YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Erased (T7 et 8)
Kei Sanbe
Ki-oon Seinen

La rencontre avec Airi provoque un véritable électrochoc chez Satoru. Un flux de souvenirs de son autre futur l’inonde littéralement. Seulement le choc est trop grand et le corps du jeune jeune ne peut le supporter, le plongeant dans un nouveau coma d’une année. Mais durant ce sommeil, l’esprit de Satoru n’a pas chômé, faisant remonter à la surface son autre présent, ce présent qu’il a abandonné pour se lancer à la poursuite de ce tueur en série qui assassina ses amis et sa mère. A son réveil, une nouvelle rage le tenaille, celle de n’avoir pas achevé le travail pour lequel il est retourné dans le passé. Et pour être d’une véritable aide à Kenya, il lui faut rapidement récupérer l’usage de ses jambes...Oui récupère bien toutes tes forces, Satoru car une personne attend avec une grande impatience d’achever ce qu’il a commencé. Il n’est pas parvenu à te tuer la première fois, mais la seconde sera la bonne. A leur prochaine rencontre, cette fois, Satoru mourra !



Le temps de la première sortie en groupe de Satoru est venu. C’est la jeune Kumi qui en a eu l’idée en regardant une affiche dans les couloirs de l’hôpital. Et voilà le petit groupe partie pour un week-end d’amusement... En apparence toutefois, car Satoru sait pertinemment qu’il s’agit d’un piège du tueur et que Kumi est devenue son pion bien malgré elle. Comme à son habitude, il va préparer le meurtre de la petite fille tout en créant assez de preuves pour faire accuser un bouc-émissaire. Et ce dernier risque fort d’être Satoru. Seulement le tueur ignore un élément crucial : Satoru a recouvré la mémoire. Il sait maintenant qui est son ennemi, mais il n’est pas le seul sur le coup. Kenya est aussi de la partie. Toutefois, ils prennent un gros risque en transformant la pauvre Kumi en appât. Mais Satoru risque aussi très gros. Car s’ils échouent et qu’il est bien le nouveau bouc-émissaire du tueur, ils vont se retrouver dans une situation inextricable. Pourtant Satoru a anticipé nombre d’actions du tueur. Mais cela suffira-t-il pour prendre l’avantage. Satoru se devait de rester confiant... jusqu’au moment où Kenya perd toute trace de Kumi...

JPEG - 61.5 ko

Et voici donc les deux derniers tomes de cette série passionnante qu’est “Erased”. Le tome 7 est celui du retour aux choses sérieuses pour Satoru qui va d’un coup d’un seul recouvrer la mémoire. Mais il va encore en payer le prix avec un nouveau coma, certes plus court. Kei Sanbe ne pouvait plus trop traîner et comme le mangaka a décidé d’en finir une bonne fois pour toute avec le pouvoir de son héros, il ne lui laisse plus le moindre droit à l’erreur. Encore une fois, Kei Sanbe va jouer sur deux visions des événements : celle de Satoru et celle du tueur. Il faudra attendre la conclusion de la série pour comprendre la nouvelle identité qu’a dorénavant le tueur. Le lecteur se retrouve un peu perdu par quelques planches mais cela permet d’accroître le mystère autour de l’assassin, ou plutôt la compréhension de ses actes puisque nous connaissons parfaitement son identité. Sa psychopathie est une évidence mais son côté obsessionnel est attisé à son paroxysme avec son besoin de tuer Satoru au point d’avoir attendu non seulement son réveil mais un début de rétablissement pour se lancer de nouveau à l’assaut. Comme si le défi n’avait d’intérêt que si Satoru était conscient de ce qui lui arrive et qui est la cause de son malheur. Toutefois, notre héros va montrer une force de caractère hors du commun. Ce tome nous laisse entrevoir le début d’un duel qui rappelle évidemment celui entre Light et L dans Death Note. A un autre niveau mais c’est encore une fois le combat entre deux esprits supérieurement intelligents, chacun cherchant à prendre l’autre au piège.

Le tome 8 vient donc conclure cette série avec le duel entre Satoru et le tueur. La guerre psychologique et tactique arrive alors à son paroxysme, chacun déjouant les pièges de l’autre, avec au milieu la pauvre Kumi comme dommage collatéral. Les ultimes révélations vont pouvoir être données par Kei Sanbe afin que le lecteur ait toutes les cartes en mains pour juger son oeuvre. Je n’irai pas plus loin sur l’histoire en elle-même pour ne pas vous gâcher le plaisir de la lecture et surtout ne pas spoiler la fin. Mais encore une fois, le mangaka réussit un sans faute, il nous tient en haleine jusqu’au dernier moment mais se laissera tout de même un dernier chapitre pour poser ses conclusions. Finalement, le fantastique n’aura pas été très prégnant et cette série s’avère surtout comme étant un incroyable thriller qui mériterait largement une adaptation en série télé live, voire même en film. Cette histoire a également le mérite de pouvoir être transposée dans n’importe quel pays. Kei Sanbe nous séduit encore une fois, parvenant avec un dessin aux allures enfantines à faire passer des messages souvent très forts, très adultes. Toutefois, Kei Sanbe a un incroyable talent de conteur, peaufinant toujours son scénario pour surprendre ou au moins tenir son lecteur en haleine jusqu’à la toute fin. Et c’est toujours un crève-cœur de tourner la dernière page et se dire qu’il faudra cette fois attendre un petit moment avant de retrouver ce mangaka de génie.

Oui, “Erased” est une série incontournable, un thriller de très grande qualité. Encore bravo, Kei Sanbe !


Erased (T7 et 8)
- Auteur : Kei Sanbe
- Traducteur  : David Le Quéré
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 194(T7) et 210(T8) pages
- Date de parution : 7 juillet 2016 et 26 janvier 2017
- Numéro ISBN  : 978-2-35592-976-2 ; 979-10-327-0057-0
- Prix : 7,65 €


A lire sur la Yozone :
L’Ile de Hozuki (T1)
L’Ile de Hozuki (T2)
L’Ile de Hozuki (T3)
L’Ile de Hozuki (T4)
Le Berceau des Esprits (T1)
Le Berceau des Esprits (T2)
Le Berceau des Esprits (T3)
Le Berceau des Esprits (T4)
Le Berceau des Esprits (T5)
Le Berceau des Esprits (T6)
Erased (T1)
Erased (T2)
Erased (T3)
Erased (T4)
Erased (T5 et 6)


© Kei Sanbe / SQUARE ENIX CO., LTD.
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés


Frédéric Leray
26 mai 2017






JPEG - 29.8 ko



JPEG - 28.9 ko



JPEG - 30.7 ko



JPEG - 13.8 ko



JPEG - 20 ko



JPEG - 28.8 ko



WebAnalytics