YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Sayonara Football (T1)
Naoshi Arakawa
Ki-oon Shonen

Encore une fois, Nozomi passe un test pour devenir titulaire dans l’équipe de football du collège et sa performance est des plus impressionnantes. Seulement, pour l’entraîneur, cela ne sert strictement à rien car le problème majeur de Nozomi ne peut être pallier par sa technique : Nozomi est une fille et il n’est donc pas question qu’elle soit titulaire dans une équipe de garçons. Si Nozomi a longtemps dominé ses amis aussi bien par son physique que par son talent avec un ballon, malheureusement, la différence de puissance devient largement en sa défaveur et l’entraîneur se refuse à la la faire jouer, risquant par là-même qu’elle ne soit blessée durant un match. Avec son amie Sawa, elles ont tenté d’ouvrir un club de foot féminin dans le collège mais elles durent fermer le club à peine créé, faute de joueuses. Mais Nozomi ne désespère pas de parvenir à convaincre l’entraîneur de la prendre dans l’équipe et pas seulement durant les entraînements.



Pourquoi Nozomi met-elle tant d’énergie pour pouvoir participer au tournoi des nouveaux ? Ses amis ont l’habitude de la voir prouver à tous qu’elle vaut autant qu’un garçon sur le terrain, mais cette fois, il y a plus. Nozomi est prête à toutes les manigances, toutes plus foireuses les unes que les autres, pour faire changer d’avis l’entraîneur. En fait, l’origine de cette rage vient de l’équipe que son club doit affronter au premier tour du tournoi, le collège Egami-Nishi, et de son capitaine, Yasuaki Tani. En fait, tous connaissait le jeune homme sous son sobriquet de Namec et surtout comme étant le bouc-émissaire de Nozomi quand ils étaient petits. Mais pour la jeune fille, Namek devait subir son entrainement spécial pour devenir un vrai joueur de foot et s’il devait passer par de petites humiliations, et bien tant pis ! Mais aujourd’hui, le petit Manek et devenu un grand et athlétique garçon et pour lui, Nozomi n’est plus de taille à l’affronter. Le temps où la jeune fille était le maître est passé : l’élève a dépassé le maître sous tous les aspects. Mais c’est exactement le genre de défi qui Nozomi se doit de relever.

JPEG - 56.7 ko

Etant en plein championnat d’Europe de football, il n’est pas étant de voir débouler des séries sur le foot chez nos chers éditeur et c’est Ki-oon qui dégaine le premier avec “Sayonara Football” (bon, Kana a déjà Angel Voice en stock et Kurokawa ses bons vieux Inazuma Eleven). Donc nous voici pas vraiment avec une série mais un diptyque avec une héroïne. Bon, ce n’est pas très original de voir une fille vouloir jouer avec un club de garçons pour montrer qu’elle est meilleur qu’un joueur en particulier, nous avons déjà subi la série “Prince Eleven” dans le même genre. Mais autant ce dernier titre était proche du shojo, avec les matchs de foot devenant des prétextes à un trio amoureux, cette fois, la mini série de Naoshi Arakawa est plus proche de “Captain Tsubasa” sur fond de foot féminin.... bon avec une seule fille. Mais si ce titre ne pouvait qu’attirer notre attention, c’est évidemment par son auteur car Naoshi Arakawa nous avait littéralement charmé avec sa série Your Lie in April, sur le monde de la musique. Qu’allait-il faire avec l’univers du football ? Et comme à son habitude, le titre de sa série est assez obscur : “Sayonara Football”, Au revoir le foot... Nous donnerait-il la clé de sa série dès son titre ?

En tout cas, l’histoire avait de quoi attirer l’attention, avec Nozomi, cette jeune fille ayant un véritable don pour le football, mais ne trouvant pas d’équipe féminine digne de ce nom et étant refusée dans l’équipe masculine. L’excuse de la différence physique pour qu’elle ne puisse intégrer l’équipe est classique, surtout dans cette période de l’adolescence où les jeunes sont encore dans leur croissance et surtout où la différence entre fille et garçon se fait plus forte. D’ailleurs même entre garçons de la même génération les différences physiques peuvent faire une vraie différence comme le montrera le match contre Egami-Nishi, avec l’éternelle question : le talent peut-il pallier un manque côté physique ? Les épreuves internationales nous prouvent de plus en plus que les deux sont irrémédiablement nécessaires pour pouvoir aller loin dans une compétition. Mais nous sommes encore ici dans le domaine scolaire. Ce qui ne signifie pas que les chocs soient moins virils... Tiens une expression typique allant dans le sens de l’entraîneur de Nozomi. Sera-t-elle capable de jouer contre Namek ? Et surtout sa technique sera-t-elle suffisante pour compenser l’énorme différence physique ?

Comme pour Your Lie in April, les dessins de Naoshi Arakawa sont un véritable régal. Le mangaka donne vie à ses personnages en les rendant très expressifs et surtout appliquant la même rigueur pour dessiner un personnage que le décor dans lequel il évolue. Le mangaka était inévitablement attendu sur le rendu des matchs et il faut avouer qu’il s’en sort plutôt bien, les rendant très réalistes, n’exagérant pas trop le talent de ses personnages, pas de tirs saugrenus dans des positions abracadabrantes. Le mangaka reste crédible dans son histoire, nous offrant souvent des pleines pages ou de grandes cases, réalisées avec extrêmement de soin, pour notre plus grand plaisir.

Toutefois, avec seulement deux tomes, une crainte légitime d’être frustré par la fin s’empare du lecteur. Certes, le deuxième tome sera pour une grande partie dédié à ce match contre Egami-Nishi, mais Naoshi Arakawa nous la jouera-t-il « la suite au prochain numéro », si jamais il en existe un, une solution de facilité que semblent adorer les mangakas actuels, ou osera-t-il une vraie fin que symboliserait le titre “Sayonara Football” ? La réponse en juillet.


Sayonara Football (T1)
- Auteur : Naoshi Arakawa
- Traducteur  : Thibaud Desbief
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 115 x 175, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 208 pages
- Date de parution : 9 juin 2016
- Numéro ISBN  : 978-2-35592-963-2
- Prix : 6,60 €


SAYONARA FOOTBALL © Naoshi Arakawa / Kodansha Ltd.
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés


Frédéric Leray
19 juin 2016






JPEG - 25.2 ko



JPEG - 31.3 ko



JPEG - 31 ko



JPEG - 19.9 ko



WebAnalytics