YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Kiriko
Shingo Honda
Komikku éditions

Cela faisait déjà seize ans que Setsuko Okumura était décédée. Cela faisait seize ans que son corps fut découvert au bas d’un pont suspendu. Certains pensèrent que la jeune fille s’était suicidée, une hypothèse que Ryosuke a toujours refusé d’accepter. Le jeune homme était dans la même classe que Setsuko. En fait, leur village était tellement petit qu’ils n’étaient que sept dans cette fameuse classe. Pour Ryosuke, Setsuko, qu’ils avaient surnommé Kiriko, avait tout pour réussir. Intelligente, belle, elle aurait dû être la plus heureuse de tous, alors pourquoi se serait-elle suicidée ? Quand Ryosuke reçut une carte d’invitation pour une réunion des anciens élèves de la classe de Setsuko, pour commémorer ce seizième anniversaire, le jeune homme ne se posa pas trop de questions et s’y rendit en ayant une seule idée en tête : il découvrirait durant ces retrouvailles pourquoi Kiriko est morte.



Tous sont présents. Chacun raconte où en est sa vie et finalement, la bande de potes semble avoir plutôt bien réussi. Mais cela n’explique pas qui les a invités à cette réunion. En tout cas, Kazuya a quelque peu abusé des bières qu’ils ont ramenées dans leur ancien collège. Ce dernier a bien vieilli. Mais Kazuya le connait de fond en comble et il est temps qu’il vérifie si les toilettes fonctionnent encore. En passant devant une classe, il lui semble voir une jeune fille revêtue de l’uniforme de leur ancien collège. mais en repassant devant la classe, celle-ci a disparu. Entre l’alcool et l’averse qui se déchaîne à l’extérieur, tout est fait pour lui embrumer l’esprit ; Alors quand Rio vient le draguer, il n’est vraiment pas d’humeur. Merde, il est marié avec des enfants maintenant, il est un patron d’entreprise alors que cette fille n’est qu’une vulgaire hôtesse de bar. Et voila comment ce type a osé la rembarrer. Merde pourquoi tout semble aller de travers pour Rio ? Kazuya n’est pas meilleur qu’elle, alors pourquoi se retrouve-t-elle seule assise sur des toilettes ? Seule... pas tout à fait car un bras horriblement déformé émerge de la cuvette et lui saisit la tête. C’est ainsi que Rio fut la première à mourir cette nuit-là...

JPEG - 63.2 ko

Shingo Honda s’est fait connaitre en France avec deux séries totalement différentes : Ping Pong Dash !! chez Doki-Doki et surtout “Hakaiju” aux éditions Tonkam, une série fantastique où des monstres gigantesques ont envahi la Terre. Avec “Kiriko”, le mangaka se tourne vers l’horreur plus classique. “Kiriko” est en fait l’histoire d’une vengeance d’outre-tombe, d’une jeune fille dont le mystère sur les conditions réelles de la mort restera intact jusqu’au dernier chapitre. En fait, Shingo Honda nous entraîne dans un jeu de dupes et de faux-semblants que se sont créés les élèves d’une classe d’un petit village. Ils se retrouvent 16 ans après la mort de Kiriko pour commémorer l’événement, mais la fête tourne vite court pour passer au massacre en règles des six amis. Shingo Honda plante rapidement son décor, qui sera en fait un huis clos dans l’ancienne école de notre bande de victimes potentielles d’un fantôme. Tout semble pourtant bon-enfant avec les retrouvailles de cette bande d’amis. Mais en réalité, chacun va jouer un jeu, cacher bien des choses aux autres jusqu’à ce que Kiriko les force à révéler leur véritable nature. Le héros, Ryosuke, semble pourtant venir avec une saine intention : faire toute la lumière sur la mort de Kiriko. Toutefois, il sera vite dépassé par les événements.

Shingo Honda va alors commence un survival horror. Sa Kiriko sort de l’ordinaire des fantômes tueurs, façon Ring ou encore The Grudge. Cette créature semble grandir au fur et à mesure que sa vengeance prend forme, comme si elle se nourrissait des âmes de ses victimes. Kiriko est un vrai monstre et son design surprend au premier abord car son corps semble avoir fait une mauvaise rencontre avec un pistolet mitrailleur. Mais attention, rien n’est dû au hasard, Shingo Honda ne dessine pas son corps uniquement pour créer une angoisse chez le lecteur mais aussi pour donner des indices sur les raisons de sa vengeance. La soirée tranquille entre amis finit en carnage car les vengeances de Kiriko sont particulièrement violentes et le mangaka va flirter souvent avec le gore sans pourtant trop y entrer, même s’il y a parfois de bons vieux arrachages de membres - les classiques, il n’y a que cela de vrai. Toutefois, il faut avouer que la vérité sur le meurtre de Kiriko sera assez surprenant même si peu à peu le lecteur comprend le fin mot de l’histoire. Mais son final est parfaitement mené et, alors qu’il y a souvent un risque de déception sur un one shot, Shingo Honda nous démontre un talent de conteur et surtout une style très intéressant pour conclure sa terrible histoire.

“Kiriko” est en fait une petit perle horrifique qui tient en haleine son lecteur jusqu’à la dernière page. Un one shot à posséder pour les fans d’horreur à la japonaise.


Kiriko
- Auteur : Shingo Honda
- Traducteur  : Yohan Leclerc
- Éditeur français : Komikku éditions
- Format : 13 x 18 cm
- Pagination  : 196 pages
- Date de parution : 22 septembre 2016
- Numéro IBSN : 978-2372871495
- Prix : 8,50 €


© Shingo Honda 2015
© Komikku éditions- Tous droits réservés


Frédéric Leray
2 octobre 2016






JPEG - 34.7 ko



JPEG - 30.4 ko



JPEG - 22.9 ko



JPEG - 28.9 ko



WebAnalytics