YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Reine d’Egypte (T1)
Chie Inudoh
Ki-oon Kizuna

Le jour de la cérémonie est arrivé. Bientôt, l’Egypte fêtera le couronnement de son nouveau pharaon, Thoutmosis II. Ce dernier succédera à son père, Thoutmosis Ier, et prendra comme grande épouse, sa demi-sœur, Hatchepsout. Si cette dernière était née un garçon, elle serait montée sur le trône d’Egypte car elle est la fille de la grande épouse royale et du pharaon, alors que Sethi n’est que le fils de la seconde épouse. Pour devenir pharaon, il lui faut épouser celle qui le désignera comme héritier des dieux, Hatchepsout. La jeune femme est d’une incroyable beauté et sa tenue d’apparat pour son mariage la rend encore plus belle. Mais ce n’est pas par amour qu’elle va épouser Sethi. Elle ne fait qu’obéir à son père qu’elle vénère plus que tout. En fait, Chepsout était un véritable garçon manqué et pendant son enfance, elle prenait plaisir à humilier Sethi en le battant à des jeux de garçons.



Thoutmosis II est encore loin d’être un pharaon digne de ce nom, c’est plutôt un Sethi ivre qui commence à raconter ce que cache sa ravissante épouse. En fait, Chepsout a toujours voulu prouver qu’elle valait autant, voire plus qu’un garçon et Sethi était sa cible préférée. Seulement, l’âge venant, Chepsout se voit refuser des lieux et des activités contrairement à son frère. Mais la plus grande de ses déceptions est de ne pouvoir fêter comme les hommes les victoires de son père. Ce n’est pas la place d’une femme et encore moins de celle qui doit devenir la future reine d’Egypte. A la mort de sa mère, la jeune fille se sent soudain très seule mais elle n’est pas du genre à baisser pour autant les bras. S’ils veulent qu’elle devienne une femme belle et séduisante, alors qu’à cela ne tienne, elle apprendra à le devenir. Pour cela, elle fait venir au palais une jeune danseuse qu’elle avait repérée. Très vite, les deux jeunes femme deviennent très proches et une véritable amitié naît entre Chepsout et Tabia, et peu à peu, le garçon manqué se transforme en une ravissante jeune femme, usant de ses charmes pour être tranquille. Mais Hatchepsout ne compte pas être une épouse servile et soumise, bien au contraire.

JPEG - 102.9 ko

“Reine d’Egypte” est le premier titre de la nouvelle collection des éditions Ki-oon, Kizuna. Comme le rappelle l’éditeur, « Kizuna » est le lien, la force d’attraction qui relie les gens et les choses entre eux. C’est un des mots les plus importants de la langue japonaise. Avec cette collection, les éditions Ki-oon veulent faire partager des œuvres universelles, pour tous les ages, pour tout type de lecteur qui cherche à développer son imaginaire... Une collection faite pour la Yozone en sorte. Ce premier titre nous entraîne donc dans l’Egypte antique afin de découvrir une reine qui marqua de son modernisme son pays : Hatchepsout. C’est Chie Inudoh qui nous sert de guide à travers son récit et son dessin. La mangaka a toujours mis des femmes fortes au cœur de ses œuvres, deux séries qui sont pour le moment inédites en France. Chie Inudoh a effectué des études d’art à l’université et elle met son expérience au profit de son dessin, avec comme point de mire égaler les traits fins, et les sublimes dessins de Kaoru Mori, qui nous régale toujours avec ses Bride Stories.

Nous voici partis pour la XVIIIe dynastie de l’Egypte antique, autour de l’année -1479. Nous suivons l’ascension de celle qui sera une des plus grandes reines d’Egypte, en tout cas qui modernisera la position de reine et de la femme dans ce royaume d’Egypte gouverné par des hommes et surtout les Dieux. Chie Inudoh nous montre l’évolution de cette petite fille aux allures de garçon manqué, devant devenir grande épouse royale pour permettre à son demi-frère Sethi de devenir Pharaon. Nous découvrons la position de la femme dans cette Egypte antique. Les rôles y sont clairement partagés et surtout une femme ne peut espérer devenir Pharaon, ce que ne peut admettre la jeune Hatchepsout. Intelligente, dégourdie, elle va apprendre à jouer de sa position pour peu à peu accéder au rang divin. Le premier tome nous présente la famille royale au moment du couronnement de Thoutmosis II. Le portrait du souverain fait par Chie Inudoh n’est guère flatteur et le lecteur prend rapidement fait et cause pour la jeune Hatchepsout. Entre femme fatale et femme de poigne défiant les règles établies par les hommes, Hatchepsout va vite atteindre une plus grande maturité que son époux et jouer de son intelligence pour se faire aimer non seulement du peuple mais également des scribes et s’allier les grands esprit de son temps. Le premier tome nous permet de découvrir l’un d’eux : Senmout. Même si le récit est romancé, Chie Inudoh demeure fidèle à la vérité historique, donnant un intérêt d’autant plus grand à son récit.

Si le sujet et la personnalité de Hatchepsout sont passionnants, Chie Inudoh va également nous impressionner par son dessin. Certes, les traits de ses personnages sont des classiques du shonen, mais un travail considérable a été réalisé par la mangaka sur les tenues et les décors. Certes, je suis loin d’être expert en Egypte antique mais le rendu n’en demeure pas moins remarquable, avec des pleines pages de toute beauté mettant en valeur l’héroïne. Comment ne pas être impressionné par la double page montrant la préparation de Hatchepsout pour son mariage ? Sans parler de l’incroyable tenue de première épouse. Les atours de pharaon font alors pâle figure devant la beauté de Hatsepsout. Chie Inudoh dépeint Sethi plus comme un abruti que comme un Dieu vivant, pensant plus aux plaisirs de la chair et à s’enivrer qu’à réellement gouverner. Ses prises de position sont plus viscérales que réfléchies et avec la mort de Thoutmosis Ier, cela ne va guère s’arranger.

Ce premier tome de “Reine d’Egypte” se révèle passionnant et les quelques seins nus des amantes de Sethi ne suffisent pas à limiter le lectorat de cette série, nos chères têtes blondes voient bien pire sur les plages.

Un début prometteur pour la nouvelle collection Kizuna.


Reine d’Egypte (T1)
- Auteur : Chie Inudoh
- Traducteur  : Fedoua Lamodière
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 200 pages
- Date de parution : 9 mars 2017
- Numéro ISBN  : 979-10-327-0067-9
- Prix : 7,90 €


© 2015 Chie Inudoh / KADOKAWA CORPORATION
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés


Frédéric Leray
10 mars 2017






JPEG - 29.8 ko



JPEG - 29.3 ko



JPEG - 30.2 ko



JPEG - 35.4 ko



JPEG - 29.8 ko



WebAnalytics