YOZONE
Le Cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

39 visiteurs en ce moment



Yozone LittératureCritiques

Elfes et assassins
Sylvie Miller et Lionel Davoust
Mnémos, Fantasy, nouvelles (France), anthologie Imaginales, 236 pages, mai 2013, 16€

L’elfe, c’est la pureté, la lumière. Une certaine distance aussi, une froideur hautaine d’être magique, merveilleux. L’assassin, c’est la violence, la noirceur, les ténèbres. La bassesse humaine.
Mais pas que. Les auteurs au sommaire vont exceller à déjouer ces images d’Épinal. (oui, elle était facile, désolé.)



Pierre Bordage ouvre le recueil avec “La dernière affaire de Sagamor”, histoire somme toute classique, mais qui a le mérite de poser le thème. Le vieil assassin se voit bien finir sa carrière sur un coup mémorable, et quoi de mieux qu’une créature presque légendaire. Et puis viennent les questions, les remords...
Raphael Albert nous renvoie dans le Panam de ses deux romans (« Rue Farfadet » et « Après le déluge », Mnémos) pour “La seconde Mort de Lucius van Casper”. Urban fantasy pour cet extrait de journal d’un elfe venu re-tuer son frère... ou ce qu’il est devenu, quelque chose loin de la pureté initiale.
Avec “La légende d’à peu près Punahilka”, Nathalie Le Gendre joue sur la construction d’un mythe et sa transmission. Un conteur et son apprenti, l’histoire d’un elfe qui doit garder vivace la magie chez les homme, et un assassin sur sa route. Plus que le Bien contre le Mal, c’est la magie et le rationalisme qui s’affrontent.
Anne Duguel (Gudule) est la première à prendre un réel contrepied du thème et des figures imposées. Son histoire tient plus du fantastique, voire du cauchemar parental (une mère voit deux de ses trois enfants mourir en moins de 24h, et la dernière est terriblement torturée), et les elfes de son histoire sont plus proches de l’image du folklore populaire que de celle imposée par Tolkien.
Retour à la fantasy épique avec Jean-Philippe Jaworski. Son “Sentiment du fer” fait la part belle à l’image légendaire de l’elfe, dans une sombre histoire de complot politique. Comme quoi, l’assassin a lui aussi besoin de modèles héroïques.
Du rififi entre les oreilles” apporte une touche d’humour noir au recueil. Anne Fakhouri nous plonge dans une urban fantasy de Prohibition avec une équipe de gangsters contrainte d’accueillir le neveu du boss dans leurs rangs : un demi-elfe féru de psychologie... Leurs méthodes vont s’en trouver à jamais changées ! Pour ceux qui voudront prolonger l’ambiance, on conseillera les « Chroniques du Grimnoir » de Larry Correia à l’Atalante (le tome 2 vient de paraître).
Rachel Tanner nous la joue espionnage et commando dans un contexte très contemporain (Notre-Dame des Landes) avec “La Nature de l’exécuteur”. Peut-on aller contre sa nature, contre son sang ? Contre son camp ?
Fabien Clavel nous replonge dans l’univers de « Requiem pour Elfe Noir ». Son “Libera Me” sonne comme une préquelle délicieusement noire et désespérée.
Jeanne-A Debats fait elle aussi référence à une œuvre précédente, son “Eschatologie du vampire” faisant écho à « Métaphysique du vampire » (Ad Astra). Un couple mal assorti, vampire bougon et elfe rayonnante, pour une mission en direct d’Avalon : assassiner un bâtard d’Obéron, sur ordre de son épouse jalouse. Mais rien ne va se passer comme prévu dans ce Paris contemporain.
On reste au XXe siècle avec “Elverwhere” de Xavier Mauméjean. En guise de 3e guerre mondiale, les elfes ont envahi l’Europe pour punir les hommes de leurs crimes. Un complot prévoit d’assassiner le roi Freyr. Est-ce seulement possible ? Qui aura la force morale suffisante pour contrer les pouvoir mentaux des elfes ? Et si la meilleure défense était la plus grande faiblesse du plan ? Bref, un échec programmé, encore une fois.
Il faudra l’arrivée de Fabrice Colin et David Bry pour retrouver des assassins qui atteignent leur cible. Le premier, avec “Sans douleur”, nous lance sur l’euthanasie avant de nous perdre dans les brumes de la mémoire et de l’oubli, l’autre, “J’irai à la clairière”, nous plonge dans la forêt où la foi se heurte à la magie, en écho au thème de Nathalie le Gendre.
C’est à Johan Héliot, que revient l’honneur de clore le recueil. Son bref “Grise Neige” n’est pas de la fantasy, même si cela en prend tous les atours. Une fois la réalité éventée, le point de vue recadré, les masques tombés, le texte ne perd rien de sa beauté ni de sa puissance, son héros n’en devient que plus tragique dans son désir de vengeance.

