YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Cellules
Jérôme Sorre
La Clef d’Argent, KholekTh, n°15, nouvelles (France), fantastique, 189 pages, mars 2012, 12€

Jérôme Sorre, qui a fait ses premières armes dans le Club Diogène à la Clef d’Argent et chez Malpertuis, nous livre un premier recueil dont la sombre et inquiétante couverture ne laisse rien présager du foisonnant contenu. Si le fantastique est son terrain de prédilection, il touche ici à tous les genres, et toutes les ambiances.



La preuve par une revue en détail :

Le Monstre” oppose un enfant terrible (réellement terrible) à ce qu’on découvre, après avoir penché pour un pervers, être un vampire. L’auteur renouvelle le personnage, mettant sa créature à cent lieues des clichés du genre, de Dracula aux derniers avatars édulcorés de la bit-lit. Son monstre, certes cruel, fait presque pitié au fil des pages et des découvertes sur son état. C’est normal, me direz-vous, car le véritable monstre de l’histoire, c’est ce garçon violent et prêt à tout pour plus de pouvoir et d’ascendant sur les autres êtres humains. Tout, même le pire. Loin de toute humanité.
Brrr...
La brève nouvelle “Les Fiançailles de Julie” détourne adroitement un conte archi-connu, et une seconde fois fait basculer le lecteur dans le plus grand effroi. Re-brrr...

Avec “L’Héritage”, direction l’Asie pour le dernier acte d’un contrat qui lie une famille à une créature de légende. Un coup de dés dangereux pour sauver la vie d’une enfant. Exit le fantastique pur, nous voilà presque en fantasy féérique.
Impression de fantasy également avec “Reflets de soie”, qui lorgne plutôt du côté de la science-fantasy dont les auteurs d’outre-Atlantique ont écrit les plus grandes pages. Un roi, gardien, face à une Porte métaphysique. Une vie passée à en chercher le sens. Un texte sur la passion, assez philosophique, captivant.

De retour sur le plancher des vaches avec “151 vagues d’écume”, variation somme toute classique, mais bien menée, sur l’envahissement d’un élément intrusif qui va dévorer l’existence du personnage. Ici, un livre qui s’invite dans la librairie îlienne d’Alan, jusqu’à...

L’Homme Faible” commence sur des allures de fantastique, avec un mâle doté du pouvoir de séduire instantanément toute femme, et de la plier à ses désirs. On sent le fantasme masculin. Mais quand la chair ne lui suffit plus, l’homme donne vie aux photos. Puis, après avoir assouvi cette pulsion charnelle jusqu’à la lie, et au dégoût, il part en quête de la Beauté, et de l’Amour. Nouvelle à chute, la conclusion nous oriente vers un tout autre genre littéraire, et prolonge nos réflexions sur la sensualité, la sexualité et nos corps.

Les Heures Mortes” nous ramène sur la voie du vampire, pour explorer ce lien entre le chasseur et la proie, et la source de sa puissance : ici encore, séduction, amour ?, passion. Et manque, qui entraîne une irrépressible quête d’un bonheur fugace, déraisonnable et presque malsain.

Anonymes ” est une invasion dans le quotidien, soit la définition du fantastique prise au pied de la lettre. Oppressant, effrayant, on en ressort secoué.

La Nuit des Murailles” poursuit dans la même veine. Une sorte de folie collective pousse les habitants d’un village à chasser les « étrangers ». Pour le couple venu visiter des amis, la fuite devient question de survie. Et à l’image du « Ravage » de Barjavel, si ce mal avait gagné tout le pays, où aller ? Et pour y trouver quoi ?

En conclusion, “L’Éveil” semble donner la solution, dans une rébellion des arbres qui contraint trois bûcherons à trouver refuge au milieu d’un lac. Et si l’Homme avait fait assez de mal, et que la Nature reprenait les commandes ?

La collection KholekTh recèle de trésors méconnus. Jérôme Sorre est visiblement un nom à retenir, pour qui ne craint pas de frissonner, ni de regarder par-dessus son épaule et sous son lit une fois un de ses textes terminé. Car trouver le sommeil ensuite tiendra de la gageure.


Titre : Cellules (nouvelles)
Auteur : Jérôme Sorre
Couverture : Forêt vierge, Artur Grottger, 1864 (détail)
Éditeur : La Clef d’Argent
Collection : KholekTh
Site Internet : page roman (site éditeur)
Numéro : 15
Pages : 189
Format (en cm) : 11 x 17,3 x 1,6
Dépôt légal : mars 2012
ISBN : 979-10-90662-02-5
Prix : 12 €



Également sur la Yozone, les chroniques de :
- Le club Diogène : « Vilaines Romances » chez La Clef d’Argent
- « Le Chérisseur de Têtes et Autres Pacotilles pour le Club Diogène (1871-1877) » chez Malpertuis


Nicolas Soffray
26 avril 2012






JPEG - 13.1 ko



WebAnalytics