YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Outlaw Players (T2 et 3)
Shonen
Ki-oon Shonen

Okoto se retrouve face à une hydre mais le combat commence mal et elle perd rapidement sa main droite. Très vite, elle se retrouve à court de mana. Mais Sakuu ne compte pas abandonner son amie et il se jette à son tour dans la bataille... Bon toujours avec ses gros sabots et sans trop réfléchir car couper les têtes d’une hydre ne sert pas à grand chose. Toutefois, Okoto n’a pas dit son dernier mot, elle a juste besoin d’un peu de temps pour lancer un sort ultime et avec le bourrinage de Sakuu, elle a largement le temps de créer une copie d’hydre. Il ne reste plus au jeune homme que d’attaquer le point faible de l’hydre : son corps. Toutefois, la créature a tué un pauvre villageois qui aidait fortement son village à survivre. Sakuu ne peut abandonner ces pauvres gens à leur triste sort, même si ce ne sont que des pnj, et sur les conseils de Leni, il décide de créer une guilde qui financera la survie du village. C’est ainsi que naquirent les Outlaw Players.



La cité de Prais a subi de lourds assauts des Venrads, de terribles créatures qui ont finalement été vaincues par les membres de l’ordre de Khorélia. L’une de leur membre est en fait une « irrégularité », capable de maîtriser n’importe quelle arme à feu. Mais un danger plus important a pénétré dans la cité, une guerrière et un titan sans visage. La guerrière part anéantir toutes les guildes et les gardes pour atteindre son véritable objectif : le roi. Par le plus grand des hasards, Sakuu se retrouve face au titan, Taargis. Ce dernier ne cherche qu’une seule chose : un adversaire digne de ce nom pour pouvoir s’entraîner et passer agréablement le temps. Contrairement à Sakuu, Taargis n’est pas un joueur mais bien une IA consciente qu’elle se trouve dans un jeu et dévastant tout sur son passage. Mais Sakuu est-il capable de tenir tête à ce monstre ? Surtout que le jeune homme a un rendez-vous galant, ou plutôt rendez vous avec une amie dans le monde réel, amie qui devait lui faire découvrir ce monde d’heroic fantasy. Mais qu’à cela ne tienne, Sakuu n’est pas contre un peu d’action, même s’il y joue sa vie.

JPEG - 84.4 ko

Shonen poursuit son analyse du monde des jeux vidéos en ligne avec son groupe d’irrégularités attendant patiemment que les gestionnaires du jeu finissent par trouver une solution afin de les sortir de ce monde virtuel. Nous découvrons de nouvelles règles régissant Théra, aussi bien au niveau des combats que sur des gestions plus compliquées comme l’investissement dans des villages pour les aider à remplir les caisses. Mais nos héros se doivent d’avancer. Ils n’ont en fait qu’un seul objectif pour le moment : retrouver l’amie de Sakuu avec qui il avait rendez-vous dans le monde réel. Un monde réel qui fait pour la première fois une petite incursion dans l’histoire, même si ce n’est pour le moment qu’anecdotique. Mais Shonen possède cet atout en réserve. Toutefois, pour le moment, notre mangaka bien de chez nous n’en a pas encore fini avec le monde de Théra et il va nous présenter une nouvelle héroïne, une nouvelle irrégularité qui ferait baver d’envie un Grifter ou un Deathshot vu son habileté au tir. Encore une fois, Shonen va nous en mettre plein la vue avec un design tout simplement magnifique pour la jeune femme mais également pour ses coéquipières de l’ordre de Khorelia. Il était temps de nous emmener à Prais, la version heroic fantasy de notre bonne vieille capitale, Paris. Shonen n’hésite d’ailleurs pas une seule seconde à reprendre la géographie de la cité lors de vue aérienne très réussie et à introduire des monuments parisiens insidieusement dans les scènes de combats.

Après deux tomes riches en explications, Shonen va revenir à une structure de pur shonen de baston avec un tome 3 où l’action et les combats seront rois. Et Shonen va se faire plaisir avec son titan à tête de mort qui va affronter pendant presque tout le tome notre héros. Le dessin de Shonen est un plaisir pour les yeux, les mouvements de ses personnages sont très fluides, très clairs. Peu de recours à la caricature, les grandes cases et les pleines pages se succèdent, le lecteur s’en délectant sans modération. Oui, l’histoire avance doucement cette fois, le mangaka s’offrant un tome de baston, comme il aimait en faire avec des séries telle que BB Project. Une série stoppée bien trop tôt à mon goût alors que Shonen avait encore beaucoup à nous montrer. Alors pourquoi bouder notre plaisir avec de pseudo considérations intellectuelles ? Oui, je n’ai pas grand chose à raconter sinon je gâcherait la découverte de l’histoire et des quelques nouveaux éléments contenus dans ce volume. Mais oui, j’ai dévoré ce tome avec la même faim que pour les deux précédents. Ce tome 3 est moins bavard, plus visuel et cette alternance montre aussi l’intelligence de Shonen dans son organisation de son scénario, variant les rythmes avec le talent qu’on lui connaît.

“Outlaw Players” nous fait presque oublier Sword Art Online, son pendant nippon, car une oeuvre de Shonen sort de toute façon hors du lot.


Outlaw Players (T2 et 3)
- Auteur : Shonen
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 180(T2) et 176(T3) pages couleur
- Date de parution : 8 septembre et 8 décembre 2016
- Numéro ISBN  : 978-2-35592-990-8 ; 979-10-327-0015-0
- Prix : 7,90 €


A lire sur la Yozone :
Outlaw Players (T1)


© Shonen / Ki-oon
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés


Frédéric Leray
13 janvier 2017






JPEG - 31.3 ko



JPEG - 29.5 ko



JPEG - 30.6 ko



JPEG - 32.7 ko



JPEG - 23.9 ko



JPEG - 18.2 ko



WebAnalytics