YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

66 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques

Cabinet du Diable (Le)
Céline Maltère
La Clef d’Argent, LoKhaLe, roman (France), fantastique, 105 pages, mars 2016, 6€

Moulins, la maison Mantin voit les décennies passer et subit les ravages du temps. Un siècle, c’est long ! Mais c’est le prix à payer pour que la ville hérite de cette bâtisse qui, lors de sa réouverture, devra ramener le public cent ans en arrière. En attendant, elle s’abîme. Les nombreuses curiosités amassées par le riche donateur prennent la poussière, tombent en déliquescence pour certaines, les tapisseries moisissent, les boiseries se gondolent....
Certains habitants sont toujours fascinés par cette présence mystérieuse et sont immanquablement attirés par cette demeure imposante à côté du musée, n’en pouvant plus de patienter en imaginant comment elle est à l’intérieur et ce qu’elle cache.


Ce troisième volume de la collection Lokhale nous amène à Moulins et plus précisément à la maison Mantin, le cadre idéal pour une histoire lorgnant sur le fantastique. Pas besoin d’enjoliver outre mesure, la réalité s’avère déjà assez étonnante. Pour résumer, à sa mort, Louis Mantin a légué sa demeure à la ville aux conditions qu’un musée soit construit à côté et qu’elle reste fermée un siècle avant d’être ouverte au public.

Pour son récit, Céline Maltère met en scène une belle brochette de personnages. En premier lieu, Lisebeth Retamen, carmélite par la force des choses et qui aspire à une certaine liberté, n’a pas manqué de remarquer Hubert Lantier, se définissant comme un pirate bibliophile et également attiré par la vieille bâtisse. Ce dernier lui présente d’autres personnes souffrant des mêmes symptômes : Suarès, un poète extralucide, et Kariron-san, un Japonais aux membres de fer. Possédant une prothèse en bois, Lisebeth est tout à fait à son aise au sein de ce groupe hétéroclite, prêt à en braver l’interdit pour entrer dans la maison Mantin.
Aussi disparates et hors normes ces personnages soient-ils, les lecteurs restent jusqu’alors dans un cadre cartésien, attribuant cette attirance à une simple curiosité, même si « Le cabinet du Diable » débute de façon à les interloquer d’entrée avec des scaphandriers se mouvant dans la nuit.
L’auteure parvient aisément à instaurer une ambiance chargée en interrogations et une atmosphère aussi lourde qu’étrange. Presque tout naturellement, un nouveau protagoniste intègre l’histoire et cette apparition inattendue n’étonne pas outre mesure, elle est dans la logique des choses et installe définitivement « Le cabinet du Diable » dans le fantastique.

Ce court roman de 70 pages s’avère dense, lourd de mystères et repose sur des bases solides avec la maison Mantin. Ce très bon choix permet finalement sans grands effets de livrer un récit prenant et instructif. L’ombre de cette demeure hors du temps plane sur ces pages, hante de nombreux habitants de Moulins, obsédés par cette proximité imposante, étouffante, mais partie intégrante de l’Histoire récente de la ville.
Tout le charme de la collection repose justement sur ces découvertes, ces évasions dans des lieux étonnants, aptes à alimenter l’imaginaire par leur étrangeté, en rajoutant le côté instructif.
Pour « Le cabinet du Diable », la conservatrice du patrimoine Maud Leyoudec retrace la réhabilitation de la maison Mantin, révélant les ravages d’un siècle d’abandon et le travail titanesque effectué pour que le rêve de Louis Mantin devienne réalité.
À travers leur choix de couverture dont ils s’expliquent en fin d’ouvrage, Philippe et Léo Gontier partagent le côté Cabinet de curiosités de la maison Mantin.

Une fois de plus, la collection Lokhale qui porte décidément bien son nom réussit à nous transporter dans un endroit aux apparences connues mais pourtant si éloigné de notre perception.


Titre : Le Cabinet du Diable
Auteur : Céline Maltère
Dossier : « La Maison Mantin, un héritage révélé » par Maud Leyoudec
Couverture : Philippe et Léo Gontier
Éditeur : La Clef d’Argent
Collection : LoKhaLe
Site Internet : page roman (site éditeur)
Numéro : 3
Pages : 105
Format (en cm) : 17,5 x 11 x 1
Dépôt légal : mars 2016
ISBN : 9791090662285
Prix : 6 €



Autres ouvrages de la collection chroniqués sur la Yozone :
- 1. « Le fantôme du mur » de Jean-Pierre Favard
- 2. « Pont-Saint-Esprit, les cercles de l’enfer » de Laurent Maltese



Nicolas Soffray François Schnebelen
5 mai 2016







JPEG - 33.4 ko