YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Revenge Classroom (T4 et 5)
Yamazaki Karasu et Kaname Ryu
Doki-Doki

Shota a totalement pété les plombs. Dans sa crise de folie, il a purement et simplement découpé Kazuma. Ayama est horrifiée par l’acte de son acolyte. Jamais la jeune femme ne voulait aller aussi loin, en tout cas, elle ne se salissait pas les mains au point d’être une meurtrière de sang froid. Elle laissait toujours une échappatoire à ses victimes. Mais maintenant, ils se retrouvent avec un cadavre sur les bras et un Shota totalement hystérique. Feignant d’accepter son acte, Ayama parvient à tromper la vigilance de son camarade de classe et réussit à l’enfermer dans le hangar. Sans nourriture et personne ne sachant qu’il se trouve prisonnier dans cet entrepôt désaffecté, les chances de Shota sont maigres et surtout sa disparition risque d’attirer l’attention de la police. Et pour ne rien arranger aux affaires d’Ayama, son casier et celui de Mari ont été saccagés, remplis de cadavres d’oiseaux. La pression sur Ayama est telle qu’elle s’évanouit. Malheureusement, l’acte de vandalisme a été dénoncé à la police et des inspecteurs commencent à s’intéresser fortement aux élèves du lycée Shirasaki.



Ryo est en chasse, cela fait des heures qu’il est à la recherche de Ren, celui qui est à l’origine de tous les malheurs d’Ayama. Ryo veut lui faire payer toute la souffrance subie par celle qu’il a aimée et dont il est toujours amoureux. Mais se retrouver face au caïd de l’école n’est pas aussi simple qu’il le pensait. Surtout que Ren l’attend de pied faire, armé d’un couteau. Il sait que Ryo a tué Daisuke. Jouer avec Ryo est si simple pour Ren, ce n’est rien d’autre qu’un gamin qui se croit devenu un héros et il compte bien le faire revenir sur terre. Pendant ce temps, Yuki tombe par hasard sur une Ayama déambulant dans la rue un couteau à la main. Inquiet, le jeune homme décide de la suivre pour savoir ce qu’elle peut bien manigancer, mais arrivé devant un hangar, il est assommé par derrière. Quand il se réveille, il est enchaîné, la tête coincée dans un engrenage de machine. La Ayama lui faisant face semble avoir perdu la raison. Elle lui avoue vouloir se venger de tous ceux qui l’ont martyrisée ou comme Yuki, ont ignoré ses souffrances. Finie la vengeance en douceur, il est tant que les autres souffrent autant qu’elle a souffert.

JPEG - 103 ko

La vengeance d’Ayama ne tourne plus du tout comme prévu depuis qu’elle s’est alliée avec Shota et Ai. Notre justicière psychopathe pensait pouvoir utiliser à son profit ses deux camarades mais chacun va mal tourner. La perte de raison de Shota était prévisible et Yamazaki Karasu le fait passer de victime à bourreau et d’une violence inouï au point qu’Ayama se sent mal. A ce moment, le lecteur sent que la jeune fille perd de sa confiance, de sa foi dans sa cause. Elle comprend qu’elle est allée trop loin, et face à l’imprévu, la réaction de la jeune fille est toujours l’usage de la force pour éliminer tout problème. Le cas d’Ai est encore plus embarrassant. Entre syndrome de Stockholm et amour lesbien, celle qui était totalement insignifiante se transforme en beauté fatale. Ayama, tel un docteur Frankenstein au rabais, perd le contrôle de ses deux créatures et se retrouve dans une situation des plus compliquées. Et les choses ne vont guère s’arranger car la police va enfin prendre les affaires en main. C’est l’événement majeur dans ce tome 4. Maintenant, Ayama n’est plus en sécurité, mais ceux qui la harcèlent non plus. Depuis la mort de Daisuke et le suicide de son ancienne amie, les anciens élèves du lycée Shirasaki sont sous le microscope de la police et finalement, l’enquête avance très rapidement. On est même étonné de l’efficacité de ces inspecteurs. A croire que Yamazaki Karasu avait besoin de trouver une raison logique pour accélérer l’action de sa série. Car se borner à des vengeances, même très élaborées, aurait fini par lasser et une totale impunité de son héroïne aurait également surpris les plus tatillons des lecteurs.

Le tome 5 va aller un peu dans tous les sens, parfois par des scènes qui laisseront dubitatif comme la confrontation entre Ryo et Ren. A quoi a-t-elle servi ? A montrer que Ren est au courant de toutes les rumeurs qui circulent dont celle qui fait de Ryo l’assassin de Daisuke ? Une autre scène ne laissait aucun doute sur la méthode par laquelle il avait tout appris. Alors pour en rajouter une couche ? Histoire de faire perdre un peu de sa superbe à Ryo ? Cela demeure un peu léger. Le retour de Ayama la folle à lier est plus intéressant. Cette fois, c’est la découverte d’un secret de famille qui va tout déclencher. La jeune fille n’avait déjà pas une relation facile avec ses parents, mais cette fois, c’est la rupture frontale. Toutefois, cela aura le mérite également d’attirer l’attention de la police. Décidément, Yamazaki Karasu n’aura vraiment rien épargné à son héroïne et il continue à la torturer durant tout ce tome 5. La jeune fille va passer par toutes les émotions, de la tortionnaire impitoyable mais ne semblant pas prendre de plaisir dans ses violences à la victime, encore une fois. Un nouveau changement d’importance car sa vengeance sur Yuki et Rino est froide. Même si sa perversité s’exprime toujours avec la même force, Ayama n’a aucune satisfaction à remplir sa vengeance contrairement aux premières victimes. La scène finale est un cas d’école du foutoir dans lequel se retrouvent tous les protagonistes de cette série. Tout part de travers, tout ce que les personnages entreprennent capote. On sent surtout qu’il est temps que cela finisse rapidement car Yamazaki Karasu ne convainc plus comme dans les premiers tomes. Cette série est arrivée à bout de souffle et il faudrait que les deux mangakas l’achèvent en beauté, sans trop la faire durer et perdre la force qu’elle avait à l’origine.

Si “Revenge Classroom” préserve un bon suspens sur son grand final, la série s’est essoufflée, d’ailleurs la longue attente entre la sortie du tome 5 et la future sortie du tome 6 n’est pas un très bon signe...


Revenge Classroom (T4 et 5)
- Scénario : Yamazaki Karasu
- Dessin : Kaname Ryu
- Traducteur  : Olivier Huet
- Éditeur français : Doki-Doki
- Format : 127 x 180 mm, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 9 septembre 2015 et 6 avril 2016
- Numéro ISBN : 978-2-81893-415-9 ; 978-2-81893-526-2
- Prix : 7,50 €


A lire sur la Yozone :
Revenge Classroom (T1)
Revenge Classroom (T2)
Revenge Classroom (T3)


© Edition Doki-Doki - Tous droits réservés


Frédéric Leray
5 février 2017






JPEG - 43.9 ko



JPEG - 31.7 ko



JPEG - 27.3 ko



JPEG - 47.3 ko



JPEG - 26.4 ko



JPEG - 31 ko



WebAnalytics