Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Danses aériennes
Nancy Kress
Le Bélial’, recueil de 11 nouvelles, traduit de l’anglais (États-Unis), science-fiction, 516 pages, novembre 2017, 23€

Avec « Danses aériennes », l’équipe de « Quarante-Deux », à savoir Ellen Herzfeld et Dominique Martel, présente aux lecteurs une sélection des meilleurs textes de Nancy Kress. Comme pour les précédents recueils élaborés de la sorte, l’exigence est au rendez-vous.
Onze textes au sommaire, dont cinq courts romans.



Dans la novella “Le sauveur”, un OVNI se pose aux États-Unis. Il reste immobile, n’interagit pas avec son environnement et défie toute analyse. Le temps passe, la société change en profondeur et cet observateur suit les Terriens. Il s’agit d’une plongée dans un futur qui ne peut que renaître d’une crise majeure. Très intriguant, entre croyance et science, l’ensemble est subtil.

Le titre “Touchdown” est un clin d’œil au sport le plus populaire des USA, sauf que cela n’a plus rien à voir avec le football américain. La Terre est dévastée et reconnaître à l’aveugle ce qu’il reste des villes captive les foules. Un détournement surprenant et illustrant la fragilité de notre planète.

“Évolution” ou comment être mis au ban de la population en fréquentant un hôpital. Les infections qui y circulent inquiètent tout le monde et il faut vraiment ne pas avoir le choix pour s’y rendre. Épidémie, psychose collective, un avenir terrifiant et terriblement désabusé.

Si l’homme pouvait se concentrer sur une seule chose sans être parasité par plein de paramètres l’affectant sans cesse, quelle serait sa marge de progrès ? “Fin de partie” se lance dans une tentative de réponse. L’homme y est malmené, sujet à expérimentations, mais tout a un prix. Nancy Kress s’interroge sur la nature humaine, sur ce qui caractérise un individu, non sans émettre des réserves à tripatouiller le cerveau.

“Shiva dans l’ombre” nous entraîne dans l’espace à proximité d’un trou noir, entre autres joyeusetés cosmiques. Afin de compiler des données, une sonde abritant des uploads des trois membres d’équipage est envoyée au plus près. Nancy Kress alterne les points de vue entre le vaisseau et la sonde, entre les personnages réels et les uploadés. Lesquels sont les plus fragiles, les plus à même de céder à leurs sentiments ? Les émotions figurent au cœur de cette novella de Hard Science qui se révèle passionnante et au déroulement magistral.

“À la mode, à la mode” porte bien son titre. La mode ne s’affiche plus seulement par les vêtements, il faut aussi suivre celle des sentiments. L’auteure se moque de la mode et de ce diktat poussant à suivre son évolution de peur d’être mis à l’écart. Amusant et bien vu, faisant notamment penser aux réseaux sociaux. Il faut y être sans cesse, liker à tout va pour étendre sa visibilité. Pourtant le texte date de 1997.

Dans “Le bien commun”, ils sont arrivés un 30 juin et ont vaporisé les plus grandes villes du monde. Ils sont revenus bien plus tard, alors que les survivants peinent à se relever de cette perte. Pourquoi ont-ils agi de la sorte ? Pourquoi accueillent-ils dans leur enclave des humains ? Et qu’est-ce que le loin-voir qu’ils cherchent à enseigner à Zed ? L’homme peut-il être le maître de son destin ou faut-il assumer à sa place les choix difficiles ? Le fond de cette novella fait mouche, elle se rapporte à la situation actuelle où de nombreux politiques se défilent, retardant le moment des décisions importantes, sans aucune pensée pour les générations futures.

On va y arriver” raconte le retour à la vie de Lissa après 35 ans de cryogénisation dans l’attente d’un remède. Un homme se retrouve alors tiraillé entre son ex-femme et celle qu’il a épousée voilà plus de 30 ans. Présent et passé se percutent et le résultat n’est pas forcément celui attendu.

“Un” : Zack se fait opérer d’une tumeur au cerveau. Il en ressort avec le don de prévoir ce qu’autrui va faire dans les secondes qui viennent. Qu’en fait-il ? Zack est quelqu’un de détestable qui ne se rattrape pas par ses actes, n’en faisant toujours qu’à sa tête. De l’idée, de l’action pour une novella enlevée et passionnante.

“Trottoir à 12H10” est la nouvelle la plus récente et la plus courte au sommaire. Ce texte nostalgique met en scène Sarah dans ses vieux jours et qui n’a plus que ses souvenirs. L’intérêt s’avère ici moindre, surtout vis-à-vis du niveau d’ensemble qui est excellent.

La novella “Danse aérienne” a déjà été publiée par le Bélial’ en 1997. J’en ai gardé un très bon souvenir et 20 années après, le charme opère toujours. La danse est un art difficile et très contraignant pour le corps et les bio-améliorations permettent de le porter à un niveau insoupçonné. Entre une mère reporter dont la fille est prête à tous les sacrifices pour percer dans ce milieu et une danseuse étoile suivie d’un chien amélioré, Nancy Kress embarque les lecteurs dans les coulisses du New-Yok City Ballet. Elle pose les bases d’un art à deux vitesses, suivant ceux qui le pratiquent. À l’image du sport où les performances peuvent être augmentées par la prise de produits dopants, l’auteure pose les bonnes questions, dénonçant notamment la propension du public à toujours plus de spectaculaire, ce qui entraîne une escalade dans l’envie d’aller toujours plus loin, même si la santé en pâtit. Magistral !

Ce recueil est tout bonnement excellent, le travail de sélection remarquable ! Plusieurs thèmes récurrents y apparaissent, comme l’homme augmenté, l’arrivée des extraterrestres, la capacité de l’homme à prendre son destin en main... autant de thèmes souvent imbriqués. Nancy Kress place souvent l’humain face à ses responsabilités, elle l’oblige à voir la vérité en face. La crise, c’est-à-dire l’effondrement de la société, lui sert de révélateur.
Nancy Kress apparaît parfaitement à l’aise dans le format de la novella, elle emporte les lecteurs dans son imaginaire passionnant et « Danses aériennes » offre des moments de lecture inoubliables.
Un recueil indispensable pour tout amateur de SF !

La bibliographie d’Alain Sprauel en fin du recueil mérite d’être lue attentivement pour savoir ce qui est disponible en français et, fort à propos, le prochain « Bifrost » sera un spécial Nancy Kress.


Titre : Danses aériennes
Auteur : Nancy Kress
Traduction de l’anglais (États-Unis) et harmonisation : Thomas Bauduret et Pierre-Paul Durastanti
Ouvrage composé par : Ellen Herzfeld & Dominique Martel
Couverture : Aurélien Police
Éditeur : Le Bélial’
Directeur de collection : Olivier Girard
Site Internet : Roman (site éditeur)
Pages : 516
Format (en cm) : 14 x 20,5
Dépôt légal : novembre 2017
ISBN : 9782843449277
Prix : 23 €



Nancy Kress sur la Yozone :
- « Le nexus du docteur Erdmann »
- « Après la chute »


Pour écrire à l’auteur de cet article :
francois.schnebelen[at]yozone.fr


François Schnebelen
7 janvier 2018






JPEG - 24.9 ko



WebAnalytics