YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

35 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques

Nexus du Docteur Erdmann (Le)
Nancy Kress
Le Bélial’, Une Heure-Lumière, n°2, court roman traduit de l’anglais (États-Unis), science-fiction, 160 pages, janvier 2016, 9,90€

Si le physique d’Henry Erdmann flanche de tous les côtés, à 90 ans, il peut se vanter d’avoir une intelligence toujours aussi alerte, puisqu’il donne encore quelques cours à l’université. Aussi, quand il ressent les symptômes d’une attaque cérébrale, craint-il de perdre l’esprit. Lui qui a travaillé aux côtés des plus grands physiciens lors du développement de la bombe H éprouve la plus grande peine à l’accepter.
Dans la maison de retraite, Carrie s’occupe de nombreux pensionnaires, s’attachant davantage au Docteur Erdmann qu’aux autres. Elle s’inquiète pour la santé d’Henry, surtout après avoir assisté à une de ses attaques. Mais le cas est loin d’être isolé.
Que se passe-t-il vraiment ?


Après l’excellente novella « Danse aérienne » (Collection Étoiles Vives), Nancy Kress revient au Bélial’ avec un autre court roman « Le Nexus du Docteur Erdmann », le second numéro de la collection Une Heure-Lumière.
Le récit se déroule principalement dans une maison de retraite, un lieu qui, de prime abord, n’augure rien de très folichon et où l’on n’attend pas forcément grand-chose en terme d’intérêt. Pourtant, Nancy Kress réussit parfaitement à nous immerger dans ce milieu. Avec Henry Erdmann et Carrie, elle nous le présente du côté des patients, aussi bien que de celui du personnel s’occupant des personnes âgées. Chacun a ses problèmes : santé chancelante, autres pensionnaires emmerdants... pour Henry et vie sentimentale difficile pour Carrie.
En contrepoint à cet endroit très terre à terre, un vaisseau alien voguant entre les étoiles est attiré par l’éveil de quelque chose qui l’inquiète.
Bien sûr, les deux sont liés.

L’histoire est subtile, car le lecteur ne saisit pas forcément le lien entre le vaisseau et la maison de retraite. De drôles d’événements arrivent et il est clair que les différents pensionnaires y jouent un rôle, mais par quel moyen ? L’intelligence d’Erdmann lui permet d’échafauder une théorie moins farfelue que celle des autres, sujets aux mêmes symptômes. Le personnel soignant est sur les dents, dans l’ignorance des causes de l’épidémie semblant s’attaquer aux plus âgés. Néanmoins il existe une logique, une explication étonnante.

Avec une belle économie de moyens, Nancy Kress nous décrit là un contact extraterrestre dans une maison de retraite. C’est inattendu, surprenant, également touchant avec les liens se nouant entre Erdmann et Carrie. « Le Nexus du Docteur Erdmann » figure au rang des récits de science-fiction qui ne font pas dans la surenchère et qui savent interpeller les lecteurs intelligemment avec une histoire solide et originale. Et tout ça, en moins de 150 pages ! Une belle performance saluée par un Prix Hugo en 2009.

Une Heure-Lumière, une collection à consommer sans modération. Effet secondaire : très probable phénomène d’accoutumance.


Titre : Le nexus du Docteur Erdmann (The Erdmann Nexus, 2008)
Auteur : Nancy Kress
Couverture et conception graphique : Aurélien Police
Traduction de l’anglais (États-Unis) : Alise Ponsero et Erwann Perchoc
Éditeur : Le Bélial’
Collection : Une Heure-Lumière
Numérotation dans la collection : 2
Directeur de collection : Olivier Girard
Site Internet : Roman (site éditeur)
Pages : 160
Format (en cm) : 12 x 18
Dépôt légal : janvier 2016
ISBN : 978-2-84344-140-0
Prix : 9,90 €


Les autres titres de la collection sur la Yozone
1. « Dragon » de Thomas Day

Pour écrire à l’auteur de cet article :
[email protected]



François Schnebelen
8 février 2016







JPEG - 25.2 ko