YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Tours de Samarante (Les)
Norbert Merjagnan
Denoël, Lunes d’Encre, roman (France), science-fiction, 304 pages, mars 2008, 20€

C’est le premier roman d’un nouvel auteur français de SF, et c’est dans la prestigieuse collection Lunes d’Encre.
Son directeur Gilles Dumay a reçu le manuscrit par la poste. Un rêve d’écrivain devenu réalité. Il faut dire que ce roman possède des qualités qui justifient ce traitement exceptionnel.



C’est l’histoire d’un moment charnière de la cité de Samarante, sur cet autre monde qui a deux soleils et trois lunes. Un monde que les armes climatiques ont détruit et dont il ne reste que des cités perdues dans le désert des tribus, l’« aliène ». La technologie a tellement progressé que l’on peut tout synthétiser (matériaux, animaux et végétaux) et tout hybrider ou presque : greffer des cerveaux humains sur des machines malgré l’aboutissement de l’intelligence artificielle (« technigence ») ou doter une plante de la parole et de l’émotion.

On suit en parallèle trois personnages à qui il va arriver beaucoup de choses en peu de jours. Oshagan est un guerrier comme on n’en fait plus que dans les romans de fantasy, ultra motivé par la vengeance de son clan dont il est le seul survivant (ou presque), habité par la colère, qui dispose de tatouages magiques protecteurs et d’armes climatiques. Triple-A est un orphelin des rues qui rêve d’escalader la plus bizarre des tours qui surplombent Samarante. Cinabre est une « préfigurée », une femme créée adulte en laboratoire, dotée, outre sa beauté et ses cheveux roux réactifs, d’extraordinaires pouvoirs d’empathie.
Cinabre est enlevée par le gouvernement de la cité, Triple-A transformé en centaines de caméras de surveillance et Oshagan a quitté le désert pour assouvir sa vengeance. Les trois héros se retrouveront à la fin, profondément transformés physiquement et psychiquement. Cela leur suffira-t-il pour parvenir au Seuil, prévu dans 113 ans, la fin de leur monde et l’avènement d’une nouvelle forme de vie ?

Ce roman regorge de trouvailles et d’imagination, comme dans un bon roman de SF. On sent à sa lecture qu’il a nécessité une longue gestation pour mettre en place les éléments complexes et imbriqués qui construisent ce monde où se mêlent biogénie et cybernétique, intelligence « humane » et technigence.

L’écriture est originale et le style travaillé. Peut-être un peu trop parce qu’on peut avoir du mal à digérer quelques phrases. Le début du chapitre 2 en est un exemple : « La chaleur déclinante qui d’ordinaire la conduit vers de douces lassitudes l’aide en cet instant à demeurer au seuil de son intensité… Elle se prend à sourire de cette chevelure jalouse, à peine apprivoisée, qui pare la maturité de ses trente ans d’une élégante étrangeté. »
Les dialogues et réflexions des personnages, pour rendre compte de leurs personnalités, sonnent un peu trop début XXIe pour les imaginer d’un autre temps et d’ailleurs. Le langage des cités utilisé par Triple-A sera-t-il compris dans quelques années ? L’utilisation de signes typographiques particuliers n’est pas forcément intéressant, contrairement aux mots inventés.
Pourquoi les cerveaux en charge des vidéos de surveillance sont-ils appelés « gorgones » qui, selon certaines mythologies, ne disposeraient au contraire que d’un seul œil pour elles trois (même s’il vous pétrifie) ?
La fin un peu confuse est complètement ouverte puisque l’avenir de Samarante reste sous la menace d’une guerre... Et que l’on n’a pas atteint le Seuil. Une suite est obligatoire.

Ces quelques remarques parce qu’il faut jouer le critique.
Si la SF vous intéresse, vous ne pouvez pas passer à côté de ce livre intelligemment construit, écrit de façon singulière et passionant de bout en bout. Je n’y ai pas vu de message politique ou métaphysique mais les réflexions sur les limites floues entre l’Homme et la machine ne manquent ni d’intérêt ni d’originalité dans leur mise en scène.

Titre : Les Tours de Samarante
Auteur : Norbert Merjagnan
Couverture (souple) : Manchu
Éditeur : Denoël
Collection : Lunes d’Encre
Directeur de collection : Gilles Dumay
Pages : 304
Format (en cm) : 20,5 x 14
Dépôt légal : mars 2008
ISBN : 978-2-20726014-2
Prix : 20€


Hervé Thiellement
2 avril 2008






JPEG - 15.6 ko



WebAnalytics