YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




King’s Game (T5)
Nobuaki Kanazawa et Hitori Renda
Ki-oon

Nobuaki est mort. Avoir découvert un village ayant subi les oeuvres du roi lui aura été fatal et maintenant, un nouveau gage commence. Cette fois, un élève jouera aux dés la vie des survivants. Malheureusement, le lanceur périra avec le même nombre d’élèves que le chiffre donné par le dé. Avec neuf possibles cibles, les choix deviennent restreints et les craintes s’amplifient, surtout chez ceux ayant le don de se faire des ennemis dans la classe. C’est le cas de Toshiyuki Abe. Cette brute épaisse se voit déjà condamné, surtout si le lanceur ne peut pas le supporter. Et en faisant le tour des survivants, il ne lui reste bien peu d’alliés potentiels, hormis Toshiyuki Fujioka. Oui, il faut que Fujioka lance le dé et le sauve. Seulement, Ria ne lui laisse pas le temps de mettre son plan en oeuvre, en donnant rendez-vous aux 9 élèves pour une ultime confrontation.



Mais Abe ne compte pas se laisser faire pour autant et il décide de commencer un jeu de dupes pour convaincre son ami de lancer le dé... Mais un élément inattendu fait une apparition remarquée : Nobuaki. Le jeune homme est de retour, en chair et en os. En fait, ce n’était qu’un leurre de Ria, convaincue qu’il est possible de tromper le roi. Seulement, le temps passe et le gage court toujours. Mais Abe sent que le vent tourne, surtout que l’affrontement qu’il vient d’avoir avec les trois filles qui le détestent n’a pas amélioré sa cote de popularité. A situation désespérée, acte désespéré. Dans un moment de panique, Abe prend Chiemi en otage et menace de la tuer si jamais Nobuaki refuse de lancer le dé et de désigner ceux qu’il aura choisis.

JPEG - 36.3 ko

Ce cinquième tome de « King’s Game » marque le grand final de cette mini-série et le début du tome faisait monter la pression et la tension du lecteur. Et aussi surprenant que cela puisse paraître, le retour de Nobuaki, façon « Deux ex Machina », ne choque pas. En fait, une fois l’explication donnée par Ria, les éléments s’imbriquent sans trop de friction. Cela n’enlève rien au mystère concernant l’identité du roi et, en faisant revenir son héros en tout début de tome, Nobuaki Kanazawa montre un réel respect pour son lecteur, qui devra chercher ailleurs l’explication de toute l’affaire. Car rendre Nobuaki responsable de tout aurait été un peu trop facile. La tension est bien présente grâce au personnage de Abe, le salaud par excellence qui s’apprête à massacrer sans le moindre remord ses petits camarades. Allez, jusqu’où va-t-il arriver à ses fins ?

Mais à trop vouloir en faire, nous arrivons avec quasiment les survivants attendus, en attente de l’explication : mais qui est ce foutu roi ? Et c’est là que... bon, allez, c’est la que Ria nous sort une explication capillotractée et c’est peu dire ! Vraiment, comment croire à cette théorie de science-fiction ? Non, vraiment, quitte à choisir, je préférai les conclusions trivial à la « Judge ». Bon, j’exagère peut-être un peu... Quoique. Non, en fait, c’est clairement la déception qui m’a envahi en découvrant qui était le roi. Oui, cela explique pas mal de choses, mais au point de voir des bras s’arracher tout seul ! Enfin, soyons raisonnable, ça n’a vraiment aucun sens ! Et que dire du final totalement absurde, façon rêve de psychotique souhaitant que tout redevienne comme avant. Pourquoi avoir voulu une fin façon pseudo « happy end » et non une fin version film d’horreur comme les dernières pages le laissaient penser ? Mais pourquoi nos chers mangakas, capables du meilleur pour mener l’histoire jusqu’à son dernier chapitre, se sentent obligés ou de bâcler la conclusion, ou de nous bricoler une fin pouvant être acceptable pour un large public ?

Même si « King’s Game » nous aura bien tenus en haleine, encore une fois, la conclusion est très décevante et c’est peu dire...


King’s Game (T5)
- Scénario : Nobuaki Kanazawa
- Dessin : Hitori Renda
- Traducteur  : Yohan leclerc
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 176 pages
- Date de parution : 13 février 2014
- Numéro ISBN  : 978-2-35592-630-3
- Prix : 7,65 €


A lire sur la Yozone :
King’s Game : le nouveau jeu de la mort !
King’s Game (T1)
King’s Game (T2)
King’s Game (T3 et 4)


© Hitori Renda, Nobuaki Kanazawa 2010 / Futabasha Publishers Ltd.
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés


Frédéric Leray
25 février 2014






JPEG - 16.7 ko



JPEG - 33.2 ko



JPEG - 33.2 ko



JPEG - 32.6 ko



WebAnalytics