YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Tétralogie des Origines, tome 1 : Le château des millions d’années
Stéphane Przybylski
Le Bélial’, roman (France), thriller historico-SF, 368 pages, février 2015, 20€

Juin 1939 : l’officier SS Friedrich Saxhaüser se rend en Irak sous couvert d’une mission archéologique pour rencontrer les dirigeants locaux et les rallier à la cause allemande. Le responsable officieux de la mission, Joachim Schmundt, en profite pour lancer une expédition dans une petite vallée, à la recherche du peuple aryen des origines.
Saxhaüser va y faire une étrange découverte, dont l’importance peut décider de l’issue du conflit qui se dessine. Il lui reste à ramener en Allemagne ce qu’il a trouvé...



La Yozone vous avait déjà parlé de cette parution, particulière à bien des points de vues. Pour la première fois, le Bélial’ prépubliait sous forme de feuilleton numérique un ouvrage, il s’agit du premier tome d’une tétralogie, soit quatre tomes à paraître en un peu plus de deux ans, d’un auteur français inconnu des lecteurs de l’imaginaire, car il n’a signé auparavant que des livres historiques, plus précisément sur l’histoire militaire. Que ce cycle se déroule en grande partie durant la seconde guerre mondiale n’a donc rien d’étonnant. Stéphane Przybylski est dans son élément, cela se ressent très bien lors de la lecture.

L’auteur s’engouffre dans les failles de l’Histoire, il nous offre un récit qui pourrait très bien être vrai mais qui n’a jamais été révélé au grand public, car l’affaire a été étouffée, n’ayant jamais eu l’influence espérée sur le conflit. Les extra-terrestres restent-ils dans l’ombre, nous observent-ils dans l’attente de trouver le bon interlocuteur ? Friedrich Saxhaüser semblait l’élu, mais sa fidélité au parti les a trompés et a été leur perte.

Friedrich Saxhaüser n’est pas n’importe qui, il appartient au cercle fermé entourant Adolf Hitler. Depuis qu’il lui a sauvé la vie lors du putsch manqué en 1923, il a sa confiance et s’affiche souvent à ses côtés pour lui porter chance. Après la défaite, ce héros de la guerre 14-18 n’a été reconnu que par le NSDAP, les aristocrates désireux de conserver leur privilèges l’ayant privé de son grade d’officier de l’armée acquis au péril de sa vie. Adolf Hitler, ce grand orateur qui savait galvaniser les foules, a vu sa valeur. Un peu avant la seconde guerre mondiale, c’est justement Saxhaüser qui peut faire pencher la balance en faveur de l’Allemagne. Il s’est emparé par la force d’une technologie inconnue.
Mais Friedrich n’est plus le même que 15 années plus tôt, les horreurs vécues das l’antre du pouvoir l’ont transformé. Ce n’est pas un personnage de pacotille, une figure creuse, il s’agit d’un être pétri de doutes, obligé de vivre avec ses actes. Même s’il obéissait aux ordres, les souvenirs ne l’en minent pas moins. De nombreux retours dans le passé nous permettent de mieux le cerner, apprendre comment il en est arrivé là. Stéphane Przybylski joue habilement de ce moyen pour donner un cachet historique au roman.
En effet, si la trame principale s’attache à l’expédition en Irak et à ses conséquences, tous ces morceaux d’Histoire se révèlent également passionnants. Ils donnent, entre autre, un regard intérieur sur les événements de l’époque, sur la montée en puissance d’Hitler et son accession au pouvoir.
L’auteur sait très bien jouer avec notre curiosité, sachant ménager le suspense. Ce qui s’est passé dans la petite vallée de l’affluent du Tigre est tout d’abord sauté. Comme Schmundt qui a subi un grave choc et perdu la mémoire sur ces jours-là, le lecteur est longtemps laissé dans l’ignorance. On sait que Saxhaüser a trouvé quelque chose, mais quoi ? On l’apprendra de manière détournée à travers le rapport que Saxhaüser envoie en Allemagne et surtout avec Schmundt dont les souvenirs vont revenir.

Le souffle de l’aventure balaye les pages du château des millions d’années. La comparaison avec Indiana Jones en quatrième de couverture n’est pas du tout exagérée, elle s’impose d’elle-même. Saxhaüser n’est pas le genre d’homme à s’embarrasser de fioritures, mieux vaut éviter de le chatouiller sous peine de l’énerver et alors là, attention !
Il faut reconnaître que l’écriture de Stéphane Przybylski n’est pas transcendante, certaines tournures peuvent faire grincer des dents, mais elle est efficace. Et puis l’histoire est telle que le lecteur ne se focalise pas sur l’écriture, il a soif de connaître la suite, de savoir comment cette découverte peut influer sur les événements futurs. Si elle modifie le cours de la seconde guerre mondiale, on pourra parler d’uchronie, ce qui n’est pour l’instant pas le cas.

Avec « Le château des millions d’années », Stéphane Przybylski signe un premier tome passionnant à bien des points de vues : par le sujet traité, par ses apartés historiques, ainsi que par le traitement ménageant le suspense. Avec Friedrich Saxhaüser, il a trouvé le vecteur parfait pour raconter une histoire inscrite dans la grande Histoire. Le choix d’un Allemand comme personnage principal rajoute de la densité au roman, de surcroît il a vu le parti nazi naître, évoluer et il jette un regard lucide dessus.
L’auteur est à son affaire, il maîtrise la période historique et nous la fait partager de manière originale. Cette entrée en matière dans l’imaginaire est ambitieuse et réussie.

« Le château des millions d’années » dépasse le simple cadre science-fictif, il plaira à tout un chacun pour peu qu’il apprécie un soupçon d’étrange dans un récit. De plus, il est toujours agréable d’apprendre des choses en lisant un roman distrayant. Là, ça passe tout seul et on en redemande. La fin nous laisse pensif sur la suite que Stéphane Przybylski réserve à « Origines ». Saxhaüser est en fâcheuse position et je me pose la question : l’histoire peut-elle lui survivre ?
Réponse en février 2016 avec « Le marteau de Thor ».

De nombreuses notes se trouvent en fin d’ouvrages : un glossaire, des cartes, un historique de la période... que l’on pourra consulter en cas de besoin, mais la lecture nous happera tant que l’on ne détournera pas l’attention.
À découvrir !


Titre : Le château des millions d’années
Série : Origines, tome 1
Auteur : Stéphane Przybylski
Couverture : Aurélien Police
Éditeur : Le Bélial’
Directeur de collection : Olivier Girard
Site Internet : Roman (site éditeur)
Pages : 368
Format (en cm) : 14 x 20,5
Dépôt légal : février 2015
ISBN : 978-2-84344-132-5
Prix : 20 €



Pour contacter l’auteur de cet article :
[email protected]


François Schnebelen
25 mars 2015






JPEG - 23.3 ko



WebAnalytics