Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Battle Rabbits (T2 et 3)
Ameichi
Doki-Doki

Qui est donc ce Battle Rabbit qui n’hésite pas à menacer Kaguya, refusant de prendre le risque que son Rabbit Jewel doré ne tombe entre les mains des Orggs ? Il faut dire que Izumi ne joue pas vraiment très collectif, recherchant un Orgg possédant un Rabbit Jewel orchidée. Cela n’aide pas Kaguya a s’accepter tel qu’il est dorénavant : un habitant de la lune comme les autres Battle Rabbit. Il sait maintenant que ce sont bien des Orggs qui ont tué son père et qui ont fait de sa vie un monde à part. A la mort de son père, Kaguya fut recueilli par ses grands-parents. Mais si son grand-père l’aimait véritablement, sa grand-mère l’a toujours détesté. En fait, le père de Kaguya était né d’un premier mariage et la vieille femme montra son véritable visage à la mort de son mari. Kaguya fut alors traité comme une vermine, un moins que rien qui ne méritait même pas l’honneur d’être traité comme un humain. Le désespoir poussa le jeune homme jusqu’à une tentative de suicide. C’est alors qu’apparut son mystérieux sauveur aux oreilles de lapin...



Kaguya s’est enfin éveillé au saut et il est parvenu à sauver Mao de l’attaque d’un Orgg supérieur. Seulement le Rabbit Jewel doré a été brisé pendant le combat et maintenant, Kaguya est à l’article de la mort ; Son esprit se retrouve dans un immense escalier où l’attend la Mort. Seulement, le temps de Kaguya n’est pas encore venu et la Mort attendait en réalité Mao. Toutefois, quiconque arrive sur son territoire n’a plus aucune chance de revenir dans le monde des vivants. Et pourtant, la Mort reçoit un message annonçant que Hijiri est prêt à échanger sa vie contre celle de Kaguya. Toutefois, le jeune homme ne peut accepter ce sacrifice et il va plutôt proposer un marché : si la Mort lui permet de vivre juste un peu plus, il lui promet de lui ramener la tête de Ragetsu, cet Orgg qui ose défier l’équilibre des mondes. Après avoir débarrassé l’humanité de ce danger, Kaguya acceptera alors de mourir. Un marché bien tentant pour la Mort qui attend depuis des siècles de pouvoir se débarrasser de Ragetsu. De retour dans le QG des Battle Rabbit, Kaguya commence a découvrir la mémoire des anciens porteurs du Rabbit Jewel doré.

JPEG - 72.2 ko

Le tome 2 est celui de l’éveil de Kaguya à ses pouvoirs de Battle Rabbit, mais surtout son acceptation de ce qu’il est et de tout son passé. Pour comprendre, ce que le jeune homme a refoulé en lui, Ameichi passe par un long flash-back sur l’enfance de son héros. Le mangaka explique enfin le lien qui relie Kaguya aux Battle Rabbits et cela ne se limite pas seulement à ses parents génétiques : les Rabbits l’ont surveillé pendant toute son enfance. Beaucoup d’hypothèses pourront traverser l’esprit des lecteurs sur l’identité du sauveur du jeune Kaguya, mais avec des trames de visages très répétitives qui ne permettent pas toujours de différencier tous les personnages en cas de mêlée, cela rend impossible d’identifier le sauveur. Le retour de tous ces souvenirs provoquent un électrochoc, associé à la petite leçon de Hijiki. Tout est mis en place pour provoquer le bon déclic chez Kaguya ; mais alors que son héros passe un cap important, Ameichi va surprendre ses lecteurs avec les conséquences de son dernier combat pour le jeune Rabbit. Le mangaka nous entraîne alors dans un royaume des morts mélangeant tous les mythes liés aux dieux de la mort. A noter que le personnage ne se présentera pas comme étant un shinigami, ce qui est peu courant. Ameichi doit d’ailleurs faire un lien entre le monde des morts à occidental et celui plus classique dans la culture japonaise.

L’enjeu pour Kaguya n’est donc plus du tout le même après avoir passé un marché avec la Mort. Notre héros n’a plus qu’un seul objectif : vaincre Ragetsu et ses Orggs supérieurs. Sachant que la série ne comporte que quatre tomes, il est logique que le mangaka mette un peu plus de rythme à son récit. A trop vouloir détaillé son univers et bien présenter les personnages et le contexte des Battle Rabbits, il ne lui reste plus beaucoup de temps pour les ultimes affrontements. Pourtant, la fin du tome laisse penser que le mangaka passe à la vitesse supérieure en faisant enfin entrer en scène Ragetsu, toutefois, le mangaka n’est pas vraiment du genre à bâcler une première confrontation entre ses personnages. Ayant toujours pris son temps pour développement chaque chapitre, il restera fidèle à lui-même, même si cela peut frustrer le lecteur. Il faut dire que le mangaka se focalise beaucoup sur le personnage d’Izumi qui affronte ses démons et se voit offrir une chance d’en finir avec sa quête sans fin des assassins de ses parents et de sa petite sœur. En lisant ce tome, il est difficile de croire qu’il s’agit de l’avant-dernier car le mangaka ouvre de nouveaux aspects à quelques uns de ses principaux personnages, mais il ne reste bien qu’un seul tome pour trouver le bon final à cette série qui a bien été maîtrisée vu les contraintes éditoriales.

“Battle Rabbits” parvient à atteindre son dernier tome en ne laissant aucun regret, ayant été développé intelligemment, respectant le lecteur et les contrainte d’un récit en quatre tomes.


Battle Rabbits (T2 et 3)
- Auteur : Ameichi
- Traducteur  : Julia Brun
- Éditeur français : Doki-Doki
- Format : 127 x 180 mm, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 3 mai et 5 juillet 2017
- Numéro ISBN : 978-2-81894-160-7 ; 978-2-81894-183-6
- Prix : 7,50 €


A lire sur la Yozone :
Battle Rabbits (T1)


© Edition Doki-Doki - Tous droits réservés


Frédéric Leray
20 novembre 2017






JPEG - 58.8 ko



JPEG - 33 ko



JPEG - 20.1 ko



JPEG - 49.5 ko



JPEG - 26.8 ko



JPEG - 30.2 ko



WebAnalytics