YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Ubel Blatt (T14 et 15)
Etorouji Shiono
Ki-oon

Il était une fois sept héros qui avaient sauvé l’empire et gagné le coeur des citoyens, mais en l’an de grâce 3992, deux d’entre eux ont été assassinés par le rebelle connu sous le nom de « tueur de héros » et les cinq survivants se sont divisés en deux camps avant de lancer leurs armées les unes contre les autres.
Voila près de quatre mois que la guerre a éclaté.



Le tome 14 des aventures du semi-elfe aux nattes blondes voit la mise en avant de deux protagonistes jusque là cantonnés à des rôles de figuration : les comtes Güllengurv et Nirgenfeled. Il faut dire que s’ils doivent périr sous les coups d’épées de notre tueur de héros préféré, il serait peut-être temps de commencer à développer leur personnalité. Présentés en arrière-plan lors du massacre d’Asheriit, ils n’avaient pas vraiment participé de manière active à la prise de décision, s’étant plutôt contentés de suivre le groupe loin des meneurs comme Glenn. Cette mentalité de suiveur se retrouve d’ailleurs ici lorsqu’ils apparaissent pour soutenir tièdement les troupes du marquis Lebellond.

Ce dernier est d’ailleurs à l’apogée de sa folie et cela est très bien géré graphiquement par Etorouji Shiono, sa transformation physique à mesure qu’il devient fou est tout simplement saisissante et la haine viscérale qu’il inspirait dans les tomes précédents se transforme en pitié.

C’est l’une des grandes forces de l’auteur dans sa gestion des personnages : il arrive à faire évoluer très rapidement les sentiments qu’ils nous inspirent. Un des exemples les plus frappant est Glenn. Présenté comme un traitre dans les premiers tomes et objet ultime de la vengeance de Koinzell, il gagne par la suite notre sympathie quand on découvre les remords qui le rongent et ses efforts pour tenter de racheter son crime. Puis il nous revient d’entre les morts, avec un lifting des plus réussi et une nouvelle personnalité froide, égocentrique et ambitieuse qui nous fait le détester à nouveau.

Si le tome 14 nous offre l’apogée de la guerre des héros par l’affrontement à distance entre Glenn et Lebellond avec son lot de décapitations, le tome suivant est plus calme avec une digression de peu d’intérêt sur une petite histoire de mariage arrangé pour Elsaria. Etorouji Shiono semble avoir trouvé son rythme en alternant entre les tomes d’action, ceux de politique et ceux, comme le tome 15, plus « calme », calme étant ici un euphémisme pour un peu « chiant ».

Petit bémol également pour les retours héroïques de Koinzell qui n’ont plus rien de surprenant puisqu’ils arrivent à peu près tous les deux tomes. Il disparaît, on s’inquiète, son groupe d’amis est en danger et juste avant que l’un d’eux ne subisse une attaque mortelle, il s’interpose et tout le monde crie son nom. Les retours héroïques de Koinzell sont à “Übel Blatt” ce que les tournois sont à “Dragon Ball”. Espérons que l’auteur saura se renouveler un peu pour la suite car cette série est et reste l’un des meilleurs seinen du moment.


Übel blatt (T14 et 15)
- Auteur : Etorouji Shiono
- Traducteur : Ryoko Akiyama
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 132 x 178 mm, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination : 194(T14) et 210(T15) et pages
- Date de parution : 12 décembre 2013 et 3 juillet 2015
- Numéro ISBN : 978-2-35592-604-4 ; 978-2-35592-692-1
- Prix : 7,65 €


A lire sur la Yozone :
Übel Blatt débarque en France
Übel Blatt (T0)
Übel Blatt (T1)
Übel Blatt (T2)
Übel Blatt (T9 et 10)
Übel Blatt (T11)
Übel Blatt (T12)


© 2005 Etorouji Shiono / SQUARE ENIX CO., LTD.
© Ki-oon - Tous droits réservés


Gianni Zablot
9 mai 2015






JPEG - 79.5 ko



JPEG - 24.4 ko



WebAnalytics