YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

59 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Mangas

Jojo’s Bizarre Adventure - Phantom Blood (T1 et 2)
Hirohiko Araki
Tonkam

Jonathan Joestar, dit Jojo, vivait une enfance heureuse et insouciante dans le manoir de son riche père. Mais un jour, un étrange jeune homme fait son apparition dans sa vie. Il est le fils de l’homme qui sauva Lord Joestar lors de l’accident qui coûta la vie de la mère de Jojo. Dio Brando va rapidement faire de l’existence du jeune lord un enfer car son but véritable est de prendre possession de la fortune des Joestar. Et pour cela, il doit d’abord isoler Jojo, le faire détester par ses amis, le priver de tout ce qui peut lui apporter le moindre réconfort, quitte à maltraiter celle qui a osé s’attacher à Jojo, cette fille Erina. Sans oublier ce maudit chien dont la fidélité sans faille pour son maître exaspère au plus haut point Dio....


Sept ans ont passé depuis l’arrivée de Dio chez les Joestar et ce dernier a changé de procédé d’approche avec Jojo. Il est devenu un ami pour celui qu’il hait. Mais sa tentative d’empoisonnement de Lord Joestar est tombée à l’eau à cause d’une vieille lettre de son père. Et voila Jojo parti dans les quartiers malfamés de Londres pour retrouver l’apothicaire asiatique qui a vendu le poison. Dio a trois jours pour mettre en place un plan afin de se débarrasser du fils Joestar. Et Dio se rappelle d’un étrange masque de pierre en possession de Jojo qui a l’étrange faculté de planter des crocs d’ivoire dans le crane de celui qui le porte si jamais il est éclaboussé de sang. Seulement, en le testant sur un malfrat du coin, Dio découvre que le masque a en réalité la capacité de révéler des facultés alors cachées chez celui qui le porte...

JPEG - 71.2 ko

A l’occasion de la réédition par les éditions Tonkam de la saga “Jojo’s Bizarre Adventure”, il nous est apparu opportun de refaire un point sur l’intégralité de cette série atypique qui a marqué un certain nombre de mangakas et qui se poursuit encore aujourd’hui.

C’est en aout 1987 que sort en format relié le premier tome de la série “Jojo’s Bizarre Adventure”. Hirohiko Araki est alors un peu connu pour des mini-séries allant du policier au fantastique. “Jojo’s Bizarre Adventure” est sa première vraie série qui va devenir l’oeuvre de toute une vie, en atteignant son apogée avec la troisième partie de la série : “Stardust Crusaders”, qui a fait l’objet de la première réédition.

Mais revenons à ces premiers tomes, certes pas les meilleurs, mais qui montrent aussi toute la progression et l’évolution aussi bien dans son scénario que dans son dessin du mangaka. L’histoire nous emmène en 1880, dans l’Angleterre Victorienne, à l’époque d’un certain Jack l’Eventreur. L’histoire commence plus comme un drame où un jeune homme dévoré par son ambition, Dio, va tenter de voler la fortune d’un jeune garçon naïf, ayant une vision idéale du gentleman, Jonathan. Les deux jeunes gens vont tout d’abord s’affronter psychologiquement mais aussi physiquement pour déterminer qui est le plus fort des deux. Dio se révélera aussi violent que fourbe et avouera avoir assassiné son père en l’empoisonnant, méthode qu’il comptait bien réutiliser sur Lord Joestar.

Mais dans le deuxième tome, le fantastique va prendre le dessus sur le conflit entre le riche et le pauvre. Le masque de pierre Aztèque va enfin montrer ses terribles pouvoirs et transformer Dio en un monstre qui hantera pendant de longs tomes la famille Joestar. Le conflit social que développait doucement Hirohiko Araki peut laisser la place au combat à mort que vont se livrer Jojo et Dio durant la quasi intégralité du tome 2. Jouant bien moins sur la psychologie des deux personnages qui fut largement développée dans le premier tome, le deuxième s’avère plus violent, voire même gore.

Le style graphique de Hirohiko Araki rappelle fortement celui d’une autre série mythique qui explosa au début des années 80 : Hokuto no Ken. Le design des personnages n’est pas sans évoqué ceux de Tetsuo Hara et un lecteur un peu pernicieux pourrait voir des similitudes assez nombreuse entre Kenshiro et Jojo, et Dio et Shin. Les méthodes graphiques pour représenter les membres brisés ou les cranes explosés sont là aussi très similaires. Toutefois, comme Tetsuo Hara dans les premiers tomes d’Hokuto no Ken, les dessins de Hirohiko Araki sont encore imparfaits, les corps de ses personnages pas toujours bien proportionnés ou aux mouvements improbables. Les traits des personnages ont encore un peu de mal à se stabiliser mais la saga n’est qu’à ses prémices.

“Jojo’s Bizarre Adventure” a essuyé les plâtres de premiers tomes un peu bancals graphiquement mais qui montraient déjà un potentiel intéressant, surfant aussi sur le succès d’autres séries comme Hokuto no Ken.


Jojo’s Bizarre Adventure - Phantom Blood (T1 et 2)
- Auteur : Hirohiko Araki
- Traducteur  : Satako Fujimoto
- Éditeur français : Tonkam
- Format : 110 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 2 juillet et 27 aout 2014
- Numéro ISBN  : 978-2-7560-6103-0 ; 978-2-7560-6181-8
- Prix : 6,99 €


JOJO’S BIZARRE ADVENTURE © 1986 by Hirohiko Araki / SHUEISHA Inc.
© Tonkam - Tous droits réservés



Frédéric Leray
11 août 2013







JPEG - 30.9 ko



JPEG - 41.5 ko



JPEG - 40.4 ko



JPEG - 37.4 ko



JPEG - 41.2 ko



JPEG - 40.2 ko