YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Esteban (T5) Le Sang et la Glace
M. Bonhomme
Dupuis

A peine sortis du pénitencier d’Ushuaïa, Esteban et ses amis rejoignent en urgence un territoire enneigé, désert et hostile. Les fugitifs s’apprêtent à combattre pour leur liberté. Serait-ce la fin des aventures du jeune homme ?
Quand le sang et la glace se mêlent, ils poussent nos héros à des choix désespérés.



Dans le précédent épisode, “Prisonniers du bout du monde”, Esteban réussissait l’exploit de faire évader ses comparses de la prison d’Ushuaïa. Pour cela, l’équipage du Léviathan avait dû prendre en otage Clara, la femme du gouverneur d’Ushuaïa, et voler un bateau à vapeur, qui n’était pas adapté aux grandes traversées. Esteban et ses compagnons étaient libres… mais pas pour très longtemps.

Ce cinquième tome est la suite directe des aventures du jeune indien orphelin. Les évadés sont très vite pris dans une tempête, obligés d’attaquer le bateau à la hache pour alimenter la chaudière et regagner la côte au plus vite. Ils débarquent ainsi sur une terre isolée, recouverte de neige. L’endroit semble désert. Les fuyards acceptent alors l’idée de mourir de froid ou de faim sur cette terre hostile. La liberté aura été à ce prix. Mais les aventures de nos héros ne vont pas s’arrêter là. Les fugitifs se retrouvent très vite sous une pluie de flèches, envoyés par une tribu indienne hostile à l’homme blanc. Il faudra tous les talents de négociateur d’Esteban pour les sortir de ce mauvais pas. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, le navire du pénitencier arrive à leur trousse. Nos amis sont pris au piège. Leurs seules monnaies d’échange : quelques fusils et la femme du gouverneur. Mais est-ce suffisant ?

JPEG - 41.5 ko

Le scénario est assez simple, très classique, mais reste intéressant. Les relations entre les personnages, comme entre Esteban et Clara, sont plutôt bien traitées. Sans être totalement réaliste, l’ensemble reste crédible et on se laisse facilement emporter par cette aventure aux nombreux rebondissements. Le lecteur est même surpris par la tournure de certains événements, comme la scène de la grenade. Au final, ce cinquième tome m’a procuré plus de plaisirs que le précédent.
Cet album est tout public, bien qu’il comporte de nombreuses scènes de violences. Les morts sont fréquents mais ils concernent, en grande majorité, les ennemies et les personnages secondaires. Il faut noter également que cet opus clôt le premier cycle des aventures du jeune moussaillon bolivien.

JPEG - 43.7 ko

Les dessins, de Matthieu Bonhomme également, servent parfaitement le récit. Les détails sont limités, ce qui renforce l’impression d’un désert de glace. Les plus critiques trouveront peut-être que certaines scènes d’actions manquent un peu de mouvements. Le cadrage et la mise en page restent classiques mais efficaces. Les teintes subtiles de Delphine Chedru, dans les scènes de jour comme de nuit, s’adapte parfaitement à l’ensemble.

Une belle réussite graphique donc, dans le pur style franco-belge. Les amateurs apprécieront.


(T5) Le Sang et la Glace
- Série : Esteban
- Scénario : Matthieu Bonhomme
- Dessin : Matthieu Bonhomme
- Couleurs : Delphine Chedru
- Éditeur : Dupuis
- Dépôt légal : 30 août 2013
- Format : 220 x 300 mm
- Pagination : 48 pages couleurs
- ISBN : 978-2-8001-4737-6
- Prix public : 12,00 €


A lire sur la Yozone :
Esteban reprend la mer en juin
Esteban (T4) Prisonniers du bout du monde


Illustrations © Bonhomme et Dupuis (2013)


Allison & Julien
24 janvier 2014






JPEG - 37.7 ko



JPEG - 36.3 ko



JPEG - 42.8 ko



JPEG - 36.1 ko



JPEG - 41.2 ko



WebAnalytics