Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Isabella Bird, Femme Exploratrice (T3)
Taiga Sassa
Ki-oon

1878 (An 11 de l’ère Meiji).
Isabella Bird continue son périple à travers cet étrange pays qu’on appelle « le Japon », tout en écrivant ses aventures à sa sœur Henrietta. Sur la route d’Aizu, Isabella s’extasie devant la beauté de cette terre, qui semble tout droit sortie d’un conte de fées. Toutes sortes de plantes sont cultivées : du ginseng, chrysanthème comestible, laitue vireuse, les paysages sont des œuvres d’art. En arrivant dans une petite ville, les chevaux se cabrent et Isabella et Ito, son guide-interprète, se retrouvent à terre. Les douleurs dorsales se font ressentir chez notre aventurière, un peu de repos s’impose. Durant cette pause forcée, elle en apprend plus sur les coutumes locales et surtout sur leurs croyances. Elle comprend bien vite que ce pays n’a finalement rien d’un conte de fées !



L’ambiance est plus légère à Tsugawa, lieu célèbre à travers tout le pays pour le nombre et les variétés de sucreries. Ito adore les friandises, il en mange non-stop. Le périple continue par la descente vertigineuse du fleuve Agano, dans une embarcation menée par un batelier hors du commun qui pelote les fesses des femmes ...

PNG - 251.2 ko

Le périple de notre belle aventurière continue, les péripéties se succèdent mais ne se ressemblent pas. La traversée est passionnante dans ce pays fait de croyances avec des conditions de vie souvent misérables. Les tendances au suicide sont monnaie courante, Isabella ne s’imaginait pas être confrontée à ce mal être. Elle découvre une période violente du Japon avec la guerre de Boshin entre des clans alliés à l’Empereur et d’autres alliés au gouvernement shogunal d’Edo. Le passage dans le paradis des bonbons à Tsugawa donne une bouffée d’oxygène à l’atmosphère pesante de la civilisation de l’époque. La descente du fleuve Agano apprend quelques règles de savoir-vivre à Isabella et notamment à ne pas rester sur sa première opinion. A Niigata elle prend plaisir à côtoyer ses compatriotes. Accueillie par des Anglais, elle reprend goût à se pomponner et à jouer à la Lady. Exit la crasse, les habits sales, bienvenue aux belles robes pimpantes ... Isabella revit !

Tout en nous proposant un magnifique voyage en plein cœur du Japon, Taiga Sassa nous plonge dans les conditions de vie difficiles des gens. Un chapitre est consacré à une famille de chrétiens, malmenée par les Japonais. Les représailles sont violentes, ces missionnaires sont considérés comme des moralisateurs arrogants. Les graphismes de Taiga Sassa sont époustouflants avec des paysages magnifiques, un très beau travail d’orfèvre qui nous fait rêver. On en découvre également un peu plus sur l’énigmatique Ito, qui ne semble pas être là par hasard. Il est vrai que dans le tome 1, cet interprète parfait tombait un peu du ciel. En fait, il connait très bien un certain Charles Maries, chasseur de plantes britannique. C’est même lui qui a initié Ito à la langue anglaise et semble souhaiter le récupérer. Va-t-il rester auprès de notre aventurière ? A suivre.

Cette adaptation de “Unbeaten Tracks in Japan” en manga est une très belle réussite. Isabella Bird est hors-norme, représentant à la fois la liberté et l’intelligence de cette époque. Le chemin va encore être semé d’embuches jusqu’à Niigata... Après 3 tomes, je suis toujours aussi captivée par le destin de cette grande Lady courageuse et pleine de charme.


Isabella Bird, Femme Exploratrice (T3)
- Auteur : Taiga Sassa
- Traducteur  : Sébastien Ludmann
- Éditeur français : Ki-oon
- Collection : Kizuna
- Format : 130 x 180 mm, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 208 pages
- Date de parution : 5 avril 2018
- Numérotation ISBN : 979-10-327-0248-2
- Prix : 7,90 €


A lire sur la Yozone :
Isabella Bird, Femme Exploratrice (T1)
Isabella Bird, Femme Exploratrice (T2)
Reine d’Égypte (T2)
Reine d’Égypte (T1)


© 2016 Taiga Sassa KADOKAWA CORPORATION
© Ki-oon -Tous droits réservés



Anne Schnebelen
16 juillet 2018




PNG - 157.6 ko



PNG - 86.3 ko



PNG - 60.5 ko



WebAnalytics