YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




King’s Game Origin (T3 et 4)
Nobuaki Kanazawa, J-ta Yamada
Ki-oon Seinen

La police s’avère totalement inefficace pour stopper les morts qui se multiplient dans le village de Yonaki. Déjà vingt morts, vingt habitants du village ayant succombé à la sentence du jeu du roi. La seule solution trouvée par les autorités est d’isoler le village du reste du pays, en attendant de comprendre ce qui peut bien provoquer ces mutilations spontanées chez les victimes du roi. Surtout qu’il est dorénavant interdit de médire sur le roi sous peine de mort. Mais le nouveau jeu est encore plus cruel que les précédents : chacun des douze survivants doit déposer la tête d’un habitant du village devant le panneau d’affichage. Certes, la police met à leur disposition des boites anonymes contenant les têtes des morts, mais Kazunari ne parvient pas à dépasser son chagrin. Toutefois, quand il découvre une nouvelle lettre lui ordonnant d’aller dans une grotte dans la montagne sans prévenir personne, le jeune homme ne réfléchit trop et accepte l’ordre. Malheureusement, le roi n’est pas le seul à jouer un jeu pervers, et celle qui a piégé Kazunari a soif de vengeance.



Natsuko a disparu. Kazunari, très inquiet, la recherche partout, de sa maison au lieu qu’ils fréquentaient ensemble. Mais l’affaire devient plus inquiétante encore quand le garçon découvre que les autres habitants du village semblent se satisfaire de sa disparition. En fait, poussés par la jalousie de Michiko, ils sont tous convaincus que la jeune fille est en réalité le roi. Sa relation interdite avec son cousin, les cultes de sorcellerie pratiqués par sa famille font de Natsuko le coupable idéal. Et malheureusement, les faits vont aller dans leur sens : aucune lettre du roi n’a été retrouvée par la police depuis la disparition de Natsuko. Pourtant Kazunari ne désespère pas de la retrouver, au grand dam de Michiko qui pensait pouvoir se rapprocher ainsi du jeune homme. Et alors que les jours passent, la police commence elle aussi à croire en la culpabilité de Natsuko. Mais l’espoir est un sentiment bien éphémère et la lettre que trouve Katsunari sur le panneau d’affichage à l’entrée du village va détruire les derniers espoirs des villageois car elle contient les nouveaux ordres du roi : un villageois devra se suicider toutes les huit heures...

JPEG - 49.2 ko

C’est la première fois dans la saga des “King’s Game” que la police joue un véritable rôle. Cette fois, une enquête judiciaire est menée et les moyens utilisés sont assez impressionnants. D’ailleurs, ceci explique facilement le dépit des villageois qui ne voient par contre aucun progrès dans l’enquête. C’est ce paradoxe qui produit la tension et cette atmosphère étouffante dans le village. Les jeux proposés par le roi sont tous plus pervers les uns que les autres mais ils sont par contre réalisables. Evidemment pour le cas des têtes à porter devant le panneau d’affichage, c’est le côté malsain du geste qui pose difficulté, car la police va littéralement tout mettre à disposition des villageois pour réussir sans difficulté cette épreuve. Evidemment, Nobuaki Kanazawa ne pouvait s’arrêter à cette simple épreuve pour vraiment créer une tension et il va s’attaquer à une vengeance d’une mère épleurée et mettre en danger deux de nos jeunes héros. Bon, pour une fois, le tome sera moral, ce qui amoindrit un peu la tension dans le village mais cela n’enlève en rien au suspense.

Arrivant à mis parcours de sa série, Nobuaki Kanazawa va nous jouer un coup pendable : expliquer le jeu du roi ! Bon, le lecteur ayant déjà lu les deux premières séries connaissait déjà l’hypothèse utilisée par le mangaka pour justifier les mutilations de ses morts. Toutefois, le mangaka se retrouvait un peu au pied du mur avec la police contrecarrant ses propres plans. Le tome 4 va s’avérer vraiment intéressant, avec la réputation de la famille de Natsuko refaisant surface pour le plus grand malheur de la jeune fille. Encore une fois, les peurs et la jalousie vont provoquer le malheur de tous. En fait, les animosités qui semblaient disparaître avec la disparition de Natsuko vont refaire surface avec la nouvelle lettre du roi. Pourtant, Nobuaki Kanazawa avait tout soigneusement dosé pour mettre tout sur le dos de la jeune fille et les explications des villageois et de Michiko pouvaient apparaitre des plus convaincantes. Seulement, en révélant l’hypothèse sur l’identité du roi, tout s’écroule et pour que l’ambiance se dégrade au maximum, la police décide d’isoler les survivants dans le village avec l’épreuve du roi imposant un suicide toutes les huit heures. Tout est fait pour nous offrir un final saignant et des plus tendus.

Enfin “King’s Game” retrouve sa force et son intérêt des premiers tomes, avec une histoire vraiment captivante, avec certes du surjeu, mais qui laisse vraiment le lecteur dans le flou artistique sur le final prévu par Nobuaki Kanazawa


King’s Game Origin (T3 et 4)
- Scénario : Nobuaki Kanazawa
- Dessin : J-ta Yamada
- Traducteur  : Jean-Benoit Sylvestre
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 176 pages
- Date de parution : 11 juillet et 8 octobre 2015
- Numéro ISBN  : 978-2-35592-825-3 ; 978-2-35592-877-2
- Prix : 7,65 €


A lire sur la Yozone :
King’s Game : le nouveau jeu de la mort !
King’s Game (T1)
King’s Game (T2)
King’s Game (T3 et 4)
King’s Game (T5)

King’s Game Extreme (T1 et 2)
King’s Game Extreme (T3)
King’s Game Extreme (T4 et 5)

King’s Game Origin (T1 et 2)


© J-ta Yamada, Nobuaki Kanazawa 2013 / Futabasha Publishers Ltd.
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés


Frédéric Leray
9 juin 2016






JPEG - 25.3 ko



JPEG - 26.7 ko



JPEG - 28.6 ko



JPEG - 28.4 ko



JPEG - 25.1 ko



WebAnalytics