YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Resident Evil
Film anglo-germano-américain de Paul Anderson (2002)
Sortie nationale le 3 avril 2002

***



Genre  : morts-vivants de vidéogame
Durée :1h41

Avec Milla Jovovich (Alice), Michelle Rodriguez (Rain Ocampo), Eric Mabius (Matt), James Purefoy (Spencer Parks), Pasquale Aleardi (J.D. Salinas), Stephen Billington (Mr. White), Anna Bolt (Dr. Green), Liz May Brice (Medic), Jaymes Butler (Clarence), Martin Crewes (Chad Kaplan), Heike Makatsch (Dr. Lisa), Michaela Dicker (La Reine Rouge)

Attentat bactériologique chez Umbrella, une puissante compagnie spécialisée dans les technologies de pointe et la conduite de projets militaires ultra-sensibles. L’agent infectieux d’une arme bactériologique en développement a été répandu dans l’atmosphère du vaste centre de recherche souterrain de la firme. L’alerte est donnée et rapidement la Reine Rouge, l’Intelligence Artificielle en charge de la sécurité, place la « Ruche » en état d’alerte maximale. Toutes les issues du complexe sont immédiatement bloquées et le personnel, déjà condamné par ce virus très volatil, est éliminé au moyen d’un gaz neurotoxique mortel. En investissant le manoir masquant l’entrée secrète de la Ruche, le commando d’élite chargé de désactiver la Reine Rouge et d’évaluer la situation, récupère deux agents d’Umbrella, Alice (Milla Jovovich) et Spencer (James Purefoy), tous deux en état d’amnésie passagère, et capture un policier (Eric Mabius) qui furetait dans le coin.

Mais, leur mission va bien vite s’avérer plus compliquée que prévue. Outre les divers pièges électroniques de la forteresse high-tech, la petite troupe est rapidement confrontée aux victimes de la catastrophe qui, sous l’effet du virus T, se relèvent, animées d’une ultime nécessité, se nourrir du sang et de la chair des vivants. Après son effrayant « Event Horizon, le vaisseau de l’au-delà », situé à mi-chemin entre « Alien » et « Hellraiser », et son approche poétique et esthétique du « Soldier » universel, Paul Anderson nous revient aux commandes d’une nouvelle adaptation de jeu vidéo à succès. Contrairement au décevant « Mortal Kombat », dans lequel il n’était que réalisateur, Paul Anderson endosse pour « Resident Evil » les responsabilités de producteur, scénariste et metteur en scène. Désireux de contenter les adeptes de la console et de séduire le public fantasticophile, il choisit de situer l’action avant le premier épisode ludique pour bâtir une préquelle capable de séduire les non-initiés, en leur faisant pénétrer l’univers du Survival Horror, et de surprendre les accrocs du joystick, en livrant sa version des origines du cauchemar.
D’ailleurs, après une introduction efficace, il installe une ambiance futuriste, articulée autour des décors caractéristiques du jeu (Raccoon City, le manoir ou encore le train), dans un style « Aliens » agrémentée d’un soupçon de « Cube ». Mêlant ses propres références, issues de l’œuvre de Lewis Caroll, à celles des créateurs de Capcom (la société conceptrice du jeu), à savoir la trilogie zombique de George A. Romero, il entraîne son héroïne dans le monde souterrain où règne la Reine Rouge afin de la confronter, telle une Alice au pays des morts-vivants, aux règles du jeu, ses hordes de zombies et ses chiens de l’enfer. Le Licker, l’effroyable créature de « Resident Evil 2 » que l’on a pu entrevoir tout au long du métrage, passe enfin à l’attaque pour entamer un final crépusculaire, non sans rappeler le récent « Ghost of Mars » de Carpenter, qui laisse déjà présager une suite.

Le rythme est soutenu, les acteurs, emmenés par une Milla Jovovich en superbe forme (à qui décidément le rôle de guerrière de l’impossible va très bien) sont plutôt convaincants, et les trouvailles visuelles sont au rendez-vous. Certes, « Resident Evil », le film, ne rivalise pas avec l’horreur outrancière et les effets gore des productions du genre (mais ce n’était pas son objectif) mais permet de passer un sympathique moment d’action débridée à forte teneur en adrénaline.
Quant à l’effroi, malheureusement, il n’est pas au rendez-vous. Dommage.

FICHE TECHNIQUE

Titre original  : Resident Evil

Réalisation : Paul Anderson
Scénario : Paul Anderson d’après le jeu vidéo de Capcom Entertainment

Producteurs : Paul Anderson, Jeremy Bolt, Bernd Eichinger, Samuel Hadida
Producteur associé : Mike Gabrawy
Producteurs exécutifs : Victor Hadida, Daniel S. Kletzky, Robert Kulzer, Yoshiki Okamoto
Musique originale : Marco Beltrami, Marilyn Manson
Image  : David Johnson
Son : Marco Raab
Montage : Alexander Berner
Distribution des rôles : Robyn Ray, Suzanne Smith
Direction artistique : Jörg Baumgarten, Tony Reading
Création des décors
 : Richard Bridgland
Création des costumes : Richard Bridgland
Décorateur de plateau : Penny Crawford
Effets visuels : Richard Yuricich

Production : Constantin Film Produktion GmbH, Davis Films, Impact Pictures, Intermedia Films, Metropolitan, New Legacy
Distribution : Metropolitan Filmexport
Effets spéciaux  : AMX Studios Ltd., MagicMove

LIEN(S) YOZONE

=> Resident Evil
=> Resident Evil : Apocalypse
=> Resident Evil : Extinction
=> Resident Evil : Afterlife


INTERNET

- http://www.residentevil-lefilm.com/


Bruno Paul
3 avril 2002






JPEG - 11.8 ko



JPEG - 5.9 ko



JPEG - 7 ko



JPEG - 5.6 ko



JPEG - 13.7 ko



WebAnalytics