YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Black Butler (T12)
Yana Toboso
Dark Kana

La rumeur sur ces cadavres ramenés à la vie était donc vraie. Et ces créatures semblent quasiment immortelles : la seule façon d’en venir à bout est de leur réduire en bouillie le cerveau. Pour Sebastian, c’est un magnifique carnage en perspective, mais pour Ciel, il faut impérativement sécuriser le navire. Seulement, d’autres êtres sont bien décidés à mettre fin à l’existence de ces aberrations. C’est ainsi que déboule un shinigami armé de sa bonne vieille... tondeuse à gazon : Ronald Knox. Sa mission est de rétablir l’ordre des choses mais en se retrouvant face à Sebastian, le shinigami apprécie guère qu’un démon soit aussi de la partie et décide d’en découdre avec le majordome, obligeant Ciel à fuir pour avertir les autres passagers.



Dans sa course effrénée, Ciel tombe sur Lizzy au détour d’un couloir. Devoir trouver un moyen d’éliminer les zombies du navire et protéger Lizzy en même temps n’était vraiment pas au programme du jeune Lord. En tout cas, l’aide de Snake est loin d’être négligeable surtout qu’une mauvaise surprise attend Ciel dans les cales du navire : ces dernières sont remplies de cercueils commençant à s’ouvrir. Très vite débordés par les zombies, avec des serpents peu efficaces pour les retenir, Ciel se voit de nouveau obligé de faire appel à Sebastian pour s’en sortir. Un bain de sang s’en suivra, faisant remonter des souvenirs que Ciel pensait avoir enfouis définitivement dans son esprit, les souvenirs de cette sinistre période où il était kidnappé...

JPEG - 61.8 ko

Ce tome 12 de « Black Butler » va vraiment s’attaquer à toute une palette de références cinématographiques pour en tirer une parodie dans la lignée du délire habituel de la série. Cela faisait toutefois longtemps que Yana Toboso ne s’était pas totalement lâché, avec ce grand n’importe quoi dont on raffolait au début du manga. La première référence est clairement ces bons vieux films de George Romero. Le côté « Frankenstein » du tome 11 disparaît totalement avec l’armée de morts vivants qui commencent à peupler le navire. Le design de ces zombies est un mixte plutôt bien fait entre les morts vivants disons classiques et la créature de Frankenstein, un vrai régal. On sent aussi qu’entre la société Osiris et Umbrella Corp, la frontière parait bien maigre et je la franchis allègrement... Hop. Cette partie est clairement un petit régal pour tous les inconditionnels de la série.

La deuxième référence majeur est « Titanic »... Non, je ne me moque pas. Et Yana Toboso ne fait pas du tout dans la dentelle côté parodie, surtout avec l’arrivée de Grell Sutcliff. On ne pourra échapper à la version très personnelle du couple Di Caprio/Winslet. On s’attend même à entendre la cauchemardesque chanson de Céline Dion en regardant la planche. Oui, nous sommes nombreux à avoir des réactions allergiques à l’écoute des premières notes de « My Heart Will Go On ». Le traumatisme est toujours présent, mais imaginez Céline décapitée par la tronçonneuse de Grell et soudain, la partie de massacre zombiesque prend une tout autre épaisseur... mais je m’égare... Pas tant que cela car finalement, le lecteur participe aussi à sa manière à la folie furieuse de ce tome. Entre l’iceberg et les zombies, comme on aimerait avoir une nouvelle version de « Titanic » croisé avec « Resident Evil »... mais ce n’est qu’un rêve....

Que le « Black Butler » a presque rendu réalité. En tout cas, ce tome 12 est un petit bijou qui nous montre que la série a encore de beaux jours devant elle.


Black Butler (T12)
- Auteur : Yana Toboso
- Traducteur  : Pascal Simon
- Éditeur français : Kana
- Collection : Dark
- Format : 127 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 178 pages
- Date de parution : 1er février 2013
- Numéro ISBN : 9782505016854
- Prix : 6,85 €


A lire sur la Yozone :
Black Butler (T1 et 2)
Black Butler (T3 et 4)
Black Butler (T5)
Black Butler (T6)
Black Butler (T7)
Black Butler (T8)
Black Butler (T9)
Black Butler (T10)
Black Butler (T11)


© Edition Kana - Tous droits réservés


Frédéric Leray
31 mars 2013






JPEG - 24 ko



JPEG - 32.9 ko



JPEG - 26.3 ko



JPEG - 27.8 ko



WebAnalytics