YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Homme invisible (L’) (T1 et 2)
Dobbs et Christophe Régnault
Glénat

Dans la série d’adaptations des grands textes d’H.G. Wells, initiée par le scénariste Dobbs chez Glénat, “La Machine à remonter le Temps” et “La Guerre des Mondes” s’inscrivaient comme d’agréables découvertes, notamment pour un public junior, quand “L’île du Docteur Moreau” marquait une grande déception. Mais mon petit préféré est sans hésitation “L’Homme invisible”, aventure d’un savant frustré et de plus en plus fou emporté par l’énormité du pouvoir qu’entraîne sa découverte : l’invisibilité.



En deux albums, Dobbs et le très bon dessinateur Chris Régnault racontent de l’arrivée de cet étonnant personnage au visage recouvert de bandelettes dans la nuit froide d’Iping jusqu’à la chasse à l’homme au caractère véritablement fantastique qui clôt l’aventure, à Port Burdock.

JPEG - 276 ko

Dobbs s’inscrit fidèlement dans l’esprit de l’œuvre originale, alternant les phases de découverte des déboires de Griffin, ce scientifique solitaire venu se réfugier dans une paisible pension du village, avec les scènes spectaculaires qu’entraînent la découverte de son… apparence et de ses terribles accès de violence. L’homme fait jaser, causer, imaginer, effraie, essaie de s’expliquer auprès d’un confrère, Kemp, croisé autrefois en médecine - ce qui permet de découvrir la genèse de cette invisibilité - avant d’être emporté, dans ce final tempétueux, dans l’arrogance et la mégalomanie engendrées par cette toute puissance.

Christophe Régnault signe quelques moments d’anthologie dans sa réalisation, jouant merveilleusement bien avec cette présence invisible qu’il rend si vivante, inquiétante, agressive, dangereuse. Avec des tonalités qui font penser aux films d’horreur de la Hammer (j’adore ces cases décrivant des maisons anciennes où des chiens à l’attache hurlent toutes babines retroussées, affolés par la présence anormale), dans cette partie phénoménale de la chasse à l’homme... invisible ! On est totalement emporté par la folie de la tempête finale, avec ce trait semi-réaliste qui impose personnages et ambiance formidablement soutenus par le travail de mise en couleurs. Un superbe boulot vraiment à la hauteur de cette histoire dont on se régale encore aujourd’hui.

JPEG - 110.1 ko

C’est un hommage percutant à H. G. Wells, lui qui réussit à passionner des millions de lecteurs avec cette histoire courte mais terriblement intense.

Une adaptation réussie, à essayer de lire d’un seul tenant tant la coupure en fin de premier tome est brutale et frustrante !


L’Homme invisible (T1 et 2)
- Scénario : Dobs
- D’après l’œuvre originale de : Herbert George Wells
- Dessin : Christophe Régnault
- Couleurs : Christophe Régnault, Arancia studio et Andrea Meloni
- Éditeur : Glénat
- Collection : H.G. Wells
- Pagination : 56 pages couleurs
- Format : 24 x 32 cm
- Dépôt légal : 29 mars et 14 juin 2017
- Numéro ISBN : 9782344011850 ; 9782344012253
- Prix public : 14,50 €


À lire sur la Yozone :
H.G. Wells : le maître de la science-fiction en BD
La Machine à explorer le temps


Illustrations © Christophe Régnault et Éditions Glénat (2017)


Fabrice Leduc
20 novembre 2017






JPEG - 85.4 ko
L’Homme invisible (T1)



JPEG - 92.1 ko



JPEG - 94.9 ko
L’Homme invisible (T2)



JPEG - 76.9 ko



JPEG - 89.2 ko



WebAnalytics