YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Beaux Livres 2015 (2) : Carmilla, Oscar WIlde, L’étrange Cabaret... des Fées désenchantées...
Encore et encore, ils sont magnifiques...
La seconde sélection des Beaux Livres de fin d’année 2015

Voici une seconde sélection de Beaux Livres, pour y puiser quelque idée d’une jolie lecture illustrée à offrir. « Carmilla », « L’étrange Cabaret... des Fées désenchantées », « Doctor Who », « Oscar Wilde, splendeur et misère d’un dandy » ou « L’Odyssée d’Homère ». De grands textes classqiues, de superbes illustrations et un monument de science-fiction télévisuelle...

JPEG - 107.2 ko


Carmilla

« Deux grands yeux s’approchèrent de mon visage, et, soudain, je ressentis une douleur fulgurante, comme si deux grandes aiguilles espacées de quelques pouces seulement s’enfonçaient profondément dans ma poitrine. »

Ces quelques lignes sont de Sheridan Le Fanu, cet écrivain irlandais qui m’a toujours séduit par ces récits fantastiques et notamment ses remarquables histoires de fantômes. « Carmilla » est récit majeur de la littérature vampirique du XIXe siècle qui devait beaucoup inspirer Bram Stoker pour son « Dracula » (1897).

JPEG - 173.7 ko

A l’occasion du 200e anniversaire de la naissance de Le Fanu, la collection Métamorphose a publié un remarquable ouvrage entièrement vêtu d’ombres noires et parcouru de veinules rouge sang, les deux tonalités choisies par l’illustratrice italienne, Isabella Mezzanti pour imager cette histoire d’amour et de mort.

Le livre propose une nouvelle traduction de Gaïd Girard qui soumet en note finale sa propre lecture, fort instructive, de l’œuvre de l’écrivain irlandais. Pour ma part, j’ai enfin lu « Carmilla », par la grâce de ce beau livre qu’on croque avec grande délicatesse et un plaisir certain devant le travail remarquable de cette illustratrice italienne, Isabella Mazzanti.
Un bijou noir aux veinules rouge sang...

Lire la critique sur la Yozone : Carmilla


Carmilla, Joseph Sheridan Le Fanu et Isabella Mazzanti, Soleil/Métamorphose, 192 pages couleurs, 34,90 €
Parution : 8 octobre 2014


L’étrange Cabaret... des Fées désenchantées

On avait découvert le talent d’illustratrice d’Hélène Larbaigt avec « L’extraordinaire après-Vie d’Alice Osmont ou Les Aventures d’un Goubelin en pays de Broe » (Éditions Charles Corlet).
Aujourd’hui, c’est un livre étonnant qu’elle propose aux Éditions Mnémos (collection Ourobores) ou « L’étrange Cabaret... des Fées désenchantées ».

JPEG - 161 ko

Une fois encore, elle associe les textes aux ’illustrations, dans une ambiance steampunk, Art nouveau et burlesque. Elle se partage entre récits, portraits et contes, révèlant 12 fées sombres et mystérieuses au travers de plus de 80 magnifiques illustrations, affiches, menus et documents facsimilés.

Un beau livre irrésistiblement étrange, aux fragrances subtilement vénéneuses que vous n’aurez de cesse de vouloir respirer.
À respirer via la critique sur la Yozone : L’étrange Cabaret... des Fées désenchantées


L’étrange Cabaret... des Fées désenchantées, Hélène Larbaigt, Mnémos, 144 pages couleurs, 32 €
Parution : novembre 2014


Doctor Who : Les Archives

Premier beau-livre en français sur Doctor Who, cet artbook raconte toutes les étapes de la création de la série TV culte britannique et son histoire de 1963 à 2013.

Pour fêter les 50 ans de la série, Marcus Hearn (« L’Antre de la Hammer ») analyse toutes ses spécificités en y associant un véritable musée virtuel constitué de photos, costumes, produits dérivés et documents de production.

JPEG - 179.8 ko

« Doctor Who : Les Archives », 1963, naissance d’une série culte

Montez dans le Tardis, cet extraterrestre de la race des Seigneurs du Temps qu’on appelle aussi le Doctor Who aime la terre et ses habitants. Pour preuve, il vous livre ici tous ses petits secrets...
Un livre pour les fans d’une série qui a séduit un public trans-générationnel.

