YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

44 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Comic-books

Deadly Class (T1 à 3)
Rick Remender, Wes Craig & Lee Loughridge
Urban Comics

Avec Rick Remender, on peut dire qu’Urban Comics a touché le gros lot.
L’homme fait aujourd’hui partie des scénaristes en vogue aux Etats-Unis et, après la SF délicieuse et bien barrée de “Fear Agent” (2 superbes intégrales chez Akileos, qu’il faut absolument avoir !), les séries se succèdent dans la catalogue Urban Indies. L’excellent “Black Science” (3 tomes parus, et encore de la SF très réussie), ce “Deadly Class” (3 tomes parus) dont nous allons parler, alors que s’annonce les débuts de “Tokyo Ghost”, avec Sean Murphy au dessin, un titre plein de promesses qui sort après “Low” (2 titres parus), un genre de SF sous-marine au positivisme affirmé malgré son extrême cruauté (oui, ça vaut le détour aussi !).


Alors, ce Deadly Class ?

Rick Remender ne garde pas un grand souvenir de ses années de lycée, ni de sa vie à Phoenix à la fin des années 80 et le début des années 90.
« Des bouseux, des brutes, des crétins congénitaux, des passages à tabac, des coups de couteau, des coups de feu, des drogues... »
Des souvenirs qui mettent la violence comme élément de décor. Une période de vie dont il devait avoir besoin d’exorciser quelques démons, ce qu’il fait avec ce titre qui met en scène « une bande de gamins fracassés par la vie et qui doivent faire avec un monde de violence ».

JPEG - 195.5 ko

Tout débute avec la rencontre de Marcus Lopez, gamin des rues de San-Francisco, au début de l’année 1987. Sur le béton dur et froid, il fait face à ses cauchemars : la fuite du Nicaragua, la mort dramatique de ses parents, sa haine de Ronald Reagan, son absence d’avenir qui le pousse, à tout juste 14 ans, au bord du précipice ! Oui, il pense à mourir. La rencontre avec la mystérieuse Saya va lui ouvrir les portes d’une étrange école, l’Académie Kings Dominion des Arts Létaux. Là, les héritiers de multiples empires financiers apprennent à ériger le meurtre au rang d’art. S’il suit les règles absolues de cette académie et du mystérieux Maître Lin, Marcus pourra peut-être accomplir son plus grand rêve : tuer Ronadl Reagan !

C’est le tome 1, “Reagan Youth”, qui fixe les nouvelles règles de vie de Marcus. Il m’a été un peu difficile d’entrer dans ce premier tome et je dois reconnaître avoir reposé l’album après lecture d’une vingtaine de pages malgré l’excellent boulot de Wes Craig qui montre déjà son art très abouti de la mise en scène.

JPEG - 211.1 ko

Mais à ma seconde tentative, je me suis demandé comment j’avais pu passer à côté de ce titre ! Remender y expose la difficulté à rejoindre un groupe, le sentiment de se sentir isolé, rejeté. Il définit les groupes, les règles dures et parfois absurdes des groupes d’ados... Oui, pas très nouveau tout cela ! Cela manque un peu de rythme, d’intensité... malgré une première scène d’action fort réussie graphiquement. Mais cela va venir, avec l’émergence de la singularité de Marcus, les vieux souvenirs qui annoncent les naufrages à suivre et la fondation d’une bande hétéroclite bâtie autour de jalousies amoureuses, de haines absurdes et, surtout, d’un meurtre qui cimente les esprits tant il induit des souffrances à venir...

Le tome 2, “Kids of the Black Hole”, fait resurgir le passé violent de Marcus, obligé d’affronter son pire cauchemar : le sadique Fuckface et son gang de dégénérés. L’ado y fait les meilleures et les pires expériences de son âge. L’amour, le sexe, les drogues, les concerts punk, la perversion, l’horreur, la trahison, le meurtre... Le feu d’artifice est total, écho assourdissant d’une fureur de vivre bruyante et violente. Remender, après le carcan éducatif s’attache à ronger au vitriol un nouvel os : les institutions liées à l’orphelinat.
Chacun fait face comme il peut, exposant ces blessures de l’enfance qui projettent Marcus, Saya, Willie, Billy ou Maria vers un avenir de sang et de cendres... malgré quelques espoirs plus doux, si difficiles à esquisser. De rares îlots de bonheur vite incendiés par les malades qui s’y précipitent, assoiffés de vengeances meurtrières.

Ce tome tient un rythme véritablement dément.

