YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

50 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Mangas

Magical Girl of the End (T7)
Kentaro Sato
Akata

Oui, cette maudite sorcière allait lui donner le pouvoir de modeler le monde comme il le souhaite. Himeji était prêt à tout pour cela. Bon, avant il devait réunir les éléments nécessaires pour que lui soit donner l’ultime pouvoir : il doit rassembler toutes les sorcières de la neuvième génération. A cette fin, il va se créer de fidèles serviteurs, issus du sang des sorcières, ayant tous la même apparence, blanche et noire. Grace à eux, Himeji va enlever les enfants de la neuvième génération. Certaines de ces Magical Girls ne sont que de petites filles, d’autres de jeunes femmes dont il va pouvoir se satisfaire avant de les emprisonner. Certaines ne sont pas encore nées et vont l’obliger à attendre un peu pour que son destin se réalise. Toutefois, il y a un problème. Une des jeunes femmes de la huitième génération n’a pas de descendant et s’il laisse le temps suivre son cours, elle n’en aura jamais. Il doit donc influer sur le passé pour que Tsukune Fukumoto est une descendante. Et le plan qu’il a en tête est comme lui : bien vicieux.


Le présent a changé depuis la mort de Tsukune. Mais imaginer que des Magical Girls, celles qui ont massacré tant de gens dans le présent où vivait Tsukune, allait devenir leurs gardes du corps dépassait les capacités de Kii. Et pourtant, elles sont bien là devant lui, accompagnant un homme mystérieux qui semble en savoir beaucoup trop sur celles-ci. En fait, ce serait lui qui les aurait reprogrammées pour qu’elles protègent les survivants du monde apocalyptique auquel Kii et ses amis ont échappé. Yuji Tonogawa va donc leur raconter la vérité sur Himeji afin de leur donner confiance, aussi invraisemblable que puisse être le plan de ce fou furieux : provoquer la fin du monde pour que Kii fasse un enfant à Tsukune. Plus tordu, il faut quand même trouver ! Mais le décès de Tsukune n’est qu’un imprévu pour Himeji, Toutefois il a besoin du corps de Tsukune pour que son plan reprenne la voie souhaitée. Pour pouvoir le stopper, Tonogawa propose à nos héros de partir dans le futur pour tuer leur ennemi commun avant qu’il ait réuni les treize Magical Girls de neuvième génération.

JPEG - 61 ko

Décidément, il y a des mangakas dont l’imagination semble parfois partir en roue libre pour nous sortir un scénario totalement délirant. Et le moins que l’on puisse dire est que Kentaro Sato n’est effrayé de rien, pas même la création d’une agence matrimoniale spécialisée dans le génocide... Oui, là, c’est moi qui commence un bon gros délire. Toutefois, le début de ce tome 7 n’est pas très loin de mon idée car finalement, le personnage d’Himeji décide d’unir deux personnes en décimant le reste de l’humanité. Un drôle de cadeau de mariage. Quelque part, c’est souvent l’explication la plus simple mais également délirante qui s’avère la plus crédible. Et aussi stupéfiant que cela puisse paraître, après avoir découvert la véritable origine des massacres perpétués par les Magical girls, le lecteur finit par se dire que, bah oui, ça ne pouvait être que cela. C’est certainement en générant un tel raisonnement que Kentaro Sato est très fort. Bon, je sens déjà certains hargneux crier au grand n’importe quoi, mais “Magical Girl of the End” est à la base un bon gros délire de mangaka, un incroyable exutoire aussi bien pour l’auteur que pour le lecteur. Le but étant de se divertir sans se prendre la tête, autant que l’explication du massacre soit trivial, et par la même complètement fou.

Mais Kentaro Sato ne s’arrête pas la ! Après avoir transformé des Magical Girls en tueuses psychotiques, il va nous les faire passer dans le camp des gentils. Oui, ce mangaka est totalement imprévisible. Il fallait oser un bouleversement à 180° de la structure des camps des gentils et des méchants. Bon, d’un autre côté, nous ayant enlevé Tsukune, il fallait qu’une nouvelle Némésis fasse son apparition. Et ce sera Himeji, le fou furieux qui veut remodeler le monde à son image... Une image pas très glorieuse vu sa conception très personnelle du bien et du mal. Il ne faudra pas longtemps à Kentaro Sato pour nous faire détester ce personnage et en faire l’homme à abattre. Bon, pas tout du suite sinon sa série va s’achever prématurément. Mais on sent bien qu’il va donner du fil à retordre à nos héros. Sans compter ses âmes damnées, ces créatures qui avaient déjà fait leur apparitions dans les tomes précédents mais qui vont maintenant passer sérieusement à l’action. Le cliffhanger de ce tome nous laisse encore une fois sur un suspense insoutenable sur une fusion d’un genre tout particulier. Vivement le tome 8 pour découvrir quel design des personnages va découler de cette fusion.

“Magical Girl of the End” est de plus en plus déjanté et cela, on adore !


Magical Girl of the End (T7)
- Auteur  : Kentaro Sato
- Traduction : Yuko K.
- Éditeur : Akata
- Format : 112 x 176 mm
- Pagination : 208 pages
- Dépôt légal : 20 aout 2015
- Numéro ISBN : 978-2369740752
- Prix public : 6,95 €


A lire sur la Yozone :
Kentaro Sato, la nouvelle perle du survival horror
Magical Girl of the End (T1 et 2)
Magical Girl of the End (T3 et 4)
Magical Girl of the End (T5 et 6)


© 2013 by Kentaro Sato (AKITASHOTEN, Japan)
© Editions Akata - Tous droits réservés



Frédéric Leray
22 novembre 2015







JPEG - 35.9 ko



JPEG - 29.3 ko



JPEG - 27.4 ko



JPEG - 32.5 ko