YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

33 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Albums

7 Merveilles (Les) (T3) Le phare d’Alexandrie, 254 av J.C.
Blengino, Bennato, Saint-Blancat
Delcourt

254 av J.C., cette année vit la mort du premier gardien du phare d’Alexandrie : Andronikos. Ce dernier chuta du haut du phare, là où se trouve la lanterne et le mécanisme tenu secret. Mais quand les gardes de la garnison du phare montèrent pour comprendre ce qu’il s’est passé, ils ne trouvèrent rien. Chutant tel Icare, le corps enflammé d’Andronikos a de quoi poser des questions, surtout que le gardien du phare est un personnage important, ayant accès au futur car la partie du phare où se trouve la lanterne est un lieu des plus secrets, comprenant des machines dont la construction fut réalisée par un petit groupe d’initiés. Devant une telle affaire, Ptolémée II choisit pour enquête un de ses hommes de confiance, le général Kiostrates. Ce soldat macédonien est connu pour sa rigueur et les premiers éléments en sa possession prouveraient que Andronikos a été poussé du haut du phare. Mais qui pouvait donc en vouloir à cet homme ? Et surtout, pourquoi l’assassiner ?


Les indices que trouve le général en haut du phare ne font que conforter sa première impression : un morceau d’étoffe rouge sur le toit du phare et un mystérieux parchemin caché parmi les affaires du gardien. Le document contient des calculs mathématiques dépassant les connaissances du militaire, mais ne pouvant faire connaitre ce parchemin à des érudits à la fidélité douteuse, Kiostrates choisit de faire appel à quelqu’un ayant besoin d’un soutien pour sortir de la misère dans laquelle il est tombé : un jeune égyptien qui fut renvoyé de l’université d’Alexandrie, Mathyatu. Le moment est vraiment très mal choisi pour ce genre d’accident et d’énigmes. La ville d’Alexandrie est en effervescence car la cour s’apprête à recevoir le roi Antiochos, qui doit épouser la fille de Ptolémée, Bérénice, et ainsi sceller une paix durable, mais également le grand Archimède est en visite, reçu avec les honneurs que ce grand mathématicien mérite. L’enquête de Kiostrates et Mathyatu va les mener là où ils n’auraient jamais dû pénétrer et surtout découvrir le terrible complot fomenté par des fidèles du roi...

JPEG - 56.9 ko

Pour ce troisième tome des “7 Merveilles”, Luca Blengino s’attaque au phare d’Alexandrie. Contrairement aux deux autres merveilles évoquées dans cette collection, de nombreuses informations existent sur ce phare titanesque, basé sur l’île de Pharos (qui donna son nom à ce type de bâtiment). Il éclairait la Méditerranée sur 48 km, selon l’écrivain romain Flavius Josèphe (né en 37 et mort en 100 après J.C.). Si l’extérieur du phare est décrit très en détails, l’intérieur et en particulier le mécanisme de la lanterne était gardé comme un secret défense et il n’existe donc aucune indication sur le fameux mécanisme dont Luca Blengino dut réinventer le principe.

Le scénariste prend appuie sur un fait historique : le mariage de Bérénice Syria, fille de Ptolémée II, et de Antiochos II, mariage qui mettra fin à la deuxième guerre de Syrie. Ptolémée II est aussi le roi qui acheva les travaux du phare d’Alexandrie, il ne pouvait donc qu’être aux premières loges pour ce one-shot dédié à cette merveille du monde. Luca Blengino part sur une enquête policière qui tombera vite sous la théorie du complot, qui prend donc un sacré coup de jeune. L’histoire est plutôt bien menée, à un rythme permettant au lecteur de ne pas s’ennuyer une seule minute, sans toutefois être perdu ou sentir de trop grandes ellipses. Les personnages plutôt charismatiques, avec de vraies gueules, permettent de tenir l’atmosphère et le suspense. Certes, les exploits de Kiostrates sont parfois dignes de James Bond, entre un combat contre des crocodiles et une escalade à mains nues du phare, mais quelque part, cela permet de créer une atmosphère de film d’aventure qui passe parfaitement. Archimède jouera le rôle de « guest star », même si Luca Blengino s’inspire à la fois de la réalité historique des séjours du mathématicien à Alexandrie et sur l’utilisation de miroirs que l’on attribue à Archimède pour défendre la ville de Syracuse. L’auteur utilise le concept moderne de l’association d’un flic et d’un pseudo truand pour résoudre l’énigme du meurtre du gardien du phare un duo qui, somme toute, est classique mais rarement mis en scène à cette époque.

Tommaso Bennato est le troisième dessinateur à œuvrer sur cette collection. Son style hyper réaliste, rehaussé de l’excellente colorisation de Cyril Saint-Blancat, nous immerge sans difficulté dans cette Alexandrie de 254 avant J.C. Le dessinateur italien, qui s’est nourri au comics durant son enfance, s’est fait connaitre aux éditions Clair de Lune, avec la série “Mystic Hearth”. Il fait donc un grand écart visuel entre le monde futuriste de “Mystic Hearth” et l’Egypte antique du phare d’Alexandrie. Son dessin est aussi plus mature, une évolution nécessaire et réussie pour entrer dans une collection avec un style graphique réaliste. Et l’Antiquité semble lui porter chance puisqu’il a mis en image le tome de la collection “L’Homme de l’année” intitulé “L’Homme qui voulut venger la mort de César”. Pour dessiner le phare, contrairement à ses prédécesseurs, Tommaso bennato pouvait s’appuyer sur des descriptifs de sa forme et de sa base, ainsi que des statues le décorant. Peut-être pas le meilleur des cadeaux car ses dessins deviennent alors plus explosés aux critiques d’historiens aguerris (ce qui n’est pas mon cas). Par contre, il lui fallut plus d’imagination pour l’intérieur et le mécanisme de la lanterne et des miroirs. Le rendu n’en demeure pas moins de qualité, avec de très belles pleines pages présentant le phare plein pied.

La collection des “7 Merveilles” n’en finit pas de nous surprendre dans le bon sens du terme et on ne saurait s’en plaindre.


(T3) Le phare d’Alexandrie, 254 av J.C.
- Série : Les 7 Merveilles
- Scénario : Luca Blengino
- Dessin : Tommaso Bennato
- Couleur : Cyril Saint-Blancat
- Couverture : Matthieu Rebuffat
- Éditeur : Delcourt
- Collection : Conquistador
- Dépôt légal : 20 aout 2014
- Format : 240x320 mm
- Pagination : 56 pages couleurs
- Numéro ISBN : 978-2-7560-3153-8
- Prix public : 14,50 €


A lire sur la Yozone :
Les 7 Merveilles (T1) La Statue de Zeus, 432 av J.C.
Les 7 Merveilles (T2) Les Jardins de Babylone, 585 av J.C.


© Editions Delcourt - Tous droits réservés



Frédéric Leray
13 mai 2015







JPEG - 19.1 ko



JPEG - 34.5 ko



JPEG - 22.9 ko



JPEG - 33.7 ko