JPEG - 167.4 ko

Le tome 3, “The Snake Pit”, affiche une couverture rouge sang autour des amis de Marcus. Le meurtre fondateur de leur groupe a attiré sur eux les foudres de la famille de celui qu’ils ont assassiné. C’est un cartel mexicain qui les a pris en chasse, celui que dirige El Alma Del Diablo. Ils s’en tirent dans un déluge de violence dont ils ne sortent pas totalement indemnes. Vous saurez tout sur Maria et ses démons secrets, avant de réintégrer les affaires sordides de l’Académie.
Pour survivre, ils ont bafoué nombre de règles émises par Maître Lin à leur entrée à l’Académie. Le vieil homme, plutôt en retrait jusque là, a très bonne mémoire, un excellent réseau d’informateurs et une autorité aussi perverse que mortelle. Marcus et sa bande y survivront-ils ? À voir dans le tome 4...

Wes Craig ou l’art de mettre en scène...

Vous l’aurez compris, “Deadly Class” est un comic particulièrement agressif où Rick Remender joue à l’extrême la carte des mauvais côtés de la société américaine. Il s’en amuse n’évitant pas quelques caricatures, quelques traits forcés, tout en affichant une certaine nostalgie pour une époque très « sex and drugs and rock’n’roll », dont la bande son empilait encore nombre de groupes punk et une folie liée à l’insouciance de la jeunesse.
Démarré relativement mollement, son récit ne fait que prendre de la vitesse, son bolide n’ayant que rarement la pédale d’accélération décollée du plancher.
Sa réussite tient aussi énormément à la qualité graphique offerte par l’élégant et inventif Wes Craig. Avec les ambiances fortes de Lee Loughridge qui gère les couleurs, il a su donner une identité visuelle proche de l’époque (marquée par des Frank Miller ou Steve Rude), utilisant toute la palette créative de mise en scène propre aux comics.

JPEG - 211.6 ko

Le tome 1 est une merveille de découpage, une leçon d’orchestration où tout est au service du récit, de son rythme, avec une multitude de scènes, de pages vraiment ébouriffantes, bluffantes ou juste magnifiques que l’on se surprend à relire pour saisir chaque intention, pour se délecter de leur qualité.
Si j’ai trouvé le tome 2 un peu moins riche de surprises, il faut louer le très beau boulot de réalisation de Wes Craig sur l’ensemble des trois tomes.

Qu’on adhère ou pas à cette thématique fictionnelle, “Deadly Class” est absolument réussie, car elle réunit plusieurs artistes qui ont su se rendre totalement complémentaires. Remender, Craig, Loughridge et Rus Wootan (concepteur des élégants logo et style de lettrage), tel est le gang gagnant d’une série qui apporte plus que des émotions fortes... et une véritable addiction.

Embarquez pour une très décoiffante série...

JPEG - 108.9 ko

Urban Comics a eu l’excellente idée de proposer le tome 1 en prix de lancement à 10€ pendant six mois, ajoutant aux 6 épisodes proposés une préface de David Lapham, une postface de Remender et quelques illustrations de couvertures et autres croquis en note finale... De quoi rendre la découverte plus qu’agréable. Le tome 2 ne comptait plus que 5 épisodes, quand le tome 3 n’en offrait plus que 4, tombant vertigineusement de 176 à 128 pages pour le même prix (à 1€ près) ! Mon petit bémol est là : chers éditeurs, ne nous faites pas payer maintenant votre générosité première. Restez premier de la Class !


(T1) Reagan Youth
(T2) Kids of the Black Hole
(T3) The Snake Pit

- Série : Deadly Class
- Scénario : Rick Remender
- Dessin : Wes Craig
- Couleurs : Lee Loughridge
- Éditeur : Urban Comics
- Collection : Urban Indies
- Public : Ado-adulte - à partir de 12 ans
- Pagination : 176 pages (T1) et 128 pages couleur (T2 et 3)
- Dépôt légal : 25 septembre et 6 novembre 2015, 22 avril 2016
- Numéro ISBN : 9782365775946, 9782365775953 et 9782365775960
- Prix public : 15 € (T1 ), 14€ (T2 et 3)


À lire sur la Yozone :
- Black Science (T1) De Charybde en Scylla
- Black Science (T2) La boîte de Pandore


Illustrations © Wes Craig et Éditions Urban Comics (2015 - 2016)



Fabrice Leduc
28 mai 2016







JPEG - 66.8 ko



JPEG - 111.4 ko



JPEG - 91.8 ko



JPEG - 94.1 ko



JPEG - 99.1 ko



JPEG - 106.4 ko



JPEG - 88.2 ko



JPEG - 77.8 ko



JPEG - 98 ko



JPEG - 104.8 ko



JPEG - 81.7 ko



JPEG - 72.5 ko