YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Fausses bonnes questions de Lemony Snicket (les), tome 1 : « Mais qui cela peut-il être à cette heure ? »
Lemony Snickett
Nathan, roman traduit de l’anglais (Grande-Bretagne), policier, 249 pages, janvier 2014, 15,90€

Lemony Snicket vient d’avoir 13 ans et son diplôme. Alors qu’il va prendre le train pour rejoindre son mentor, comme initialement prévu, il échappe à la surveillance de ses pseudo-parents et s’enfuit par la fenêtre des toilettes grâce à un plan parfaitement huilé. Il retrouve dehors S. Theodora Markson, sa nouvelle tutrice, et tous deux foncent sur des chapeaux de roues à Salencres sur Mer, où une mission les attend, la première pour le stagiaire Snicket.
Car, on va le découvrir au fil des détails que Lemony distille au compte-gouttes, il est apprenti détective pour une mystérieuse organisation. Et qu’il joue également un double jeu...



Avant de raconter les « Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire », que Nathan est en train de republier en intégrale (3 ou 4 pavés au lieu de 13 volumes), l’auteur-héros-narrateur était un ado presque comme les autres. Et déjà cachottier, même lorsqu’il raconte ses propres aventures.

Le voilà ici fraîchement diplômé (d’on ne sait quelle école, mais elle a l’air spéciale), et il est obligé d’user de subterfuge pour échapper à des gens qui ne sont pas ses parents pour rejoindre sa tutrice S. Theodora Markson, une femme à l’empathie aussi maigre que sa chevelure est flamboyante. Elle fait vite comprendre au jeune Lemony qu’il est l’apprenti, qui doit se taire, chose qui lui semble compliquée, ne pas poser de mauvaises questions, voire pas de questions du tout, et l’observer, elle la professionnelle, pour apprendre.

Ce qui Lemony ne nous dit pas tout de suite, mais qu’on découvre vite, c’est que Theodora est la plus mauvaise tutrice détective, et que Lemony l’a choisie intentionnellement, pensant pouvoir lui échapper pour mener à bien une autre mission avec une ancienne camarade d’école. Las ! Elle l’emmène loin de la ville, dans l’étrange Salencres-sur-mer, une ville fantôme qui n’est même plus au bord de la mer, asséchée.
Un paysage fantastique, bordé par une forêt d’algues gluantes, où on leur confie une mission qui semble de plus en plus bizarre à Lemony au fil de leur enquête : retrouver une statuette soi-disant volée, mais en fait non, et la rendre à leur propriétaire qui semble être celui qui la détient actuellement.

Embrouillé, non ? Ajoutez à cela une détective maladroite et inattentive, des gens à l’affût du moindre geste des nouveaux arrivants tant leur vie est morne et qu’ils semblent souhaiter qu’elle le reste, et vous comprendrez vite que les meilleurs alliés de notre héros seront les enfants de son âge, mais eux aussi sont bien allumés : Pip et Squeak conduisent le taxi de leur père pendant la nuit, l’un au volant l’autre aux pédales ; Moxie l’apprentie journaliste mène des enquêtes sa machine à écrire portable toujours à la main ; Ellington vit de café et de jazz tout en cherchant son père, enlevé par un certain Hangfire.

Rien n’est ce qu’il semble dans cette première aventure des « Fausses bonnes questions de Lemony Snicket », riche en mystères petits et grands et en rebondissements tout autant. Si d’un premier abord on le considérera comme un roman très abordable, tant par le style, fluide et rapide, que par l’histoire, la façon dont cette dernière se complexifie, les (bonnes) questions s’accumulant sans trouver de bonne réponse, rend « Mais qui cela peut-il être à cette heure ? » très agréable à dévorer même pour les bien plus de 12 ans, qui y trouveront le content de second degré et de références, dont Lemony Snicket use à foison (pour payer son taxi notamment).

Les situations incongrues et les dialogues teintés de loufoque sont omniprésents, mais cèdent peu à peu du terrain face à un mystère aux tenants et aboutissants très sérieux. On en retiendra qu’à 13 ans, il vaut mieux choisir à quels adultes on fait confiance, et qu’il est parfois plus efficace de se débrouiller tout seul, notamment si on est aspirant détective. L’épilogue lève un peu le voile sur la mystérieuse école dont sort Snicket, et l’organisation dont il semble faire partie. Quelques miettes de plus qui feront impatiemment attendre le tome 2 prévu pour l’automne.

Terminons sur les très sympa (mais peu nombreuses) illustrations noires et bleues signées Seth. Certaines, plutôt qu’illustrer (ce qu’une illustration est censée faire, normalement), fourniront de précieuses informations au lecteur attentif.


Titre : « Mais qui cela peut-il être à cette heure ? »
Série : Les Fausses bonnes questions de Lemony Snicket, tome 1/4
Auteur : Lemony Snicket
Traduction de l’anglais (Grande-Bretagne) : Rose-Marie Vassallo
Couverture et illustrations : Seth
Éditeur : Nathan
Collection : Jeunesse
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 249
Format (en cm) : 21,1 x 14,2 x 2,5
Dépôt légal : janvier 2014
ISBN : 9782092541555
Prix : 15,90 €


Les Fausses bonnes questions :
tome 1 : « Mais qui cela peut-il être à cette heure ? »
tome 2 : « Quand l’avez-vous vue pour la dernière fois ? »
tome 3 : « Ne devriez-vous pas être en classe ? »
tome 4 : « Pourquoi cette nuit est-elle différente des autres nuits ? »


Nicolas Soffray
24 février 2014






JPEG - 42.5 ko



WebAnalytics