Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Monkey Peak (T1)
Koji Shinasaka et Akihiro Kumeta
Komikku éditions

L’excursion avait pour but de réunifier le personnel des laboratoires pharmaceutiques Fujitani. Après le scandale des médicaments ayant de très forts effets secondaires, la direction avait été virée. Le nouveau directeur souhaitait que tous repartent d’un bon pied malgré la période difficile à laquelle l’entreprise devait faire face. C’est ainsi que le personnel fut divisé en petits groupes pour réaliser l’escalade du mont Shirabi. Le groupe de Saotome est loin d’être vraiment uni : entre Okajima, le petit gros bouc-émissaire, Sato, la cheftaine très autoritaire, et le perfide Minami, on ne peut vraiment pas dire que l’ambiance soit très conviviale. Toutefois, malgré l’animosité entre membres des groupes, les 36 employés et supérieurs finissent par atteindre leur objectif avant la nuit. Malheureusement, la petite escapade tourne alors au cauchemar. Un monstrueux singe s’attaque à une tente et tue ceux qui s’y trouvent. Un vent de panique s’abat alors sur les survivants...



Une légende raconte qu’un singe maléfique s’était installé dans la région. Un guerrier avait fini par le jeter du sommet du mont Gansai, surnommé depuis Monkey Peak. On raconte depuis qu’un singe démoniaque apparaît parfois, semant la terreur. Est-ce la légende qui a pris corps ? En tout cas, les membres de l’entreprise, sous le commandement de leur directeur, repartent sans demander leur reste au lever du jour. Seulement, quelque chose cloche. Saotome le ressent rapidement et quand il comprend ce qui leur arrive, il est déjà trop tard. Le singe leur a tendu un piège mortel. En déplaçant les panneaux indiquant le chemin à prendre pour descendre rapidement de la montagne, il a orienté le groupe vers la falaise de Yanoguchi. Celle-ci étant à pic, un escalier extrêmement raide en est le seul accès. Saotome tente de convaincre les premiers groupes de rebrousser chemin, mais il est déjà trop tard. Le singe tueur est parvenu à les rejoindre et commence un nouveau massacre avec ceux attendant leur tour au sommet de la falaise.

JPEG - 82.5 ko

Difficile de croire que les premiers mangas de Koji Shinasaka avaient pour sujet des joueurs de mah-jong en découvrant le synopsis de “Monkey Peak”. Le mangaka fait réellement un grand écart dans le genre abordé. Il nous plonge cette fois dans un pur survival horror. Le scénario est simple en théorie : les membres d’une entreprise pharmaceutique sont poursuivis par un singe tueur armé d’une machette. Un Jason Voorhees ayant oublié de passer chez l’épilateur depuis un bon siècle. Toutefois, l’intérêt se révèle rapidement ailleurs : dans l’histoire du personnel de cette entreprise. Pour une fois, nous allons échapper aux écoliers ou aux jeunes adultes. Le groupe se compose de personnes d’âges très variés avec un véritable passé et des caractères parfois un peu caricaturaux car poussés à l’extrême : le petit gros, l’intello, la femme autoritaire, la montagne de muscle, le salaud de service et évidemment le héros. Ce dernier a un passé également très trouble puisqu’il aurait tué plusieurs personnes. Koji Shinasaka prend soin de développer le caractère de ceux devant survivre le plus longtemps afin de bien montrer que le naturel prend irrémédiablement le dessus en cas de stress extrême. Même si les stéréotypes sont inévitables, Koji Shinasaka s’avère très efficace pour agencer les scènes de massacres, les révélations sur les personnages tout en saupoudrant d’un zeste de théorie de complot mêlé de vengeance potentielle.

Le dessin a été confié à Akihiro Kumeta, que nous découvrons sur ce titre. Et le mangaka s’avère vraiment doué. Si le lecteur est pris dans l’histoire est aussi par une très grande variété de trame pour les visages des personnages. Ils ont réellement une gueule et il est impossible de les confondre. Bon, avec leur nombre diminuant à vue d’œil, il peut également se focaliser sur les personnages qui dureront un peu plus. Le design du singe tueur est également une vraie réussite, ajoutant au mystère régnant autour de ce massacre. Le lecteur ne peut croire qu’il s’agisse simplement de l’incarnation d’une légende. Ces meurtres cachent inévitablement quelque chose et le choix de ce groupe ne peut être le fruit du hasard. Les décors participent largement à l’ambiance générale de ce premier tome, le lecteur est au côté de Saotome et de ses collègues. L’immersion est immédiate et on frissonne à leurs côtés. Ce premier tome est très réussi et le suspense est total en le fermant.

“Monkey Peak” est parvenu à créer l’accroche idéale et cette série pourrait rapidement devenir addictive.. s’il reste des survivants après le tome 2.


Monkey Peak (T1)
- Scénario : Koji Shinasaka
- Dessin : Akihiro Kumeta
- Traducteur  : Masaya Morita
- Éditeur français : Komikku éditions
- Format : 13 x 18 cm
- Date de parution : 8 février 2018
- Numéro IBSN : 978-2372873086
- Prix : 7,90 €


© Koji Shinasaka, Akihiro Kumeta 2017
© Komikku éditions- Tous droits réservés



Frédéric Leray
16 mars 2018




JPEG - 29.5 ko



JPEG - 29.6 ko



JPEG - 30.3 ko



JPEG - 33.2 ko



WebAnalytics