Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Cartaventura : Les Trois Mousquetaires – l’honneur de la Reine
créé par Thomas Dupont, scénarisé par Pierre Buty, illustré par Guillaume Bernon
BLAM ! Edition, 24 novembre 2023

1627, en France, les prémices d’une guerre à la Rochelle couvent sous les braises. Les gardes du Cardinal de Richelieu et les Mousquetaires de Louis XIII se préparent à battre le fer au moindre crépitement.
Vous, Charles d’Artagnan, montez à Paris afin d’intégrer le corps des Mousquetaires pour défendre la France et le Roi. Grâce à une lettre de recommandation, la partie devrait se dérouler sans embûches. Mais votre légendaire fougue de Gascon risque d’en décider autrement…



JPEG - 41.5 ko

C’est quoi ce jeu ?

À l’occasion de la sortie du film « Les Trois Mousquetaires – D’Artagnan », les éditions BLAM ! ont signé un partenariat avec Pathé Film afin de créer un jeu de la gamme « Cartaventura » basé sur le scénario du long-métrage.
Vous voici donc glissé dans les bottes d’un d’Artagnan intrépide… Ou pas, cela dépendra des choix qui guideront vos pas, le tout dans l’esprit de tous les jeux de la gamme « Cartaventura »

Dans la boîte

Cette fois, vous trouverez 35 cartes en place des 70 habituelles, glissées dans une petite boîte cartonnée qui se range aisément dans toutes les poches. Pas de livret historique mais un livret de règles.
L’illustration de la couverture signée Guillaume Bernon ouvre le bal et le ton : capes, épées et atmosphère sombre.
Les aquarelles qui émaillent les autres cartes démontrent, si vous en doutiez encore, le talent fabuleux de Guillaume Bernon. Chaque peinture est une fresque en mouvement, débordante de vie.

JPEG - 25.5 ko

Comment on joue ?

Comme toujours avec la gamme Cartaventura, lisez et tournez les cartes.
Les cartes Immédiat vous plongent dans le contexte, vous demandent parfois de réaliser des choix. Les Plans dessinent votre parcours et font apparaître les Action qui seront les tournants de votre histoire. Vous récolterez aussi dans votre besace des cartes Objet qui vous octroieront des opportunités.

Chaque jeu de la gamme possède une mécanique qui lui est propre et qui est intrinsèquement liée à la thématique. Dans « Lhassa », l’argent puis le Karma étaient prépondérants ; dans « Oklahoma » ce sont des personnages affublés des signes de cartes de poker qui vous aident, ou au contraire vous jettent dans les difficultés.
Dans « Les Trois Mousquetaires », vous récupérerez des symboles Intrigues et Bravoures qui vous permettront de franchir des épreuves. Il en ira ainsi de votre destin.

On en pense quoi ?

On peut s’interroger sur le format choisi avec moitié moins de cartes que dans un « Cartaventura » habituel.
Côté pratique, comme dit plus haut, ça se glisse dans la poche sans problème. Et puis, point non négligeable, cela donne une boîte à moins de 10 euros. Le cadeau idéal pour faire découvrir la gamme à vos proches.
Côté narratif, l’histoire est plus resserrée. L’entrée dans l’action est immédiate, à l’instar du film. Le début colle d’ailleurs au scénario du long métrage. Et vous n’aurez pas de répit dans vos choix, puisque dès la 5ème carte, vous serez plongé au cœur des événements.
Tout est un peu flou, des personnages apparaissent, vous vous retrouvez pris dans la tourmente, et vous sentez que quelque chose de louche se profile.

JPEG - 41.4 ko

Même arrivé à Paris, choisir d’aller rencontrer les mousquetaires ou de trouver une chambre vous orientera vers des chemins différents.

Nous connaissions (à peu près, dans les grandes lignes) l’histoire tirée des romans d’Alexandre Dumas père. Mais le jeu étant un miroir du film, nous avons décidé de voir le film avant de jouer. Bonne ou mauvaise idée ?

Le fait de connaître le scénario nous a poussés au départ à suivre la trame du long-métrage, à faire les mêmes choix que d’Artagnan. Certains se sont révélés identiques au film. Nous saluons l’astucieux scénariste du jeu Pierre Buty ainsi que Thomas Dupont, créateur de la mécanique et des arborescences, car les chemins dévoilent des arcs narratifs différents.
Là où le film réunit toute l’histoire, le jeu omet quelques pistes qui n’apporteraient pas un intérêt majeur et risqueraient de l’alourdir. Le jeu permet des opportunités intéressantes et variées. Il est alors indispensable de repartir à l’aventure pour découvrir les nouveaux embranchements.

De plus, selon les routes choisies, vous rencontrerez des objets et personnages différents. Certains ne pourront même pas être là si vous n’avez pas auparavant exploré l’une ou l’autre des lignes narratives. Là encore une astuce diablement futée donnant envie de recommencer jusqu’à épuiser l’histoire.

JPEG - 50.8 ko

Cette version offre le plaisir habituel avec différentes fins proposées. La boîte en offre 3, cependant, une seule induit l’aboutissement ultime donnant son sous-titre au jeu. Elle est de plus signalée sur la carte de résolution par un carré doré qui provoque son petit effet. Impossible de lâcher avant de tomber dessus !

Il n’y a donc pas un choix préférable à l’autre.
Goûtez au film en premier si vous le voulez, cela ne vous empêchera pas de frissonner à chaque carte et de choisir votre destinée.
Ou appréciez d’abord le jeu et toutes ses trames pour mieux voir comment le film tisse la toile narrative.

On nous accusera sans doute de nous répéter, mais qu’importe ! Chaque boîte de « Cartaventura » est une boîte de chocolat fourrés. Elle propose des surprises, un plaisir narratif toujours renouvelé. Une envie forte de suivre les pistes à la délectation régressive.
Ce « Trois Mousquetaires – L’honneur de la Reine » ne déroge pas à la règle.

Mettez-vous dans les oreilles la très belle bande originale du film composée par Guillaume Roussel (« BAC Nord », « Couleurs de l’incendie »…) puis plongez-vous dans les cartes de votre destin de Gascon pour trembler, aimer et combattre en l’honneur de la Reine.


À lire sur la Yozone :
- « Cartaventura Odyssée : le secret des pharaons », la chronique du jeu
- « Cartaventura : Versailles », la chronique du jeu
- « Cartaventura Odyssée : le trésor de Libertalia », la chronique du jeu
- « Cartaventura : Oklahoma », la chronique du jeu
- « Cartaventura : Lhassa & Vinland », la chronique des jeux
- L’entretien avec Thomas Dupont, créateur des jeux « Cartaventura »
- L’entretien avec Guillaume Bernon, illustrateur de la gamme « Cartaventura »
- L’entretien avec Arnaud Ladagnous, scénariste de « Cartaventura : Lhassa, Vinland & Oklahoma »


Cartaventura : Les Trois Mousquetaires – l’honneur de la Reine
Thème : aventure narrative dans l’Orient du 14ème siècle
Mécanique (s) : coopératif, déploiement de cartes, découverte évolutive du plateau
Âge : à partir de 10 ans
Nombre de joueurs : 1 à 6 (excellent en solo)
Durée d’une partie : environ 30 minutes
Auteur(s) : Thomas Dupont & Pierre Buty
Illustrateur(s) : Guillaume Bernon
Éditeur : BLAM ! Edition
Date de sortie : 24 novembre 2023


Illustrations © Guillaume Bernon & BLAM ! Edition


Michael Espinosa
Christelle Espinosa
13 décembre 2023



JPEG - 18.2 ko



Chargement...
WebAnalytics