YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Unlucky Young Men (T1)
Kamui Fujiwara, Eiji Otsuka
Latitudes

1968, le Japon subit la recrudescence d’actions de mouvements communistes au sein de sa jeunesse étudiante. N est un jeune homme ayant choisi de vivre sa vie comme bon lui semble. Pour gagner sa vie, il travaille dans un bar, le Village Vanguard. Il y fait la rencontre de T, l’autre barman avec qui il se lie rapidement d’amitié. Seulement N a un côté obscur : depuis qu’il a découvert un revolver lors d’un vol, il est connu de la presse comme le tireur fou. Mais N se sent en confiance car T est aussi un peu bizarre. Se disant réalisateur, il lui raconte préparer le scénario d’un film, bon pas encore terminé mais ça devrait lui plaire, d’ailleurs N lui propose de voler une caméra pour son film. T lui présente Yoko, une de ses petites amies. La jeune fille a pendant un temps fréquentée comme T les milieux proches de l’armée rouge et a gardé des liens avec certains extrémistes, comme K, dont la conception du monde est proche d’une secte dont il serait évidemment le gourou.



La vie sentimentale de N est plutôt compliquée : il partage son appartement avec Keiko, mais leur relation est houleuse et quand il découvre la jeune Yoko, une amie de Keiko folle amoureuse de lui, N préfère partir. En se rapprochant de T, N devient également plus proche de l’autre Yoko, qui n’est pas insensible à son charme. Mais Yoko est une femme dangereuse pour le coeur d’un homme. La jeune femme a été conçu à Hiroshima et les retombées radioactives ont provoqué des séquelles chez elle, provoquant des crises d’anémie et des pertes de conscience. Inquiet pour sa santé, N décide de rester près d’elle et c’est ainsi que leur relation commença. Pendant ce temps, T préparait son scénario, l’histoire d’un braquage où les truands finissent évidemment par s’en sortir. Mais est-ce juste de la fiction ou la préparation d’un gros coup ? En se refusant à l’autre Yoko, N n’imagine pas les conséquences que va engendrer la frustration de la jeune fille. Cette dernière n’accepte pas ce rejet et elle va se rapprocher de K, un homme qui est des plus dangereux, au point de violer l’autre Yoko pour se divertir.

JPEG - 50.9 ko

“Unlucky Young Men”, c’est d’abord l’association de deux grands mangakas. Au scénario, nous retrouvons Eiji Otsuka, le créateur de Kurosagi - Livraison de cadavres et surtout de “MPD Psycho”. Toutefois, avec “Unlucky Young Men”, le mangaka a choisi de changer radicalement de genre. Après les tueurs en série complètement psychopathes, il s’attaque avec cette série à un style réaliste et s’inspirant de faits historiques. Le mangaka nous entraîne en 1968, au moment où le Japon voit naître de nombreux groupuscules communistes et nationalistes, avec des manifestations étudiantes surfant sur l’antiaméricanisme primaire qui se développait par la présence de troupes sur le sol nippon mais aussi par leur action au Vietnam. L’événement servant de base au récit est le fameux vol de 300 millions de yens en décembre 1968, par deux faux policiers. Une affaire qui sera classée sans avoir été résolue, ce qui laisse libre cours à Eiji Otsuka pour offrir sa propre version. Le mangaka va lier cette affaire avec la purge du mouvement Armée Rouge Unie par Hiroko Nagata, personnage historique qui deviendra Yoko, celle dont tombera amoureux N. Enfin, le personnage de N est lui aussi inspiré d’un véritable tueur fou : Norio Nagayama qui fut arrêté en 1969 pour les meurtres aveugles de quatre personnes.

Au dessin, nous retrouvons le dessinateur de Dragon Quest - Emblem of Roto, Kamui Fujiwara. Ceux qui ne le connaissent que par cette seule série seront extrêmement surpris : le mangaka passe d’un style shonen classique pour du seinen hyper réaliste, avec des dessins particulièrement riches en détails et des personnages qui semblent tous sortis d’un film. Et c’est bien là aussi ce que recherchaient les deux mangakas : écrire une série qui pourrait parfaitement servir de storyboard à un film, mais dans un style plutôt des années 60. L’histoire se déroule lentement, posant méticuleusement chaque nouveau personnage, n’hésitant pas à offrir au lecteurs de sublimes pleines pages mettant en valeur une scène, un personnage, en introduction d’un nouveau chapitre. Ce rythme surprendra fortement ceux qui connaissent les oeuvres précédentes des deux auteurs. Mais c’est exactement le style des films et des romans dont se sont inspirés les deux mangakas. Ne vous attendez pas à de l’action à tout craint mais plus à un récit s’attachant à la psychologie des personnages.

Deux styles de destins sont illustrés à travers deux personnages emblématiques portant le même prénom : Yoko. L’ainée est une femme qui se montre finalement soumise, son passage par les groupuscules communistes l’a détruite, en particulier K qui la violera à plusieurs reprises, estimant qu’en tant que leader, les femmes ne sont pour lui que des objets à sa disposition. La plus jeune va au contraire se révéler au contact du même K, en devenant une manipulatrice, une femme forte mais aussi une véritable psychopathe qui tuera sans la moindre émotion. Alors que N sera dans le regret de ses gestes, Yoko sera dans la banalisation du meurtre. Ce côté sordide n’est pourtant qu’évoqué, les meurtres étant souvent suggérés, mais il fait naître une atmosphère lourde, proche des polars noirs américains des années 60. L’Amérique sera d’ailleurs évoquer de multiples façons, très souvent négatives : la bombe atomique, Coca Cola, la guerre du Vietnam...

A noter également que Eiji Otsuka s’est inspiré pour créer le personnage de T du célèbre acteur-réalisateur Takeshi Kitano (“Violent Cop”, “Battle Royale”, “Aniki mon frère”,...). Il s’avère que le tueur en série Norio Nagayama a réellement travaillé en même temps que lui dans un bar nommé le Village Vanguard.

“Unlucky Young Men” est un portrait pessimiste d’une génération nippone plus que désenchantée, perdue dans les affres des mouvements communistes et dont le destin semblait sans avenir. Ce premier tome est une pièce d’exception, non seulement par la qualité du scénario et des dessins mais aussi par la qualité de l’objet digne d’une BD franco-belge avec une couverture rigide et du papier supérieur aux éditions classiques de manga, même de ceux de la collection Latitudes qui prend par ailleurs une dimension de réelle collection de luxe.


Unlucky Young Men (T1)
- Scénario : Eiji Otsuka
- Dessins : Kamui Fujiwara
- Traducteur  : Sébatien Ludmann
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 170 x 240, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination : 362 pages
- Date de parution : 8 octobre 2015
- Numéro ISBN  : 978-2-35592-876-5
- Prix : 19,90 €


© Kamui FUJIWARA 2007 © OTSUKA Eiji Jimusyo 2007 / KADOKAWA CORPORATION, Tokyo.
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés


Frédéric Leray
9 octobre 2015






JPEG - 20 ko



JPEG - 26 ko



JPEG - 27.9 ko



JPEG - 35.4 ko



WebAnalytics