YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

50 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Mangas

Erased (T3)
Kei Sanbe
Ki-oon

Satoru a échoué. Malgré son retour dans le passé grâce à une rediffusion longue distance, il n’a pas réussi à sauver Kayo de son destin tragique. Pourtant, il était parvenu à se rapprocher d’elle et lui redonner le gout à la vie. Mais après plusieurs jours d’absence en classe, il comprend que le tueur est finalement parvenu à l’assassiner. Toutefois, les adultes refusent de révéler la vérité aux enfants, préférant cacher la mort de leur amie sous couvert d’un déménagement chez des parents éloignés. Très vite, les langues se délient sur la maltraitance que subissait la jeune fille, mais qui écoute des gamins ? Seulement, très vite, le cours normal du passé reprend sa place et la deuxième disparition ne se fait guère attendre. Pour Satoru, c’est la fin de l’utopie mais aussi celle de son retour dans le présent. En voyant la mère de Kayo se débarrasser des vêtements de sa fille, il déclenche la fin de la rediffusion... Le revoilà dans ce présent où il est recherché par la police comme principal suspect pour le meurtre de sa mère...


Plus il y pense et plus Satoru comprend à quel point il a été naif et surtout manipulé par le véritable tueur. Il l’a aidé à créer des preuves de sa culpabilité. Le voila seul, caché sous un pont pour éviter d’être reconnu dans la rue. Peut-il avoir confiance dans ceux qui se présentaient, il y a encore quelques heures, comme ses amis ? Et sa première tentative est un échec. Sous l’excuse fallacieuse d’aller faire des courses, celui qui devait l’accueilir le dénonce tout simplement à la police. Décidément, Satoru n’aura pas le temps de se reposer une seule seconde, devant déjà fuir pour sauver sa peau. Mais quand il tombe nez à nez avec Airi,il ne sait trop quoi penser. Pourtant la jeune fille semble tout ce qu’il y a de sincère, étant déjà au courant de sa situation. Elle va accepter de le cacher et surtout de l’aider dans sa recherche de vérité. Car Airi s’est promis de ne plus douter de ceux qu’elle estime, elle ne rejettera pas Satoru comme elle a rejeté son père plus jeune. Non, cette fois, elle va prouver l’innocence de son ami... quitte à risquer sa propre vie...

JPEG - 41.2 ko

Ce tome achève la première rediffusion de Satoru. Avec l’échec de sa tentative pour sauver Kayo, le lecteur comprend rapidement que le passé n’est plus l’endroit où notre héros peut continuer son enquête, car que peut faire un gamin de 10 ans pour arrêter un serial killer ? Il est donc logiquement temps pour notre héros de revenir dans le présent. Nous quittons en même temps le rythme lent, tranquille où le Satoru enfant redécouvrait son passé et devait avancer pas à pas dans sa tentative de sauvetage de Kayo. Le présent nous entraine dans une fuite en avant du héros qui découvre l’intelligence de son ennemi. On pourrait se croire dans un épisode du “Fugitif”, Satoru tentant de trouver des preuves pour identifier l’assassin de sa mère mais surtout parvenir à se faire disculper. Mais le filet qui le recouvre possède des mailles extrêmement serrées. Le piège créé par Kei Sanbe est presque parfait... presque car sinon la série n’aurait plus d’intérêt, avec son héros incapable de sauver sa tête. En tout cas, le lecteur est tout aussi désarmé ne voyant pas comment Satoru pourra s’en tirer sans une rediffusion pour revenir dans le passé. Mais ce ne sera pas pour ce tome.

Ce tome s’intéressera plutôt au comportement des gens face à une personne qui leur est plus ou moins proche et qui s’avère accusée d’un meurtre. Kei Sanbe nous offre une vision réaliste, ni trop pessimiste, ni trop optimisme. Oui, Satoru sera trahi et oui, il trouvera aussi de l’aide. La plus logique viendra de la jeune Airi qui paiera chère le soutien qu’elle va lui apporter. Elle devient le personnage secondaire de choix qui manquait un peu dans l’épisode du temps passé. Mais le lecteur sait parfaitement que ce n’est qu’un interlude avant de retourner en arrière. Kei Sanbe a besoin d’ouvrir les yeux de son héros sur ceux qui l’entourent et l’entouraient 18 ans plus tôt. Il lui fallait impérativement faire progresser l’enquête du présent de façon notable pour lui offrir une seconde chance de rachat dans le passé. Ce troisième tome est plus rapide dans l’avancée de l’action, mais prend tout de même le temps de s’attarder sur le passé de Airi ou encore du journaliste, ami de la mère de Satoru. De nombreux personnages secondaires feront leur apparition, mais il est intéressant de noter que les visages des policiers sont souvent floutés, comme s’ils n’avaient pas d’importance, comme de passage dans un présent qui n’est peut-être pas celui qui sera définitif.

Kei Sanbe parvient toujours à nous surprendre, à maintenir suspense et tension, et surtout a le don de créer des cliffhangers qui nous font languir de lire le tome suivant.


Erased (T3)
- Auteur : Kei Sanbe
- Traducteur  : David Le Quéré
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 194 pages
- Date de parution : 13 novembre 2014
- Numéro ISBN  : 978-2-35592-743-0
- Prix : 7,65 €


A lire sur la Yozone :
L’Ile de Hozuki (T1)
L’Ile de Hozuki (T2)
L’Ile de Hozuki (T3)
L’Ile de Hozuki (T4)
Le Berceau des Esprits (T1)
Le Berceau des Esprits (T2)
Le Berceau des Esprits (T3)
Le Berceau des Esprits (T4)
Le Berceau des Esprits (T5)
Le Berceau des Esprits (T6)
Erased (T1)
Erased (T2)


© Kei Sanbe / SQUARE ENIX CO., LTD.
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés



Frédéric Leray
25 juin 2015







JPEG - 18.2 ko



JPEG - 27.4 ko



JPEG - 27.9 ko



JPEG - 27.7 ko