YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Saint Seiya, édition Deluxe (T19)
Masami Kurumada
Kana

Orphée a découvert la trahison de Pharaoh. Ce dernier s’est joué de lui, le trompant avec une fausse lumière du jour par un jeu de miroir. Contrairement à ce qu’il croyait, le Saint d’Argent n’a pas provoqué la transformation d’Eurydice. Conscient de son erreur, Orphée doit maintenant se montrer digne de l’armure qu’il porte, il est temps de redevenir ce Saint d’Argent respecté de tous et non plus ce pantin aux ordres d’Hadès. Mais le spectre ne compte pas lui en laisser le temps et la première attaque de Pharaoh consistera à couper la principale corde de la lyre d’Orphée, le rendant à la merci de sa Balance of Curse, ce coup permettant de juger le poids des péchés de son adversaire en pesant son cœur. Mais contre toute attente, c’est le cœur de Pharaoh qui s’arrache de son corps pour être pesé.



Orphée s’est débarrassé de Pharaoh, mais le temps presse. Une chance leur est offerte d’approcher Hadès au plus près puisque aujourd’hui, Orphée doit jouer de la lyre pour le dieu des enfers. Cachant Shun et Seiya dans un coffre, le Saint d’Argent part pour le Giudecca. Toutefois, le destin semble vouloir poser de nombreux obstacles devant Orphée. Non seulement Pandora se montre des plus méfiantes, plantant son trident à plusieurs reprises dans le coffre pour vérifier que personne ne s’y cache, mais les trois juges des Enfers viennent également écouter le récital du Saint sur les ordres de Pandora. Heureusement, le Death Trip Serenade d’Orphée endort la vigilance des trois Spectres, lui offrant la possibilité d’attaquer directement Hadès. En tout cas, c’est ce que croyait le Saint d’Argent, mais malheureusement Rhadamanthe est resté indifférent à sa musique et le spectre s’apprête à punir ce traître qui pensait pouvoir poser la main sur Hadès. C’est oublier un peu rapidement Seiya et Shun qui s’interposent alors entre le spectre et leur allié, permettant à Orphée d’approcher Hadès. Mais une surprise l’attend en découvrant le visage du dieu : ce dernier ressemble comme un jumeau au Saint d’Andromède.

JPEG - 71 ko

Ce tome 19 marque un nouveau tournant dans l’arc d’Hadès puisque le dieu des morts va enfin faire son apparition, avec une petite surprise en prime. Le tome s’ouvre évidemment sur le combat entre Orphée et Pharaoh. Ce sera un duel de musiciens : lyre contre koto. L’affrontement sera l’occasion de faire un petit détour par la mythologie égyptienne, Pharaoh utilisant comme coup spécial, un rituel du culte des morts, celui de la pesée du cœur d’un mort pour vérifier s’il est digne de rejoindre le paradis. Ce dernier se doit d’être plus léger qu’une plume, preuve que le défunt n’a pas de péchés à se reprocher. Mais Orphée va aussi montrer ses limites quand il se retrouvera face aux trois juges. L’apparition des deux comparses de Rhadamanthe est bien la preuve que le voyage de nos héros au cœur des enfers touche à sa fin, ou plutôt que leurs adversaires seront de moins en moins nombreux. D’ailleurs, les quelques spectres qui tenteront d’arrêter, Shiryu Hyoga et Kanon ne feront pas vraiment le poids. Les pouvoirs des trois juges seront mis à l’épreuve par le Saint d’Or, donnant lieu à un combat digne de ce nom même si les attaques de Eaque sont moins originales que celles de Minos.

L’apparition d’Hadès marque également le retour d’Ikki. Le lien entre le dieu de la mort et Shun ne pouvait qu’annoncer le retour du Saint du Phoenix. Ikki sera encore une fois digne de sa renommée, mettant à mal les juges des enfers. Mais cet épisode est surtout l’occasion de revenir sur le passé des deux frères et nous expliquer pourquoi Shun est ainsi lié au dieu des morts. Pour ceux qui sont des amateurs de la série télévisée, cet épisode rappellera un autre se déroulant durant l’affrontement entre Ikki et Shaka, ce dernier testant sa ferveur de grand frère. Encore une fois, Ikki enfant montrera à quel point il tient à son petit frère, alors bébé. Hadès nous révélera également quel avenir il réserve à la terre quand il en sera devenu maître. Un affrontement fratricide apparaît inévitable et sera au cœur du tome 20. Pour la petite histoire, Masami Kurumada place le palais d’Hadès dans le Giudecca, quatrième zone du neuvième cercle des Enfers où sont envoyés les traîtres à leurs bienfaiteurs. A noter que Lucifer est sensé siéger dans ce secteur selon “La Divine Comédie” de Dante. Kurumada a donc remplacé l’ange déchu, le symbole même du traître, Lucifer ayant trahi pas moins que Dieu en personne.

Ikki face à Hadès sous les traits de Shun : le duel au sommet du tome 20.


Saint Seiya, édition Deluxe (T19)
- Auteur : Masami Kurumada
- Traducteur : Thibaud Desbief
- Éditeur français : Kana
- Collection : Big Kana
- Format : 145 x 210, noir et blanc - sens de lecture original
- Nombre de pages : 232 pages
- Date de parution : 3 octobre 2014
- ISBN : 9782505061014
- Prix : 9,25 €


A lire sur la Yozone  :
Saint Seiya, la série culte
Saint Seiya, édition Deluxe (T1)
Saint Seiya, édition Deluxe (T2)
Saint Seiya, édition Deluxe (T3)
Saint Seiya, édition Deluxe (T4)
Saint Seiya, édition Deluxe (T5)
Saint Seiya, édition Deluxe (T6)
Saint Seiya, édition Deluxe (T7)
Saint Seiya, édition Deluxe (T8)
Saint Seiya, édition Deluxe (T9)
Saint Seiya, édition Deluxe (T10)
Saint Seiya, édition Deluxe (T11)
Saint Seiya, édition Deluxe (T12)
Saint Seiya, édition Deluxe (T13)
Saint Seiya, édition Deluxe (T14)
Saint Seiya, édition Deluxe (T15)
Saint Seiya, édition Deluxe (T16)
Saint Seiya, édition Deluxe (T17)
Saint Seiya, édition Deluxe (T18)


SAINT SEIYA –ULTIMATE EDITION- © 1985 BY MASAMI KURUMADA / SHUEISHA Inc.
© Edition Kana - Tous droits réservés


Frédéric Leray
2 mai 2016






JPEG - 30.6 ko



JPEG - 39 ko



JPEG - 36.4 ko



JPEG - 28.3 ko



JPEG - 37.5 ko



WebAnalytics