YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

42 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques

Codex Atlanticus n°17
Anthologie sous la direction de Philippe Gindre
La Clef d’Argent, nouvelles (revue, France), fantastique, juin 2008, 80 pages, 10€

Chaque année, La Clef d’Argent nous présente son anthologie de textes fantastiques : le Codex Atlanticus.

Sous la sobre et belle couverture de Mélusine, onze textes figurent au sommaire de ce numéro 17.


Quelques uns sont très courts (“L’épitaphe” de Jean-Jacques Nuel, “Une flaque” de Denis Moiriat et “L’exclusif” de Gilles Bailly) et comptent parmi les moins convaincants. Un traitement trop rapide, pas vraiment de chute, un sujet trop léger nous les font oublier très vite.

“Pierre d’homme” de Christian Hibon et “Reflet” de Franck Denet, un peu plus longs, tombent dans les mêmes travers. Pour le premier, on a du mal à savoir où il veut en arriver et pour le second, inspiré du « Portrait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde, la fin est beaucoup trop rapide pour y adhérer.

“Extension du domaine de la punition” de Timothée Rey se veut humoristique et, si je l’aurais bien vu dans l’anthologie « Conquêtes & Explorations Infernales », dans ce numéro du Codex Atlanticus versé dans un fantastique sombre et classique, son registre détonne. De plus, son auteur, très prometteur, n’est pas très inspiré et fait un peu dans la facilité.

Michel Rullier, avec “Peuchâtre et Gésirac”, traite de l’ogre évoqué pour effrayer les enfants. Les contes ont souvent un fond de vérité et le personnage le découvre à ses dépens. Sans atteindre des sommets, il s’avère meilleur que les productions citées ci-dessus.

Quatre textes se démarquent du lot. Par ordre d’apparition :
“Les livres invisibles” de Philippe Vidal nous présente un écrivain qui utilise une encre de sa composition et qui disparaît aussi vite qu’il écrit. Plutôt que d’enlever de la matière à la réalité, il préfère ce moyen de création, générateur de changements. Original et intéressant.

Dans “Victor Skopein n’est pas mort”, Jean Effer se sert d’une structure éclatée où l’ordre chronologique des évènements est chamboulé. Surprenant par sa construction et par les temps employés, mais justifié par ce qui arrive au personnage. Un beau travail effectué sur ce texte.

Dans une section abandonnée d’un canal rôderait une menace. Affabulations d’un vieil homme ou réalité ? Selon Philippe Bastin (“L’homme-crochet”), on ne serait en sûreté nulle part. Dérangeant et bien présenté.

Avec “La sagesse du fossoyeur”, Stéphane Mouret clôt cette anthologie de fort belle manière. Un jeune homme simplet trouve sa vocation lorsqu’il voit le fossoyeur du village creuser une tombe. Il devient son apprenti puis son successeur et, lors des enterrements, il semble parler à quelqu’un que personne n’aperçoit. Sous des airs assez classiques, Stéphane Mouret signe là un très beau texte, tout en finesse.

Finalement, même si le niveau des nouvelles présentées apparaît inégal, l’initiative de publier une telle anthologie de fantastique est à saluer. Selon les sensibilités, chacun y trouvera son bonheur et gardera certaines images fortes en tête.

Il est à noter qu’aucun éditorial n’ouvre la revue, mais que l’avant-dernière page nous narre une bribe des aventures de Quincampoix et Coolter, prisonniers des pages du Codex. Une trouvaille originale et plaisante !

On peut se procurer ce numéro, ainsi que les anciens, sur la page dédiée au Codex Atlanticus. Et pour découvrir cette anthologie, il y est même possible de télécharger un numéro virtuel, en plus des premières parutions épuisées.
N’hésitez donc pas à suivre le lien.

En tout cas, rendez-vous est déjà pris pour la cuvée 2009 !


Titre : Codex Atlanticus
Numéro : 17
Auteurs : Jean-Jacques Nuel, Michel Rullier, Philippe Vidal, Denis Moiriat, Christian Hibon, Gilles Bailly, Jean Effer, Philippe Bastin, Franck Denet, Timothée Rey et Stéphane Mouret
Sous la direction de : Philippe Gindre
Couverture : Mélusine
Type : anthologie
Genre : fantastique
Périodicité : annuelle
Éditeur : La Clef d’Argent
ISSN : 1145-6892
ISBN : 978-2-908254-65-5
Dimensions (en cm) : 14 x 20
Pages : 80
Prix : 10 €




François Schnebelen
13 juillet 2009







JPEG - 25.6 ko
Illustration de Mélusine

Illustration de Mélusine