YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

34 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Mangas

Guren Five (T1)
Kazutaka Kodaka, Riku Shinoda et Yuki Kodama
Doki-Doki

Le lycée Kyuren a certainement la plus mauvaise réputation de tout le Japon. C’est un ramassis de voyous, de brutes épaisses, de clans se faisant la guerre pour avoir le pouvoir au sein de l’école. Alors quand une jeune femme vient défier les plus puissants élèves, il y a de quoi étonner tout ce beau monde. Mais pour vraiment attirer l’attention de loubards de cette espèce, la technique n’est pas tout à fait au point. Alors Harmony décide de changer de technique : le plus puissant du lycée aura le droit de passer un bon moment avec elle. Incroyable comment des brutes épaisses peuvent changer d’avis. Raku est un élève de 2e et le jeune homme est convaincu d’être le plus puissant du lycée... Bon il se prend de véritables roustes à chaque combat mais pour lui, tant qu’il n’a pas abandonné, il n’est pas vaincu. Mais Raku, au-delà d’être tenace, est aussi assez chanceux, et sur un superman punch, il parvient à battre un chef de clan. De quoi impressionner et se voir octroyer le droit de rejoindre la belle pin-up.


Arrivé sur le toit du bâtiment, Raku découvre qu’un autre élève a fait le trajet, le nouveau, Fumito. Mais pour qui se prend-il pour lui voler son instant de gloire ? Pourtant, la jeune Harmony ne semble pas s’en offusquer le moins du monde. Elle leur offre même d’étranges brassards. Le temps presse car la jeune femme fuit de mortels cyborgs. En fait, Harmony est une extra-terrestre venue sur terre pour sauver la planète de la menace des Gears, des cyborgs créés pour détruire les autres races. Et Raku et Fumito ne vont pas tarder à faire face à leur premier Gear, un géant de métal qui ne souhaite que les écraser. Et leur force d’humain ne permet pas de combattre de tels colosses. Heureusement, Harmony leur fournit une tenue capable de décupler leur force : les Boost Suits. Raku revêt un Boost Suit de défense, alors que Fumito hérite de celui d’attaque. Bon Raku est toujours un punching-ball sur pattes mais il laisse le temps à Fumito de porter un coup fatal au colosse de métal. Toutefois, une autre surprise les attend. La belle Harmony s’est transformée en gamine quelque peu irritante. Mais que peut bien signifier tout ce bazar ? Le monde est-il vraiment menacé par des cyborgs extraterrestres ? Et Raku doit-il vraiment s’associer à ce Fumito ?

JPEG - 43.8 ko

Que de monde aux crédtis de ce manga ! Au scénario, Kazutaka Kodaka, connu pour son travail sur la série “Danganronpa”, le jeu vidéo et le manga dérivé. C’est donc un professionnel de la baston qui est à l’origine de cette série complètement frappadingue. Quand on scénarise un jeu, il faut être efficace, punchy et surtout donner envie au joueur de revenir faire une bonne baston. Le charisme des personnages est donc essentiel, souvent plus que l’histoire en elle-même. En est-il de même pour “Guren Five” ? Pour le moment, il faut bien avouer que le scénario est un peu léger. Sur ce tome 1, Kazutaka Kodaka s’est plus intéressé par la présentation des principaux personnages, tout en donnant le minimum de contexte pour expliquer l’arrivée de cyborgs et les pouvoirs surnaturels de ses héros. Nous sommes en présence d’un shonen de baston, où l’humour sera bien présent. L’histoire ne se prend pas au sérieux, avec notre jeune héros nul en combat de rue mais à la ténacité et à la résistance peu courantes. Il sera associé à un pince sans rire, puissant et stratège. Ce duo est fait pour ne pas enjendrer la mélancolie. Ajouter une héroïne façon « Magical Girl », une petite fille capable de se transformer en belle jeune femme et vous avez le contexte pour une série de baston déjantée, aux combats violents mais surtout un peu fous.

Au dessin, ce sera un autre duo de choc : Yuki Kodama, l’auteur de Blood Lad qui semble bien s’amuser à dessiner sur les scénarios des autres, et Riku Shinoda que nous découvrons avec ce titre. Impossible de ne pas reconnaître la patte de Kodama chez les personnages. Leur design est vraiment étudié pour que leur physique reflète leur personnalité : Raku est un petit teigneux, faisant toujours la moue et ridicule dans sa façon de combattre, Fumito est un beau ténébreux mais avec ce petit sourire narquois qui annonce des coups fourrés à la pelle. Harmony a vraiment une allure de « Magical Girl », avec sa tenue devenant plus sexy quand elle est en femme. Pour les Boost Suits, Yuki Kodama s’est un peu inspiré des tenues de shinigami à la “Bleach” mais en gardant un côté rebelle pour les deux héros. Les cyborgs sont moins originaux que les autres personnages, mixte entre Terminator et un Cylon sorti de Battlestar Galactica. On attend également beaucoup de l’autre groupe de héros, le Holy Quintet, qui pourrait amener un vrai plus à la série. Armée avec de tels talents, on peut espérer que la série prenne vraiment son rythme de croisière avec le prochain tome, ce premier étant tout de même sans grande surprise et demandant d’un peu plus travailler le scénario.

“Guren Five” part sur de bonnes bases, mais demande tout de même à confirmer avec son prochain tome.


Guren Five (T1)
- Scénario : Kazutaka Kodaka
- Dessin : Riku Shinoda, Yuki Kodama
- Traducteur  : Sébastien Bigini
- Éditeur français : Doki-Doki
- Format : 127 x 180 mm, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination : 192 pages
- Date de parution : 13 janvier 2016
- Numéro ISBN : 978-2-81893-518-7
- Prix : 7,50 €


© Edition Doki-Doki - Tous droits réservés



Frédéric Leray
5 février 2016







JPEG - 50.8 ko



JPEG - 23.4 ko



JPEG - 31 ko



JPEG - 27.3 ko