YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




King’s Game (T2)
Nobuaki Kanazawa et Hitori Renda
Ki-oon

Le roi a lancé un nouveau défi et cette fois, Naoya doit faire l’amour dans les dix minutes sous peine de mourir. Seulement, il se trouve en compagnie de Nobuaki et de sa petite amie, Chiemi. Pour Nobuaki, il n’y a qu’une seule solution, que Chiemi accepte de faire l’amour avec Naoya. Seulement, ce dernier refuse de faire subir une telle épreuve à ses deux amis, préférant mourir. Mais la jeune fille, sentant la bonté du garçon, choisit de se donner à lui. Le message officialisant l’acte parvient alors à tous. Mais à ce moment, Nobuaki se déteste, se considérant comme le pire des salauds qui a égoïstement voulu sauver son meilleur ami quel qu’en soit le prix. Mais le prochain jeu va le mettre en face de ses responsabilités et lui faire payer toutes ses manigances pour sauver ceux qu’il choisit.



Cent feuilles. Quatorze garçons. Celui qui tirera la dernière feuille mourra d’une crise cardiaque. Quoi de plus basique comme jeu. Encore une fois, la vie d’un élève est entre les mains de ses camarades de classe. Mais cette fois, certains ont des comptes à régler, comme Akira Ono. Nobuaki l’a trompé afin de faire perdre Kana lors du jeu précédent. Malheureusement, Akira aimait la belle Kana et savoir qu’il est la cause de sa condamnation lui est insupportable. Alors il va se venger de ce salopard de Nobuaki. Il ne reste que trois papiers et c’est son tour. Oui, Nobuaki tirera le dernier et il va savourer de le voir faire dans son froc. Mais avant, il va jouer un peu, comme un chat avec une souris. Oui, Nobuaki va souffrir comme lui à souffert. Il va venger Kana.

JPEG - 64 ko

Le mortel jeu du roi se poursuit et Nobuaki va encore une fois devoir prendre des décisions que certains pourraient qualifier d’immorales. Car offrir sa petite amie à son meilleur ami pour qu’il survive peut paraître un rien égoïste. Toutefois, c’est la seconde fois que des élèves sont obligés de faire l’amour contre leur volonté. La première eut des conclusions catastrophiques. Cette fois-ci, Nobuaki Kanazawa est plutôt vague sur ce que ressentent réellement les jeunes élèves, passant quasiment instantanément au prochain jeu. Il aurait été pourtant intéressant d’analyser ce que la pauvre Chiemi a pu ressentir et pourquoi elle a fini par accepter de se donner à Naoya. Un manque de développement des conséquences des jeux qui aurait donné une tout autre épaisseur à l’intrigue, qui reste, somme toute, assez basique.

Le jeu suivant va mettre en danger Nobuaki qui devra assumer les conséquences de ses actes. En préférant condamner Kana plutôt que Naoya, le jeune homme s’est fait un ennemi mortel qui va le pousser aux tréfonds du désespoir. Enfin, un des personnages est obligé de se révéler sans restriction, et tout cela pour une conclusion assez surprenante. Pourquoi Akira a changé d’avis ? Le mail découvert dans son téléphone laisse perplexe ? Était-il si manipulable que cela ? Le lecteur aurait aimé plus en savoir sur lui pour vraiment comprendre son geste. C’est certainement le défaut majeur de cette série. Son format réduit, cinq tomes, impose à Nobuaki Kanazawa des coups d’accélérateur parfois dommageables à l’histoire. Le jeu suivant sera des plus intéressants car mettant en danger le roi, certes, mais surtout, il va permettre de révéler la nature de certains élèves de la classe. Bon, ce ne sera pas encore le développement attendu, mais ce jeu s’avère le plus intéressant de tous.

Intéressant car il parait d’une simplicité biblique : une élève doit se donner un ordre et l’exécuter... Simple à condition de ne pas se donner un ordre irréalisable. Et la jeune fille désignée va défier le roi ! Ce jeu se finira dans le tome suivant mais il risque de marquer bien plus profondément les élèves qui pensaient avoir une idée de l’identité du roi.

« King’s Game », même si ses personnages mériteraient un traitement plus poussé, mérite largement le détour et de s’intéresser à ce mystérieux roi.


King’s Game (T2)
- Scénario : Nobuaki Kanazawa
- Dessin : Hitori Renda
- Traducteur  : Yohan leclerc
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 160 pages
- Date de parution : 11 avril 2013
- Numéro ISBN  : 978-2-35592-515-3
- Prix : 7,65 €


A lire sur la Yozone :
King’s Game : le nouveau jeu de la mort !
King’s Game (T1)


© Hitori Renda, Nobuaki Kanazawa 2010 / Futabasha Publishers Ltd.
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés


Frédéric Leray
9 juin 2013






JPEG - 21.4 ko



JPEG - 32.6 ko



JPEG - 31 ko



JPEG - 20.2 ko



WebAnalytics