YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Angoulême expose Sergio Toppi
Festival de la BD - Angoulême
24 au 27 janvier 2008

Celui que l’on considère comme un Maître en Italie passe une nouvelle fois les frontières pour une exposition-anthologie, inédite en France, qui rend hommage à sa carrière.



Au cœur du catalogue des éditions Mosquito trône Sergio Toppi. Une montagne italienne de pur talent si longtemps restée dans les brûmes d’une édition française par trop frileuse. Dargaud l’a bien édité dans les années 70 dans la collection Un homme, une aventure (« L’homme du Nil », « L’homme du Mexique », « L’homme des marais »), Bédésup lui laisse place pour deux récits dans un numéro « Marylin Monroe » et on le retrouve encore dans « l’Histoire de France en BD » et « La découverte du Monde » chez Larousse.

JPEG - 76.8 ko


C’est fort peu pour un dessinateur qui a renouvelé la bande dessinée par ses interprétations graphiques et sons sens aigu de la narration.

Heureusement sont apparus Michel Jans, l’association Dauphylactère et les éditions Mosquito... L’œuvre majeure de Toppi, “Sharaz-De” donne en deux tomes une magnifique réécriture des “Milles et une nuits” où règne un émerveillement permanent entre magnifiscence du dessin et intelligence de narrative. Un chef d’œuvre qui peut s’élever comme le porte-drapeau des éditions Mosquito.

L’homme, la légende, l’histoire, la culture sont au centre de sa création. Il manie le verbe avec cette aisance qu’ont les hommes de grande culture et accompagne ses récits d’humour noir et d’un cynisme tellement justifié.

De l’auteur italien, l’éditeur reprend le maximum : la série “Le collectionneur” (5 tomes publiés), les récits d’aventures en Amérique du Sud comme « Le Trésor de Cibola » ou « La légende de Potosi » quand la folie emporte l’homme vers des conquêtes improbables de trésors fantastiques, mais mortels. Souvent trop à l’étroit dans les strictes délimitations de la page, Toppi explose les cadres, redéfinit l’espace pour mieux griffer d’une plume exigeante ses nouveaux espaces de conquête et d’aventure.

L’éditeur grenoblois l’a d’abord édité, à partir de 1997, dans de petits formats en noir et blanc comme « Le Dossier Kokombo », puis « Ile Pacifique ». Après les premiers récits du Collectionneur, le passage dans un plus grand format, avec des couvertures quadri vont donner une meilleure exposition de l’œuvre de Toppi. Suivront quelques magiques ouvrages dont plusieurs en couleur (« Warramunga », « Sharaz-De »).

Actuellement reparaissent les récits des premières heures, accompagnés de quelques inédits, anciens ou que l’auteur crée pour son éditeur fétiche. Après « Black and Tans » ou « Blues », sortira en février 2008 « Tanka », ouvrage où Toppi montre sa fascination pour la culture nippone.
C’est sur ces quatre récits de « Tanka » que l’Expostion proposée à Angoulême s’appuie.

Il est temps de vous dépêcher pour la découvrir, elle ne dure que le temps du festival. Espérons tout de même qu’elle soit prolongée, à Angoulême où dans d’autres villes françaises qui montreraient alors leur bon goût.


- Pour découvrir l’œuvre et l’homme, est paru en mars 2007 chez Mosquito une monographie qui dit tout de Sergio Toppi. Je vous la conseille fortement.
- Splendide également le recueil d’illustrations « Bab El Alham, 1932 » (La porte des rêves, 1932) édité par Mosquito à l’occasion des 70 ans de Toppi.


EXPOSITION SERGIO TOPPI
Angoulême, Musée du Papier
Du jeudi 24 janvier au dimanche 27 janvier 2008
10h à 19h


A lire sur la Yozone :
- 2007, une année Toppi
- Sergio Toppi à la Conciergerie à Paris.
- Toppi fait la Une pour la 15e année de Mosquito


Illustrations © Sergio Toppi et Mosquito



Fabrice Leduc
26 janvier 2008






JPEG - 25.4 ko
« Sharaz-De » (T1)



JPEG - 19.4 ko
« Sharaz-De » (T2)



JPEG - 27.5 ko
Le Collectionneur dans « L’obélisque Abyssin »



JPEG - 23.3 ko
« Warramunga »



JPEG - 20.9 ko
« Blues »



JPEG - 17.4 ko
« Tanka », en février 2008



JPEG - 16.1 ko
« Bab El Alham, 1932 »



WebAnalytics