canvas Chronicles (T3)
Saint Seiya, The Lost Canvas Chronicles (T4)
Saint Seiya, The Lost Canvas Chronicles (T5)
Saint Seiya, The Lost Canvas Chronicles (T6)
Saint Seiya, The Lost Canvas Chronicles (T7)

Saint Seiya, Saintia Sho (T1)


© Edition Kurokawa - Tous droits réservés



Frédéric Leray
24 mai 2015







JPEG - 35.8 ko



JPEG - 29.6 ko



JPEG - 34.6 ko



JPEG - 25 ko