YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Étranges Soeurs Wilcox (Les) (T.1) : Les Vampires de Londres
Fabrice Colin
Gallimard Jeunesse, Roman (France), fantastique, 283 pages, août 2009, 13,50€

Tandis que Jack l’Éventreur sévit dans Whitechapel, Amber et Luna Wilcox se réveillent dans un cercueil. Enterrées vives ? Non, car il semblerait bien qu’elles aient la force de s’exhumer toutes seules, comme des grandes. Puis reviennent les souvenirs... La maison en feu, leur père disparu...
Bien heureusement, grâce à leur vieux majordome, elles sont rapidement confiées aux bons soins d’amis de son père, des gens qui se font appeler les Invisibles, et d’un étrange duo : le docteur Watson et son drôle d’ami, Sherlock Holmes.
Ils ne seront pas de trop pour canaliser ces deux petites pestes aux dents longues !



Dans cette nouvelle série jeunesse, « les Étranges Sœurs Wilcox », Fabrice Colin s’amuse, avec un plaisir certain qu’il nous fait vite partager, à jouer avec les légendes urbaines anglaises comme la mythologie des vampires. Il convoque Dracula, Nosferatu, Bathory, et même Stoker, et n’hésite pas à s’approprier le héros de sir Arthur Conan Doyle.

« Les Vampires de Londres » se déroule durant les assassinats de Jack l’Éventreur. Ainsi que l’apprennent les sœurs Wilcox, les vampires existent (et l’un d’eux les a vraisemblablement mordues) et deux clans se livrent une guerre froide à Londres : les Nosferatu, solitaires et guère belliqueux, et les Drakul, plus organisés, sous l’égide de Dracula, et qui rêvent de dominer le monde. Mais face à eux se dressent les Invisibles, des magiciens, parfois d’anciens vampires guéris au service de Sa Majesté. Leur père était des leurs. Aussi décident-elles de marcher dans ses traces, et de mettre leurs dons de vampires, qui se développent très vite, au service du Bien.
Néanmoins, elles cherchent des réponses, et des repères, et ne sont pas les petits soldats obéissants que les Invisibles espèrent. Elles n’en font souvent qu’à leur tête, faisant tourner en bourrique Watson et Holmes.

Là où il faut saluer la plume de Fabrice Colin, c’est dans son portrait du détective. Il a su glisser son héros dans ce Londres parallèle et fantastique sans trahir le personnage, en lui conservant sa profondeur, lui ajoutant quelques cheveux gris et une pointe de mélancolie. Fan de Conan Doyle, je lui tire mon chapeau, et lui pardonne les artifices cruels nécessaires à son récit.

L’intrigue de ce premier volume ne se borne pas, comme c’est souvent le cas, à une simple présentation des personnages. On a droit à une véritable enquête autour du meurtrier de Whitechapel, et qui voit sa résolution dans les dernières pages. Celui qui ne goûtera pas l’univers fantastico-uchronique de Colin ne restera donc pas sur sa faim.

Néanmoins, c’est dans cet univers, ce Londres parallèle de fin de siècle, et ses composantes qu’on trouvera les sujets de réjouissances futures : les différentes sociétés secrètes (les clans vampires, les Invisibles et la Golden Dawn) entreront rapidement en conflit, et un mystère plane encore autour de la transformation en vampires des deux sœurs Wilcox (même si le lecteur un peu âgé devinera certains secrets, tardivement révélés, car hélas pas toujours originaux). Les informations distillées dès le premier chapitre ne trouveront une explication que dans la suite des évènements, peut-être de l’autre côté de l’océan...

« Les Vampires de Londres » s’adresse clairement à un public de jeunes adolescents, auxquels pourraient cependant manquer certaines des références qui feront sourire les plus grands (la comtesse Bathory, Moriarty...). Sans sombrer dans la facilité, Colin nous propose une histoire plus abordable et peut-être un peu moins complexe que La Malédiction d’Old Haven, mais qu’on lira avec le même plaisir.

Vivement la suite !

Aucune faute relevée (c’est très agréable !), mais cinq étranges soucis de ponctuation...

Texte - 375 octets
Les vampires de Londres - corrections

Titre : Les Vampires de Londres
Série : Les Étranges Sœurs Wilcox, tome 1
Auteur : Fabrice Colin
Couverture : Erwann Surcouf
Éditeur : Gallimard Jeunesse
Site internet : page roman
Pages : 283
Format (en cm) : 15,5 x 22, 4 x2,3
Dépôt légal : août 2009
ISBN : 978-2-07-062593-2
Prix : 13,50 €


Nicolas Soffray
14 février 2010






JPEG - 16.9 ko



WebAnalytics