YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Black Butler (T21 et 22)
Yana Toboso
Dark Kana

Ciel et Sebastian ont révélé la vérité à Sarivan. Elle n’est pas une sorcière mais une chimiste de génie ayant perfectionné un gaz mortel pour obtenir l’arme parfaite sans le moindre remède : le gaz sarin. Et les loups-garous sont en fait des soldats de l’armée allemande, ainsi que les villageoises, de redoutables officiers femmes. Seulement, Ciel ne peut plus leur laisser la jeune fille. Il doit impérativement la ramener en Angleterre pour la mettre au service de la reine et de personne d’autre. Toutefois avant cela, il ordonne à Sebastian de faire le ménage et de ne laisser aucune trace des travaux de Sarivan, peu importe la méthode, voire même si elle était démoniaque, ce serait encore meilleur. Qu’à cela ne tienne, Sebastian ne peut refuser un massacre à son maître, même s’il aurait préféré une méthode plus stylée car au final, il est surtout un diable de majordome. Seulement, l’armée allemande a en réserve une autre arme de destruction massive, démontrant sa grande avance technique.



Wolfram a voué sa vie à protéger la sorcière verte. Certes, au début ce n’était qu’une mission qu’il estimait indigne de lui. Wolfram est une machine de guerre, un enfant élevé pour devenir une arme de chair et de sang. Alors devoir perdre son temps à jouer la comédie à une fillette n’était pas vraiment ce qu’il avait en tête comme mission vitale pour l’empire. Mais le soldat est tombé sous le charme innocent de cette enfant et il est réellement devenu le majordome de Sarivan. Alors quand il découvre que l’armée allemande a choisi de supprimer la jeune fille plutôt que de la laisser entre les mains des espions anglais, il ne peut les regarder faire et décide de trahir l’empire plutôt que sa maîtresse. Un geste que ne peut qu’apprécier Ciel. Grâce à Dietrich, un ami de longue date de la famille Phantomhive, Ciel et ses serviteurs sont parvenus à monter dans un train providentiel, leur permettant d’échapper à la nouvelle arme teutonne. Le jeune comte aura bien des informations à donner à la reine. Mais avant cela, il leur faut rejoindre Londres, et surtout transformer une sorcière en lady.

JPEG - 81.4 ko

Après le lot de révélations du tome 20, le lecteur n’attendait pas grand chose de plus sur l’aventure allemande de Ciel et de son diable de majordome, mais Yana Toboso allait jouer avec nos nerfs et faire durer le petit séjour en forêt. Pourtant, tout commençait par un massacre logique des pseudo loups-garous par un Sebastian poussé à faire preuve de sadisme par un Ciel assoiffé de vengeance après avoir failli mourir, tué par du gaz moutarde. En fait, le mangaka nous donnait un petit avant-goût d’une guerre mondiale qui ne se déclencherait que plus de dix ans plus tard. Mais Yana Toboso allait faire également preuve d’un grand modernisme car les femmes du village s’avèrent être des officiers de l’armée allemande. Difficile à imaginer à cette époque où la femme était loin d’être acceptée dans des carrières comme celles-ci. Mais ces guerrières montreront une férocité et une absence totale de compassion dépassant l’imaginable, au point de faire douter Wolfram sur la justesse de sa cause. Ce super soldat s’avérera avoir une vraie conscience au point de devenir un majordome d’exception. En tout cas, la seule surprise de ce tome sera la petite invention technique qui est cette fois assez réaliste. Nous aurons en prime un petite interlude avec un groupe de shinigamis.

Si le tome 21 était sans grande surprise mais avec au moins tous les atouts de la série, le tome 22 va s’avérer particulièrement décevant. Bon, j’avoue que le côté « My Fair Lady » de la série n’est vraiment pas celui qui m’attire le plus. Ce tome est en fait l’éducation de Sarivan pour en faire une vraie lady capable de se tenir face à la reine. Bien évidemment, Yana Toboso va jouer sur le côté un peu sauvageon de la demoiselle, sur les faiblesses en anglais de Wolfram et sur un côté humain surprenant de Sebastian qui va pousser Ciel à se montrer plus tolérant envers la demoiselle. Vous l’aurez compris, il ne va strictement rien se passer d’intéressant. Cet épisode ressemble plus à un gain de temps avant de se tourner vers une nouvelle aventure de nos héros. Le nombre de pages étant tellement insuffisant, le mangaka va aller jusqu’à nous faire un petit délire avec la nomination des personnages les plus aimés du public pour commémorer le centième chapitre de la série.

Soyons franc, ces deux tomes ne resteront pas dans les annales de la série. Vivement la prochaine aventure du diable de majordome.


Black Butler (T21 et 22)
- Auteur : Yana Toboso
- Traducteur  : Pascal Simon
- Éditeur français : Kana
- Collection : Dark
- Format : 127 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 178 pages
- Date de parution : 5 février et 26 août 2016
- Numéro ISBN : 9782505065456 ; 9782505066132
- Prix : 6,85 €


A lire sur la Yozone :
Black Butler (T1 et 2)
Black Butler (T3 et 4)
Black Butler (T5)
Black Butler (T6)
Black Butler (T7)
Black Butler (T8)
Black Butler (T9)
Black Butler (T10)
Black Butler (T11)
Black Butler (T12)
Black Butler (T13)
Black Butler (T14)
Black Butler (T15)
Black Butler (T16)
Black Butler (T17)
Black Butler (T18)
Black Butler (T19 et 20)


© Yana Toboso / SQUARE ENIX


Frédéric Leray
28 décembre 2016






JPEG - 51.7 ko



JPEG - 28.1 ko



JPEG - 32.9 ko



JPEG - 46.8 ko



JPEG - 27.4 ko



JPEG - 30.8 ko



WebAnalytics