YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Green Inferno (The)
Film américain chilien d’Eli Roth (2013)
16 octobre 2015 (e-cinéma)

***,5



Genre  : Horreur
Durée  : 1h40

Avec Lorenza Izzo (Justine), Ariel Levy (Alejandro), Daryl Sabara (Lars), Kirby Bliss Blanton (Amy), Magda Apanowicz (Samantha), Sky Ferreira (Kaycee), Nicolás Martínez (Daniel), Aaron Burns (Jonah), Ignacia Allamand (Kara), Richard Burgi (Charles)....

Un groupe d’activistes new-yorkais se rend en Amazonie et tombe entre les mains d’une tribu particulièrement hostile.

Si le ptch du nouvel opus horrifique d’Eli Roth évoque fortement le film culte de Ruggero Deodato, à savoir « Cannibal Holocaust », le réalisateur de « Cabin Fever », d’« Hostel » et de « Knock Knock », n’a pas poussé le bouchon au point de le tourner également comme un found foutage movie.

Non, « The Green Inferno » est un film de facture classique. On y suit le parcours de Justine, fille d’un officiel de l’ONU qui se fait prendre dans la toile d’Alejandro, le guru d’un petit groupe d’activiste universitaire.

Parti en Amazonie pour sauver une peuplade de la destruction par déforestation, le groupe de militant parvient à stopper la progression des bulldozers. Mais durant leur voyage de retour, leur avion s’écrase dans la forêt et le film bascule soudain dans le pur film de Cannibales à l’italienne lorsque les indigènes qu’ils étaient venus protéger leur tombent violemment sur le poil, les conduisent à leur village, et démembrent à vif le plus appétissant d’entre eux en place du village.

« The Green Inferno » verse même un temps dans le film de Cannibales à tendance documentaire ; Eli Roth s’ingéniant, pendant que la poignée d’activistes survivants reprend ses esprits dans une cellule à ciel ouvert, à filmer les préparatifs culinaires de la tribu.
Mais le propos de « The Green Inferno » n’est pas uniquement celui d’un revival du film de cannibales. Eli Roth a visiblement un grief envers les limites du discours de l’activisme vert et ses dérives, et refocalise rapidement l’attention du spectateur sur les prisonniers, dessinant au passage le portrait d’un véritable salopard en la personne d’Alejandro, dont chaque intervention et révélation nourrit l’antipathie, pour ne pas dire l’inimitié ou la haine de ses codétenus. En particulier celle de Justine.

Et même si, au coeur de la tension, Eli Roth ne peut s’empêcher d’injecter une dose d’humour potache pour débloquer la situation, son métrage virant le temps d’une séquence vers le surréalisme ou la parodie, il livre avec ce pourtant perfectible « Green Inferno » un bon film d’horreur, voire même son meilleur film.

Certes, son Enfer Vert n’égale pas, et de loin, la puissance et de la sauvagerie des réalisations de Ruggero Deodato ou Umberto Lenzi (Les maîtres du Cannibal movie italien), mais se révèle néanmoins divertissant et jouissif.

JPEG - 36.3 ko


FICHE TECHNIQUE

Réalisation  : Eli Roth
Scénario  : Eli Roth & Guillermo Amoedo
Producteurs  : Miguel Asensio, Molly Conners, Nicolás López, Eli Roth
Coproducteurs  : Amanda Bowers, Michael Romero
Producteurs exécutifs  : Jason Blum, Maria Cestone, Michael Joe, Sarah E. Johnson, Hoyt David Morgan …
Musique originale  : Manuel Riveiro
Images  : Antonio Quercia
Montage  : Ernesto Díaz Espinoza
Casting  : Dominika Posserén, Kelly Wagner
Création des décors : Marichi Palacios
Direction artistique : Fernando Alé, Nicholas Tong
Décorateur de plateau : Armann Ortega
Costumes  : Elisa Hormazábal, Kama K. Royz
Maquillages  : Ozzy Alvarez, Jonah Levy
Production  : Worldview Entertainment, Dragonfly Entertainment, Sobras International Pictures
Distribution  : Wild Side

LIEN(S) YOZONE

=> La bande annonce

INTERNET

Le site officiel : www.greeninferno-lefilm.com


Images © Wild Side



Bruno Paul
19 octobre 2015






JPEG - 18.6 ko



JPEG - 12.1 ko



JPEG - 13.7 ko



JPEG - 10.1 ko



JPEG - 11.6 ko



JPEG - 12.1 ko



WebAnalytics