Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Emma G. Wildford
Zidrou et Édith
Noctambule (Soleil)

Il y a quatorze mois, son fiancé, Roald Hodges, membre de la National Geographic Society, a embarqué en direction de la Norvège, et depuis... elle est sans nouvelles de lui. Elle questionne régulièrement les autres membres, en vain. Avant de partir, Roald a confié à Emma une mystérieuse enveloppe à n’ouvrir que dans le cas où il lui arriverait malheur.

JPEG - 208.8 ko

Nous sommes en 1920. Près de Londres, la canicule sévit. Emma est une rêveuse, une poétesse, mais surtout une âme libre qui se languit d’être une amoureuse si loin de son amoureux. Elle décide de tout quitter, sa vie, son confort, l’Angleterre, pour se rendre en Laponie. Mais plus qu’une quête à la recherche de son fiancé, Emma va vivre une véritable quête personnelle.



Un pas... Un souffle... Un battement de cœur... Tout, là-bas, retrouve sa juste valeur.

Il est parti à la recherche du « tombeau de la géante » et de ses fabuleux trésors, le tombeau de Dolla, déesse vénérée depuis des millénaires par les Samis, si loin, à l’ouest du lac Inari. À bord du Farewell, affrété par la Royal Geographical Society de Londres, Roald a été vu, tout d’abord, au port de Tromso puis à Ivalo, au sud du lac Inari. Depuis c’est le silence, Emma n’a plus de nouvelles de celui qu’elle aime depuis l’âge de douze ans et demi et qui lui avait promis de l’épouser le jour de ses vingt ans. Elle est au bout de ce qu’elle peut endurer comme attente !

JPEG - 217.4 ko

Je suis une femme... J’ai été élevée dans l’idée que tout n’était que danger et perversion autour de moi !

Mais cette idée folle d’expédition, aux confins du plus froid de la Laponie, a expédié ces désirs dans la valise aux souhaits non réalisés. Si nombreux alors pour les femmes en cette Angleterre victorienne si sclérosée. Il ne lui a laissé qu’une lettre, à n’ouvrir qu’en cas de malheur, qu’Emma si libre et au cœur si pur, même si elle a déjà appris douloureusement à se méfier des hommes, n’a pas ouverte après déjà quatorze longs moins d’attente !
Mais pour elle, le temps ne peut plus la garder en cette prison emplie de doutes et de vains espoirs, le temps de l’action est venue. Contre et malgré tous, elle décide de monter une expédition de secours.

JPEG - 306.7 ko

Courageuse mais encore naïve, elle s’embarque malgré tous les dangers qui l’attendent au bout de ce froid si mordant à la rencontre d’un monde qui n’aura plus jamais le même goût quand Emma G. Wildford, cette reine de l’espérance, sera allée au bout de sa quête. Les blessures de l’enfance et celles de la femme qu’elle devient se rencontreront dans ce bout du monde où de terribles secrets et de vieilles légendes pourront s’épouser.

« Là-bas, ce mot de tous les départs. Qui fait de vous l’étrangère, qui fait d’ici un ailleurs. »

Dans ce très beau livre fabriqué comme un coffre à souvenirs avec cette double-couverture aimantée qui révèle le splendide manuscrit, resté dans son écrin parsemé d’étonnants fragments de l’aventure d’Emma - une photo, un billet de traversée en bateau et, surtout, l’énigmatique lettre qu’Emma, sa sœur Elizabeth et vous, curieux lecteurs, aurez envie ou des raisons de lire. Zidrou a imaginé une histoire toujours en trompe-l’œil pour le dessin et les couleurs subtils d’Édith. La dessinatrice transforme le mystère en poésie, le lent bouleversement dans la vie d’Emma en une tragédie qui la construit, la révèle, formant la femme, dévoilant l’écrivain qui va naître.

JPEG - 200.8 ko

Légère, dramatique, subtile, sensible, rêveuse, mystérieuse, avec ses formidables couleurs (ces superbes compositions en des jardins anglais sous la canicule), Édith, une fois encore (souvenez vous du délicieux “Le Jardin de Minuit”) relève avec délicatesse et une extrême intelligence le défi de ce très beau scénario dont Zidrou lui fait l’offrande.
Sous la forme, c’est le plus beau livre de cette année 2017 (merci Noctambule et l’équipe de Clotilde Vu) et pour moi celui qui aurait pu être salué par le Fauve d’Or d’Angoulême 2018. C’était mon favori, tout près de “La terre des fils” de Gipi (Futuropolis) et de “La saga de Grimr” de Jérémie Moreau (Delcourt), et je le prouve ..
Curieusement, l’album a été en rupture de stock sur la période de Noël et du Festival d’Angoulême... un démarrage difficile et assez incompréhensible, mais qui doit être oublié aujourd’hui tant cet album est une merveille qui ne peut que connaître le succès chez tout bon libraire de bande dessinée. Et marquer longuement ses lecteurs éblouis... Offrez le donc en cette fin d’année 2018 !


Emma G. Wildford
- Scénario : Zidrou
- Dessin et couleurs : Édith
- Éditeur : Soleil
- Collection : Noctambule
- Pagination : 104 pages couleurs
- Format : 21 x 27,5 cm
- Dépôt légal : 22 novembre 2017
- Numéro ISBN : 978-2-302-06397-6
- Prix public : 22,95 €


À lire sur la Yozone :
Fauve d’Or - Prix du meilleur album : Gippi, Edith, Timothé Le Boucher... ?
Le Jardin de Minuit
Edith : Interview dans Le Jardin de Minuit


Illustrations © Édith et Éditions Soleil (2017)



Fabrice Leduc
24 octobre 2018




JPEG - 103.6 ko



JPEG - 107.5 ko



JPEG - 117.4 ko



JPEG - 100.1 ko



JPEG - 93.7 ko



JPEG - 71 ko



JPEG - 115.5 ko



JPEG - 47 ko



JPEG - 66.7 ko



WebAnalytics