YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

54 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Mangas

Magical Girl of the End (T8)
Kentaro Sato
Akata

Dans ce monde où les Magical Girls n’ont pas décimé la race humaine, Kii découvre les nouvelles règles du jeu. Dorénavant, les poupées psychopathes ont comme nouvelle mission de le protéger en priorité. Et le destin a un drôle de sens de l’humour : Yuji Tonogaya a reprogrammé les anciennes Magical Girls qui devaient détruire l’humanité et a confié la garde du jeune homme à celle qui avait décimé sa classe devant ses yeux. Seulement, leur ennemi n’a pas dit son dernier mot. Himeji compte bien réunir toutes les Magical Girls nécessaires pour qu’il devienne le nouveau créateur de l’univers. Mais pour cela il lui faut unir Kii et Tsukune et pour arriver à ses fins, il s’est entouré de ses propres créatures immortelles, ses Puppy. Leur mission est d’en finir avec les survivants de l’autre monde et lui ramener Kii. Ces clones du Puppet master ont déjà prouvé leur puissance et même les nouvelles versions de Magical Girls ne semblent pas capables de s’en débarrasser.


Devant la supériorité de leurs adversaires, les Magical Girls proposent à leur humain une con-fusion. Si Kii n’est pas vraiment partant, Miu est prête à tout pour son flic pervers et c’est sans hésitation qu’elle provoque la fusion avec la parasite bodybuildée. Le résultat est surprenant : Miu est devenue une vraie guerrière à la puissance dépassant l’imagination mais surtout capable de détruire les Puppy au niveau cellulaire. Devant ce nouvel ennemi, les clones doivent se replier plutôt que de subir de lourdes défaites. Kii a finalement évité une fusion avec cette Magical Girl qui reste celle qui a massacré chaque élève de sa classe. Et grand bien lui en a fait, car la con-fusion n’est pas sans conséquence pour le corps humain. Ce dernier n’est pas vraiment préparé à une fusion d’ADN avec une Magical Girl, surtout en si grande quantité. Si Akuta avait survécu si longtemps dans l’autre monde, ce n’était que par la dose infime d’ADN du parasite qu’il avait assimilé. Et maintenant, Miu est dans un état peu brillant.

JPEG - 53 ko

Ce huitième tome de “Magical Girl of the End” marque la fin de la première saison de la série. Décidément, Kentaro Sato se permet toutes les libertés, même celle de nous annoncer clairement un changement radical après seulement huit volumes. D’un autre côté, ce mangaka raisonne souvent plus comme un scénariste d’animé, structurant son manga comme une série prédécoupée pour le mode télévisuel. Mais avant de tourner la page, il fallait lever le mystère sur la con-fusion, cette fusion annoncée fin du tome 7. Non, ce ne sera pas la ridicule fusion version “Dragon Ball GT”, ce sera une fusion moléculaire entre un humain et une Magical Girl... J’en sens certains craindre le pire connaissant les couples de personnages préparés par Kentaro Sato. Kii et la Magical Girl à couettes... fusionnant. J’en ai des frissons dans le dos... Toutefois, le mangaka va limiter les dégâts avec une seule fusion qui faudra tout de même le détour. Il faut dire que les effets secondaires qu’il réserve à ses protagonistes ne donnent pas foncièrement envie de tester ce mode de communion, pas vraiment spirituelle. Mais cela pourrait ouvrir bien des possibilités pour la prochaine saison.

Et qui dit fin de saison dit quelques révélations bien senties et un cliffhanger haletant. Côté révélations, elles ne sont pas vraiment destinées au lecteur mais plutôt aux protagonistes qui vont enfin découvrir le visage de leur véritable ennemi. Là encore Kentaro Sato nous la joue façon série TV dans le découpage de ses planches, le lecteur n’ayant aucun mal à s’imaginer ce que cela donnerait dans une version animée. Il y aura des morts, des chocs et surtout le fameux cliffhanger qui frustre inévitablement le lecteur, souhaitant déjà connaitre la suite. Il devra se contenter pour le moment de la petite histoire bonus, nous racontant comment Akuta a vécu l’arrivée des Magical Girls jusqu’à sa rencontre avec miss gros nibards. Bon, cette fois, rien de bien transcendant, ce bonus est clairement là pour faire patienter le lecteur jusqu’au début de la nouvelle saison. En tout cas, Kentaro Sato utilise encore une fois très intelligemment les mécanismes du shonen, alimenté également par des règles de découpage scénaristique proches du story-board, rendant l’action très efficace, le rythme rapide, sans temps morts, dans une logique d’action quasi non stop qu’impose les épisodes d’un animé.

Que dire de plus à part vivement de feuilleter la nouvelle saison !


Magical Girl of the End (T8)
- Auteur  : Kentaro Sato
- Traduction : Yuko K.
- Éditeur : Akata
- Format : 112 x 176 mm
- Pagination : 208 pages
- Dépôt légal : 10 décembre 2015
- Numéro ISBN : 978-2369740876
- Prix public : 6,95 €


A lire sur la Yozone :
Kentaro Sato, la nouvelle perle du survival horror
Magical Girl of the End (T1 et 2)
Magical Girl of the End (T3 et 4)
Magical Girl of the End (T5 et 6)
Magical Girl of the End (T7)


© 2013 by Kentaro Sato (AKITASHOTEN, Japan)
© Editions Akata - Tous droits réservés



Frédéric Leray
13 avril 2016







JPEG - 30.4 ko



JPEG - 32.6 ko



JPEG - 23.9 ko



JPEG - 28.6 ko