YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

60 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques

Tétralogie des Origines, tome 3 : Club Uranium
Stéphane Przybylski
Le Bélial’, roman (France), thriller historico-SF, 624 pages, juin 2016, 22€

Les objets ramenés d’Irak par Friedrich Saxhaüser sont aux mains d’un mystérieux comité. Les aliens sont entrés en contact avec eux, leur montrant qu’ils ne sont pas dupes et qu’ils ne sont autres que les maîtres du jeu.
Le SS Saxhaüser les connaît bien également, c’est même lui qui les a découverts dans une petite vallée et en a occis un grand nombre. Pourtant, ses visées s’avèrent différentes, car deux camps s’affrontent chez les autres.
Retrouver le fameux sanctuaire caché dans la vallée du Petit Zab en Irak devient le but de tous les belligérants : des Allemands qui pensent en ramener l’arme qui leur permettra d’asservir le monde, de M. Lee en mission pour le Comité, ainsi que de Friedrich Saxhaüser qui côtoiera à nouveau le comte Erchingen.


Avec le « Club Uranium », Stéphane Przybylski signe le troisième volet de la tétralogie « Origines ». Depuis le premier tome qui pesait 350 pages, chaque suite prend de l’embonpoint : 480 pages pour le 2 et 620 pour le présent livre. Mais il faut reconnaître qu’à la manière d’un ouvrage historique, chacun comporte les références qui ont servi à sa rédaction, des cartes pour les théâtres d’opération, un glossaire, les dates importantes couvrant la période à laquelle se passe le récit...
Se passer de leur lecture serait un tort car, en plus d’apporter des précisions importantes, cette partie démontre tout le sérieux de l’auteur qui se sert avec maestria des failles, des zones d’ombre de l’Histoire pour s’y engouffrer et concocter un thriller passionnant autour d’un sujet qu’il maîtrise très bien.
Pour la majorité du public, il est facile de se laisser bercer de l’illusion que l’auteur dévoile une vérité cachée, car il ne sort pas des grandes lignes connues, il reste fidèle au déroulement de la guerre, ce qui rend le cycle « Origines » d’autant plus intéressant et addictif.

La lecture mérite d’être attentive, car la chronologie est malmenée à plus d’une occasion. Le résultat d’une action est souvent donné avant les faits qui y ont conduit. Parfois, le saut temporel se situe bien après la seconde guerre mondiale. Si le procédé peut déstabiliser, il ne manque pas d’un certain à-propos, car il oblige à faire attention aux dates, à ne pas avancer bêtement sans mise en situation des événements.
Stéphane Przybylski fait preuve d’une grande érudition, car le « Club Uranium » présente de nombreux épisodes de la guerre de 39-45 : l’attaque de la France en passant par les Ardennes, les fronts russes et africains... dans lesquels se déroule une partie dont les joueurs sont rares.

Les intervenants sont loin d’être tous des personnages de fiction. Dans ce tome, Reinhard Heydrich apparait à plus d’une occasion. L’auteur apporte un éclairage sur pourquoi Rudolf Hess s’est rendu en Angleterre. Réalité et fiction se côtoient et font bon ménage.

Plus qu’un volume pour découvrir la conclusion de la tétralogie « Origines » pour laquelle Stéphane Przybylski fait des merveilles. Les lecteurs nagent en pleine théorie du complot avec des choses cachées au plus grand nombre et pas des moindres : ils sont parmi nous ! Et que veulent-ils ? Deux camps s’affrontent, chacun dispose de ses champions.
L’Histoire offre ici un magnifique terrain de jeu. La seconde guerre mondiale se révèle fidèle aux grandes lignes, mais les toutes petites, qui mises bout à bout font de grands effets, forgent ici l’intérêt du récit et le font dévier de l’ouvrage historique. Ce thriller jonglant entre Histoire et science-fiction réserve une très belle lecture, aussi instructive que distrayante, deux qualités que Stéphane Przybylski combine parfaitement.


Titre : Club Uranium
Série : Tétralogie des Origines, tome 3/4
Auteur : Stéphane Przybylski
Couverture : Aurélien Police
Éditeur : Le Bélial’
Directeur de collection : Olivier Girard
Site Internet : Roman (site éditeur)
Pages : 624
Format (en cm) : 14 x 20,5
Dépôt légal : juin 2016
ISBN : 9782843449031
Prix : 22 €


Également sur la Yozone, les chroniques de :
- (T1) « Le château des millions d’années »
- (T2) « Le marteau de Thor »



Pour contacter l’auteur de cet article :
[email protected]



François Schnebelen
9 septembre 2016







JPEG - 26.4 ko