Un très grand cru 2013. Les genres sont si variés que les textes sont difficilement comparables, et tous sont bons, les "pure fantasy" (Bordage, Jaworski, Bry) comme ceux qui s’en éloignent, un peu ou beaucoup. « Elfes et assassins » dresse en fait un excellent panorama de la production étiquetée fantasy en France, et montre la diversité du genre et la qualité des plumes de l’imaginaire hexagonal. Les fans pourront râler que le thème est quelque peu malmené, ou que trop d’auteurs réemploient univers et personnages personnels (qui a dit "auto-promo" ?). Mais c’est pour mieux envisager les différents visages des elfes, des plus évidents aux plus fouillés, et dans des situations qui nous changent de papa-Tolkien-à-qui-nous-devons-tout donc on ne va pas les blâmer de nous en ouvrir les portes sur 300 pages et pas seulement sur 30. Promouvoir de la qualité n’a jamais fait de mal, ce ne sont pas les anthologistes Sylvie Miller et Lionel Davoust qui me contrediront (lisez leurs propres ouvrages, ils sont également excellents !)
Beaucoup de noirceur, mais pas que : de l’humour, certes noir aussi, du tragique, de l’engagement, des larmes... et 13 bons moments de lecture. Certes souvent tristes, mais en invitant la mort au sommaire, qu’espériez-vous ?

On notera pour finir l’effort fait au niveau prix, tiré encore un peu plus vers le bas.


Titre : Elfes et assassins (nouvelles, anthologie du festival Imaginales 2013)
Direction de l’anthologie : Sylvie Miller & Lionel Davoust
Auteurs et nouvelles :
- Pierre Bordage : La dernière affaire de Sagamor
- Raphael Albert : La seconde Mort de Lucius van Casper
- Nathalie Le Gendre : La légende d’à peu près Punahilka
- Anne Duguel : Le sourire de Louise
- Jean-Philippe Jaworski : Le Sentiment du fer
- Anne Fakhouri : Du rififi entre les oreilles
- Rachel Tanner : La Nature de l’exécuteur
- Fabien Clavel : Libera Me
- Jeanne-A Debats : Eschatologie du vampire
- Xavier Mauméjean : Elverwhere
- Fabrice Colin : Sans douleur
- David Bry : J’irai à la clairière
- Johan Héliot : Grise Neige
Couverture : Jean-Sébastien Rossbach
Éditeur : Mnémos
Collection : Fantasy
Site internet : page roman (site éditeur)
Pages : 236
Format (en cm) : 15,5 x 23,5 x 2,1
Dépôt légal : mai 2013
ISBN : 9782354081560
Prix : 16 €


À lire également sur la Yozone :
- Les anthologies des années précédentes : « Rois et Capitaines », « Magiciennes et Sorciers », « Victimes et Bourreaux », « Reines et Dragons »


Nicolas Soffray

19 juin 2013




 
JPEG - 39.3 ko