YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Fidèle à ton pas balancé
Sylvie Lainé
ActuSF, nouvelles, SF, 496 pages, novembre 2016, 20€

Écrire des nouvelles, c’est bien.
Qu’elles soient régulièrement sélectionnées et primées, c’est mieux.
Les voir réunies en un seul pavé, c’est la consécration.
N’ayons pas peur des mots : Sylvie Lainé est la grande Dame de la SF française. Une SF scientifique, mais également humaine, sensible, touchante.
Dans cette intégrale (en attendant la suite) raisonnée, l’autrice prend le temps de remettre chaque nouvelle dans son contexte. L’ouvrage d’ActuSF, qui compile les précédents recueils de l’autrice, est beau dehors, mais magnifique au-dedans.



26.
Vingt-six nouvelles, et pour qui n’a jamais lu Sylvie Lainé, la claque est immédiate. Claque littéraire, parce que la prose est de haute volée, souvent savante, jamais étouffante. Un solide socle scientifique garantit à chaque texte un solide ancrage dans le réel, le possible, le futur probable.
Je ne me hasarderai pas à un résumé exhaustif, exercice stérile et réducteur, surtout sur une telle quantité. D’autant qu’on ne lit pas un tel recueil comme un roman : plus que jamais, il convient de le déguster un texte après l’autre, de prendre le temps de laisser chaque histoire s’installer, prendre ses aises, la laisser s’épanouir dans notre esprit, et ne pas la remplacer trop vite par une autre.

Et des semaines plus tard, on se constate toujours habité par leur magie, leur poésie, leur violence, leur douleur.
Parfois leur humour. Ainsi en est-il du “Karma du Chat”, où deux couples d’amis se retrouvent dans leur maison toute automatique, peuplée d’IA et de petits drones, que les propriétaires des lieux poussent à coexister et collaborer pour évoluer. Les humains s’émerveillent de leurs progrès comme de ceux de jeunes enfants, les aidant un peu, s’extasiant des résultats. Sans voir les petites bêtises qu’ils ont déjà appris à dissimuler...
Avec “Petits arrangements...” (déjà lu dans « l’Opéra de Shaya »), cette histoire est un rare exemple de légèreté dans le ton. Mais pour tout le reste, (omni)présence de technologique, cohabitation hommes/IA/machines, elle est très représentative de l’œuvre de l’autrice.
Dans les autres, le ton est souvent davantage sombre, tristesse et mélancolie ne sont jamais loin, même si une forme d’espoir éclaire parfois l’histoire. Ainsi de “Un signe de Setty” où le personnage, femme solitaire, crée un monde virtuel à la fois sauvage et désuet, une station balnéaire désertée, pour y retrouver une intelligence (extra-terrestre) et y nouer une relation singulière. Sous un peu de termes techniques, l’envie de se perdre, seule, loin des autres, dans ses souvenirs, dans une sorte de chagrin incarné, mais pas seulement, un lieu à soi où l’on peut rire et pleurer à sa guise, où personne ne vous juge ni ne vous voit si vous ne l’y invitez pas...

La (difficile) relation à l’Autre, aux autres, les contraintes de cette vie de couple, ces carcans sociétaux... dont l’avenir nous libère en partie, sont profondément ancrés en l’Homme et dans les textes de Sylvie Lainé. La séduction chimique de “Toi que j’ai bue en quatre fois”, course après un désir trop parfait pour être incarné... Le plus beau (et triste) dans le très salué “Les Yeux d’Elsa”, histoire d’amour destructrice entre un homme et un dauphin, dans un futur sombre où les mammifères sont tellement manipulés en labo que certains développent pas seulement une intelligence, mais aussi une sensibilité presque humaine...

Dès “Question de mode”, l’autrice nous pousse, via ses personnages, à accepter de faire un pas de côté, à abandonner notre vision anthropocentrée. Admettre les changements, ceux du monde, ceux de nos proches, comme dans “Le Chemin de la Rencontre”, admettre qu’on n’a pas toujours raison, ou pas toutes les cartes en main pour comprendre la situation. Cela passe aussi par des textes plus « scientifiques » (“Partenaires”, “Définissez : Priorités”) où cette acception, cette compréhension que nos carcans mentaux humains sont la principale raison de l’échec, où abandonner cette humanité, ces a priori, ces certitudes quant à notre place sur l’échelle de l’évolution, sur la véracité de nos perceptions (“La MIROTTE”) est la clé.

Sylvie Lainé, cela ne se raconte pas. Cela se lit, se vit, s’insinue mot après mot dans votre esprit et, pour peu que vous l’ayez ouvert, cela vous pénètre profondément et durablement, par petits bouts, une scène, une idée, une sensation. Beaucoup d"émotions.

Une preuve irréfutable que la science-fiction a toute sa place dans la littérature. Loin des lasers, elle plonge aux tréfonds de la nature humaine, la technologie actuelle et future nous donnant les clés fictionnelles pour déverrouiller bien des portes de nos psychés torturées.


Titre : Fidèle à ton pas balancé (nouvelles)
Auteur : Sylvie Lainé
Nouvelles :
Question de mode
Le Prix du billet
Mélomania
Sirius m’était compté
Le Printemps des papillons
Un rêve d’herbe
Subversion 2.0
Thérapie douce
Le Karma du chat
Un signe de Setty
Le Passe-plaisir
Partenaires
Petits arrangements intragalactiques
Petits arrangements intragalactiques (Verso)
Carte blanche
Le Chemin de la Rencontre
L’Opéra de Shaya
Définissez : priorités
Grenade au bord du ciel
Un amour de Sable
Temps, bulles et patchouli
La MIROTTE
Toi que j’ai bue en quatre fois
Les Yeux d’Elsa
La Bulle d’Euze
Fidèle à ton pas balancé
Couverture :
Éditeur : ActuSF
Collection : Les 3 souhaits
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 496
Format (en cm) :
Dépôt légal : novembre 2016
ISBN : 9782366298284
Prix : 20 € ou 7,99€ en numérique sans DRM



Nicolas Soffray
17 décembre 2017






JPEG - 55.9 ko



WebAnalytics