Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Saint Seiya, édition Deluxe (T22)
Masami Kurumada
Kana

Les Saints de Bronze ont atteint les Champs Elysées, mais le dieu de la mort Thanatos leur barre la route vers le temple d’Hadès. Toutefois, un élément extérieur vient perturber leur affrontement : les armures d’Or viennent remplacer celles de Bronze détruite par le dieu. En recherchant l’origine du cosmos s’interposant dans son combat, Thanatos découvre qu’il s’agit de Poséidon. Le dieu des mers a repris pour quelques instant le contrôle du corps de Julian ce qui lui a permis de faire parvenir les armures d’or jusqu’au Meikai. Toutefois, le scellé d’Athéna ne lui permet guère plus, laissant à nouveau l’avenir de l’humanité entre les mains des Saints de Bronze. Malheureusement pour eux, même les armures d’Or ne font pas le poids face à la puissance d’un dieu et le désespoir commence à envahir le cœur de Seiya et de ses amis. Mais le cosmos d’Athéna le recouvre soudain, lui rappelant que tant qu’il sera en vie, aucun combat ne sera jamais perdu.



Les mots d’Athéna et l’appel de sa sœur Seika ont redonné une force nouvelle à Seiya qui provoque un véritable miracle. Grâce au sang d’Athéna, ce qui fut une armure de Bronze devient soudainement une magnifique armure divine de Pégase, une armure capable de défier les Kamui, les armures des dieux. Si Hypnos prend conscience de la transformation, Thanatos ne peut admettre que son adversaire ait pu changer au point de pouvoir le surpasser, lui un dieu. Seulement en sous-estimant la volonté de Seiya, Thanatos a fait une erreur fatale et le dieu finit par tomber sous l’attaque du Saint de Bronze. Seiya ne compte pas perdre plus de temps, il doit atteindre la jarre où est emprisonnée Athéna et la délivrer avant qu’elle se soit vidée de tout son sang. Alors qu’Hypnos tente de l’arrêter, Ikki s’interpose... un bref instant. Toutefois, Hypnos n’a guère le temps de s’occuper de Phénix que Shun se mêle également de son combat et ce n’est pas un simple Saint de Bronze qui se dresse de nouveau face à lui, mais un Saint revêtu de l’armure divine d’Andromède.

JPEG - 114.5 ko

22ème et dernier tome de la saga culte de Masami Kurumada. Bien sûr suivront des préquelles, des séquelles et des « qu’est-ce que c’est que ce truc ??? ». Mais peu importe si la qualité du dessin était catastrophique dans les premiers tomes et assez irrégulière jusqu’à la fin, “Saint Seiya” a créé un style de héros en armures qui seront imités, copiés mais jamais égalés. Oui le scénario de ce dernier tome tient sur une seule page, Masami Kurumada faisant durer ses derniers combats à loisir, mais il démontre surtout qu’il était capable de créer des armures d’une incroyable finesse et très détaillées. Il nous avait déjà alléché avec celles d’Hypnos et Thanatos, les deux dieux manœuvrant en secret Hadès. Ce n’était d’ailleurs pas la première fois comme nous le révélera le mangaka dans The Lost Canvas. Les deux dieux cherchent à contrôler le monde depuis les Champs Élysées, faisant des humains leurs marionnettes. Mais encore une fois, les Saints de Bronze leur barreront la route. Hadès lui-même fait référence à la précédente guerre sainte en comparant Seiya à son prédécesseur. Le combat contre les dieux jumeaux ne sera que intermède avant l’arrivée tant attendue d’Hadès. Cet affrontement aura aussi comme objet d’éveiller les Saints de Bronze à une nature semi divine qui leur permettra de transformer leur armure en armure divine.

Il faut bien reconnaître que Kurumada s’est vraiment penché sérieusement sur le design de ces armures ultimes, rivalisant avec celles des dieux. Leur ciselure n’a rien à envier à la version animé. Et que dire de l’armure d’Hadès vraiment impressionnante, avec ses paires multiples d’ailes pour rappeler son statut de dieu. Celle d’Athéna apparaît alors massive, brute devant l’élégance du Kamui d’Hadès. Saori semble engoncée dans l’armure alors que Hadès est libre de tous ses mouvements. On peut noter également que si les Saints ne peuvent combattre armés, les dieux ne se brident pas avec ce genre de considération. Poséidon avait son trident, Odin et Hadès ont une épée et Athéna a non seulement son sceptre représentant la déesse de la victoire mais également un bouclier. Certes, Athéna se battra surtout en se protégeant avec son bouclier mais elle n’hésitera pas à faire usage de son sceptre pour vaincre Hadès.

La conclusion de la saga restait délibérément floue, laissant à Masami Kurumada la possibilité d’y revenir pour une suite qu’il réalisera avec les version Gold et Oméga de sa saga.


Saint Seiya, édition Deluxe (T22)
- Auteur : Masami Kurumada
- Traducteur : Thibaud Desbief
- Éditeur français : Kana
- Collection : Big Kana
- Format : 145 x 210, noir et blanc - sens de lecture original
- Nombre de pages : 208 pages
- Date de parution : 3 juillet 2015
- ISBN : 9782505063353
- Prix : 9,25 €


A lire sur la Yozone  :
Saint Seiya, la série culte
Saint Seiya, édition Deluxe (T1)
Saint Seiya, édition Deluxe (T2)
Saint Seiya, édition Deluxe (T3)
Saint Seiya, édition Deluxe (T4)
Saint Seiya, édition Deluxe (T5)
Saint Seiya, édition Deluxe (T6)
Saint Seiya, édition Deluxe (T7)
Saint Seiya, édition Deluxe (T8)
Saint Seiya, édition Deluxe (T9)
Saint Seiya, édition Deluxe (T10)
Saint Seiya, édition Deluxe (T11)
Saint Seiya, édition Deluxe (T12)
Saint Seiya, édition Deluxe (T13)
Saint Seiya, édition Deluxe (T14)
Saint Seiya, édition Deluxe (T15)
Saint Seiya, édition Deluxe (T16)
Saint Seiya, édition Deluxe (T17)
Saint Seiya, édition Deluxe (T18)
Saint Seiya, édition Deluxe (T19)
Saint Seiya, édition Deluxe (T20)
Saint Seiya, édition Deluxe (T21)


SAINT SEIYA –ULTIMATE EDITION- © 1985 BY MASAMI KURUMADA / SHUEISHA Inc.
© Edition Kana - Tous droits réservés


Frédéric Leray
5 novembre 2017






JPEG - 37.2 ko



JPEG - 40.7 ko



JPEG - 36.9 ko



JPEG - 39.9 ko



WebAnalytics