Pour ens avoir un peu plus : Doctor Who : Les Archives


Doctor Who : Les Archives, Marcus Hearn, Akiléos, 320 pages couleurs, 35 €

Parution : 20 novembre 2014


Oscar Wilde, splendeur et misère d’un dandy

Que sait-on d’Oscar Wilde (1854-1900) ? Le commun des mortels est capable de dire qu’il écrivit, entre autres, le fameux « Portrait de Dorian Gray ».
Qu’il fut un brillant faiseur de répliques et de maximes dont on trouve des exemples dans tous les recueils de citations ou de bons mots. Qu’il croupit en prison, convaincu d’homosexualité à une époque victorienne sévèrement corsetée. Mais, au-delà de ces éléments sus de tous, le Béotien des lettres, ou même l’amateur éclairé, connaissent-ils vraiment Oscar Wilde ?

JPEG - 251 ko

C’est sans doute partant de ce constat que Daniel Salvatore Schiffer et les Éditions de La Martinière ont décidé de mettre à disposition du lecteur une bibliographie richement illustrée, érudite mais néanmoins accessible à tous.
Un très beau tableau de la vie d’un personnage excentrique, théâtral, brillant, surdoué, fascinant, mort dans la misère avant de gagner l’immortalité des artistes maudits.

- A découvrir dans la critique réalisée par Hilaire Halrune pour la Yozone :
Oscar Wilde, splendeur et misère d’un dandy


Oscar Wilde, splendeur et misère d’un dandy, Daniel Salvatore Schiffer
Éditions de La Martinière, 212 pages, 32 €

Parution : septembre 2014


L’Odyssée d’Homère

Entendez-vous les chants qui célèbrent la légende d’Ulysse. « L’Odyssée d’Homère » est illustrée par trois artistes français. Une très belle redécouverte de ce chef d’œuvre de la littérature réalisé vers la fin du XIIIe siècle av. J.-C.

Après la guerre de Troie, Ulysse prend la mer pour rentrer sur son île d’Ithaque. Il veut retrouver Pénélope, son épouse, et son fils Télémaque. Mais il doit faire face au courroux du dieu Poséidon et ce voyage de retour durera dix ans au cours desquels il devra affronter de multiples dangers, rencontrant des rois, des dieux et des créatures incroyables. La nymphe Calypso, la princesse Nausicaa, les Cyclopes, la magicienne Circé et les sirènes seront sur sa route, mais son courage, sa bravoure, son ingéniosité le feront passer tous les obstacles, jusqu’à chasser les prétendants qui courtisent sa femme en sa propre maison.

JPEG - 185.5 ko

« L’Odyssée d’Homère » a nourri beaucoup de rêves d’enfance, par sa mythologie extraordinaire et les formidables tableaux fantastiques qui pouvaient en découler.
Ces tableaux, trois illustrateurs français les ont réalisés Mikaël Bourgouin, Anthony Jean et Yann Tisseron , trois noms connus des amateurs de bandes dessinées, trois hommes qui sont devenus amis dans leurs parcours de formation, notamment à l’école lyonnaise Émile Cohl et qui sont montés ensemble dans ce joli pari pictural.

L’ouvrage est composé d’extraits du texte intégrale d’Homère, traduit du grec ancien par le Prince Lebrun en 1819, exposés dans une mise en page sobre, très aérée, qui rend la lecture facile et agréable, et magnifie les 48 acryliques et huiles sur panneaux de bois des trois illustrateurs.

Du bel art entre mythologies et modernité.

Quelques images supplémentaires sur l’article : L’Odyssée d’Homère superbement illustrée


L’Odyssée d’Homère , Mikaël Bourgouin, Anthony Jean, Yann Tisseron, Glénat, 184 pages couleurs, 35 €
Parution : 26 novembre 2014


JPEG - 144.6 ko

Un clic sur la bannière pour retrouver cette première sélection de Beaux Livres 2015.


Illustrations © Illustrateurs et ayants droits (2014)


Fabrice Leduc
24 novembre 2014






WebAnalytics