YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Red Eyes Sword (T8 et 9)
Takahiro et Tetsuya Tashiro
Kurokawa

Les rangs du Night Raid se sont encore plus clairsemés. Tatsumi devient de plus en plus mature, ne cherchant plus à se battre que pour venger la mort de tous leurs amis. A Kyoroku, Esdeath découvre que son équipe n’est pas la seule devant protéger Bolic, le second du chef suprême de la Voie de la Quiétude. L’empire lui a également octroyé les services des quatre Rakshasa du Kokenji, les bourreaux de l’Empire. Cela n’enchante guère Esdeath mais elle se retrouve obligée de collaborer avec ces brutes épaisses pourtant capables de vaincre des possesseurs d’armes impériales avec leurs mains nues et un entraînement très particulier. Et c’est une très mauvaise nouvelle pour nos héros car les quatre Rakshasa ne tardent pas à repérer les membres du Night Raid en reconnaissance ainsi que les rebelles cherchant à percer les défenses la ville. Mais aussi puissants soient ces bourreaux, nos héros ont été surboostés par la mort de leurs amis et le temps de la vengeance est enfin arrivé.



Le Night Raid a porté un sale coup aux quatre Rakshasa, mais leur présence est maintenant dévoilée et le temps presse car ils doivent se débarrasser de Bolic avant que ce dernier ne supprime le chef suprême de l’ordre. Ce dernier a fait forte impression sur Tatsumi par la bonté émanent de lui, mais aussi par sa déclaration concernant la relation entre Mine et le jeune homme. La jeune fille est bien obligée de l’admettre, le nouveau Tatsumi ne la laisse pas du tout insensible et surtout depuis qu’il lui a sauvé la vie contre le Rakshasa. Toutefois, Mine doit mettre de côté ses sentiments tant que la mission n’a pas été accomplie et un créneau s’ouvre à eux. Mais la présence d’Esdeath n’est pas pour les rassurer, surtout que la chef des Night Raid doit la perte de son bras et de son œil à la générale de l’Empire. A l’époque Najenda était elle aussi un officier de l’Empire, mais en découvrant les exactions des troupes impériales, Najenda s’est ralliée aux rebelles avec un grande partie de ses hommes. Malheureusement, Esdeath fut envoyée pour l’arrêter et lui faire payer sa trahison. Ce fut un miracle que Najenda réchappa alors à la mort mais sa crainte de la générale demeure intacte même si sa soif de vengeance la tenaille.

JPEG - 88.9 ko

Après avoir bien décimé les rangs des Night Raid, Takahiro se retrouvait dans une situation peu enviable où ses héros étaient théoriquement dans l’incapacité de pouvoir remplir leur mission puisque le mangaka nous avait presque démontré par A+B que leurs adversaires étaient plus puissants. Il était temps de sonner la révolte avant de ne plus avoir de personnages mais également de lasser ses lecteurs. Car faire dans l’originalité en tuant ses héros, c’est un point mais fidéliser son lecteur est aussi des plus importants et à trop jouer l’originalité, le lecteur risquait de partir, ne trouvant plus aucun personnage pour se projeter ou suivre. Le tome 8 va donc trancher avec les précédents en remettant en avant nos héros et surtout en leur accordant des victoires sans perte : un énorme changement ! Leur quatre nouveaux adversaires sont, il est vrai, des plus méprisables, imbus de leur personne et des tueurs sadiques. Le Night Raid va finalement s’en débarrasser sans trop de difficulté, ce qui peut paraître assez surprenant. D’un autre côté, ce ne sont pas des possesseurs d’armes impériales et cela peut également être un message pour signifier la supériorité de ces derniers.

Mais l’élément marquant du tome 8 sera le grand combat contre Seryu. Cette véritable psychopathe qui avait totalement perverti la notion de justice pour que celle-ci colle avec son désir de vengeance, avait déjà tué des membres du Night Raid qui étaient pourtant des plus sympathiques et chacune de ses apparitions donnait une furieuse envie de la voir dépecée... ou un truc du genre...En tout cas, difficile de ne pas souhaiter sa mort à chaque combat. Mais elle devenait également toujours plus puissante. Il était temps de s’en débarrasser car avoir un personnage secondaire qui génère trop de répulsion du lecteur n’est pas non plus très bénéfique à long terme. Le combat final avec Seryu sera à la hauteur de la folie du personnage. Toutefois, Takahiro, dans sa grande perversité, tente de la rendre un peu plus sympathique en rappelant un bon côté de la demoiselle, mais comme dit le dicton, trop peu trop tard.

Le tome 9 sera quelque part, la fin d’un premier arc de la série. Sa taille conséquente est assez symbolique. Et ce sera l’inévitable confrontation entre Esdeath et le Night Raid qui comblera presque l’intégralité du tome. Il faudra réellement la totalité de l’équipe pour faire face à la générale. Takahiro en profitera pour nous raconter le passé de la chef du Night Raid, Najenda, ainsi que son lien avec la terrible Esdeath. Le combat n’en sera que plus terrible et d’une extrême violence. Esdeath prouvera que son titre et la crainte qu’elle génère ne sont pas volés. Elle est réellement la Némésis de nos héros et elle apparaît presque invincible dans ce tome. Esdeath est longuement mise en valeur, monopolisant une grande partie des cases. La générale va devoir montrer la grande étendue de ses pouvoirs pour prendre le dessus mais elle sortira auréolée d’une nouvelle gloire après ce combat. Et sa supériorité sera de tous les instants. Tetsuya Tashiro s’attache également à la transformer en véritable déesse de la destruction, une reine des neiges apocalyptique.

Fin d’un épisode encore bien sanglant de “Red Eyes Sword”. Mais le chemin semble encore bien long avant la libération de l’Empire de sa tyrannie.


Red Eyes Sword, Akame ga kill ! (T8 et 9)
- Scénario : Takahiro
- Dessin : Tetsuya Tashiro
- Traducteur : Frédéric Malet
- Éditeur français : Kurokawa
- Format : 128 x 182, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination : 224(T8) et 272(T9) pages
- Date de parution : 11 février et 12 mai 2016
- Numéro IBSN : 9782368520574 ; 9782368520581
- Prix : 7,65 €


A lire sur la Yozone :
Red Eyes Sword, Akame ga kill ! (T1)
Red Eyes Sword, Akame ga kill ! (T2 et 3)
Red Eyes Sword, Akame ga kill ! (T4 et 5)
Red Eyes Sword, Akame ga kill ! (T6 et 7)


© Edition Kurokawa - Tous droits réservés



Frédéric Leray
14 novembre 2016






JPEG - 25.8 ko



JPEG - 34.1 ko



JPEG - 32.8 ko



JPEG - 27.4 ko



JPEG - 28.6 ko



JPEG - 30.4 ko



WebAnalytics