YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Red Eyes Sword (T4 et 5)
Takahiro et Tetsuya Tashiro
Kurokawa

Bulat n’a pas survécu mais il a eu le temps de léguer Incursio à Tatsumi. Cela fait deux morts au sein du Night Raid et avec l’Empire qui confie leur chasse à la plus dangereuse de ses généraux, Esdeath, l’avenir de nos héros assassins parait bien sombre. Pendant ce temps, les renforts d’Esdeath sont arrivés. Six nouveaux porteurs d’armes impériales viennent remplacer la perte des bourreausquetaires. Les petits nouveaux sont encore de bien jeunes recrues, mais Esdeath compte bien les former à sa façon. Parmi eux se trouve une vieille connaissance des Night Raid, devenue une de leurs pires ennemis : Seryu, accompagnée de son nouveau mentor, le docteur Stylish. Mais Esdeath est toujours à la recherche du grand amour et quoi de mieux qu’un tournoi pour trouver l’homme idéal. Et le hasard va être de son côté. Son cœur va se mettre à battre pour un jeune forgeron ayant toutes les qualités qu’elle recherche chez un prétendant ; Seulement celui-ci n’est autre que Tatsumi.



Tatsumi est parvenu à échapper à la vigilance de Esdeath et ses Jägers. En avouant à la générale impériale qu’il préférait se battre avec les rebelles, il savait qu’il ne pourrait jouer l’amoureux transi très longtemps. Seulement, sa fuite était suivie de près par le docteur Stylish et ses soldats améliorés grâce à son arme impériale. Ces derniers découvrent ainsi la cache secrète du Night Raid, mais Stylish refuse de divulguer cette information à Esdeath. S’il a intégré les Jägers, c’est surtout pour pouvoir faire des Night Raid des membres de sa propre armée. Bon, il devra arranger leurs cadavres pour en faire de bien dociles soldats, mais n’est-ce pas le cas de toutes ses créations ? Les meilleures d’entre elles possèdent un de leurs sens sur-développé, comme Nez ou Oreille. Seulement Stylish est trop certain de sa victoire et sous-estimer les membres du Night Raid est une grave erreur qu’il va apprendre à ses dépend, surtout que Najenda ramène avec elle des renforts, deux porteurs d’armes impérales... ou plus exactement un porteur d’arme et un humanoïde...

JPEG - 55 ko

Ce tome 4 de “Red Eyes Sword” mélange à la fois une histoire convenue d’avance et un peu d’originalité. Commençons par l’histoire convenue car, même si elle aura un impact dans le tome 5, elle est surtout le thème central du volume 4. Il s’agit évidemment de l’idylle, un rien à sens unique, entre Esdeath et Tatsumi. Pas besoin d’être un génie pour avoir senti venir celle-ci à des kilomètres après le tome 3. Esdeath est à la recherche de l’amour. Cette tueuse sadique aux services du ministre et accessoirement de l’empereur est parvenue à avoir tout ce qu’elle souhaitait sauf une chose : le grand amour. Mais ces goûts côté mâles sont tout aussi bizarres que son problème psychologique. Et comme le plus grand des hasards, celui qui va parfaitement coller avec sa recherche sera Tatsumi. Bon, il faudra un petit temps d’acclimatation à Esdeath pour se mettre en mode « amoureuse », son premier réflexe étant plus celui de maîtresse sado-maso. Toutefois, Tatsumi n’éprouve rien pour Esdeath et se retrouve pourtant à devoir jouer les petits amis pour sauver sa peau. Pourtant, il va avouer à Esdeath son dédain pour l’empire. La réaction de la demoiselle est vraiment celle d’une femme amoureuse, ne trucidant pas le jeune impertinent. Cette personnalité de la générale laisse bien des possibilités pour la suite des événements, suivant que son amour pour Tatsumi se cristallisera ou sera plus perméable à sa cruauté qu’on pouvait l’espérer. Takahiro, sans surprendre le lecteur, ouvre beaucoup d’options de scénarios qui le rendent plus imprévisible pour les prochains tomes.

L’originalité viendra des nouveaux protagonistes faisant leur apparition dans les deux tomes. Les premiers sont les Jägers, les nouveaux fous furieux bras droits de Esdeath. Deux clans apparaissent : les vrais psychopathes comme Stylish et Seryu, mais également des personnages plus ambigus. Ainsi, Wave semble peu à sa place, à première vue plus sain d’esprit que le reste de l’équipe. C’est un militaire au sens basique du terme, obéissant aux ordres sans réfléchir, mais voulant également percer dans la carrière. On peut alors le voir plus comme un opportuniste qu’un serial killer. Bols, par contre, a tout du psychopathe, entre la tenue d’assassin sado-maso et une tendance à la pyromanie, on pourrait voir en lui un petit frère de Jason Voorhees. Et pourtant, en privé, c’est un grand timide excellent cuisinier. Ces deux personnages pourraient bien changer de camp, mais s’ils sont membres des Jägers, ce n’est pas un hasard, tout comme Kurome, la petite sœur d’Akame, qui semble devoir inévitablement affronter son aînée un jour ou l’autre. En tout cas, ce combat doit être parmi les plus attendus.

Le tome 5 permettra de découvrir deux nouveaux membres des Night Raid, pour remplacer les deux décès des tomes précédents. Pour changer, nous découvrons un humanoïde, un être artificiel qui vient porter renfort. Avec ses cornes, il donne l’impression d’être un démon, mais il est bien du bon côté. Son intervention sera d’ailleurs cruciale pour vaincre Stylish. L’armée de ce dernier mérite également le détour, avec des personnages qui peuvent sembler très simples mais qui n’en demeurent pas moins originaux : Oeil, Nez, Oreille, quoi de plus basique mais très efficace. Le design de ces personnages est aussi impeccable, avec un excellent travail de Tetsuya Tashiro, qui parvient à donner un caractère et un style particulier à chacun. Le seul bémol pourrait venir de l’armure du Grand Chariot qui est vraiment très proche de l’Incursio, mais cela peut aussi se défendre vu l’origine des deux armures.

“Red Eyes Sword” joue clairement dans la cour des grands et renouvelle intelligemment le shonen de baston avec des personnages ambigus et un scénario loin d’être manichéen.


Red Eyes Sword, Akame ga kill ! (T4 et 5)
- Scénario : Takahiro
- Dessin : Tetsuya Tashiro
- Traducteur : Frédéric Malet
- Éditeur français : Kurokawa
- Format : 128 x 182, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination : 224(T4) et 208(T5) pages
- Date de parution : 12 mars et 11 juin 2015
- Numéro IBSN : 9782-368-52053-8 ; 9782-368-52054-6
- Prix : 7,65 €


A lire sur la Yozone :
Red Eyes Sword, Akame ga kill ! (T1)
Red Eyes Sword, Akame ga kill ! (T2 et 3)


© Edition Kurokawa - Tous droits réservés



Frédéric Leray
22 décembre 2015






JPEG - 30 ko



JPEG - 29.4 ko



JPEG - 23.4 ko



JPEG - 33.1 ko



JPEG - 32.9 ko



WebAnalytics