Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Intempérie
Javi Rey, d’après le roman de Jésus Carrasco
Dupuis

Le jour de sa fuite, il s’est blotti dans une cavité, entre terre glaise desséchée et branchages cuits par le soleil. Il entend les hommes du village l’appeler, mais non, il ne fera pas signe de vie, car c’est décidé, aujourd’hui il va essayer de rejoindre le Nord. Il attend la nuit, pour n’être plus qu’une ombre parmi celle des oliviers, ultimes résistants face aux vagues de soleil qui ont brûlé toute cette plaine, autrefois un magnifique grenier à céréales de ce sud espagnol.



Il fuit un père qui le bat, il fuit une vie de misère, il fuit ce cauchemar qui le hante, chaque nuit, quand son père le laisse, seul, avec l’alguazil (ancien fonctionnaire de justice et de police) perdre à jamais son innocence.

Cette nuit-là, il tombe sur le bivouac d’un vieux berger. L’homme, les chèvres, la mule, le chien, tous dorment autour du feu qui grésille. Il a faim, il est épuisé... Il se décide à voler la sacoche, le pain et le fromage. Mais l’homme le surprend, doublement car il ne le rudoie pas, au contraire, il l’invite à s’asseoir, à se reposer et à manger. Ce jour-là, Petit, puisque tous l’appellent ainsi et ne lui reconnaissent pas de prénom, naît une seconde fois.

JPEG - 207.7 ko

Dans les pas du roman de Jésus Carasco ( meilleur roman en langue espagnole de 2013), Javi Rey nous emporte dans un ouragan de violence, sur des terres espagnoles ravagées par une interminable sécheresse. Dans l’aridité de ce pays qui se désertifie, il nous entraîne dans la course d’un enfant brisé, souillé, qui fuit, rompu par la dureté et le vice des hommes. Il a perdu toute confiance en l’humain, mais il n’a pas idée de la difficulté de ce qui l’attend, dans cette plaine tourmentée par la soif. Le vieux chevrier est l’île sur laquelle il peut échouer, l’épaule sur laquelle s’appuyer, la raison pour affronter les événements contraires et grandir, le bâton qui frappe, châtie l’adversaire corrompu et aide à avancer et, enfin, grandir...

JPEG - 155.1 ko

Dans ce récit âpre, cruel, paraissant souvent sans espoir, Javi Rey arrive à poser la poésie du roman de Jésus Carasco, ouvrant le début de l’album et certains chapitres de cases illustrées par les textes de l’écrivain. Un procédé subtil, qui permet d’entrer dans “Intempérie” par son axe littéraire, avant que le dessin souple et élégant ne s’empare de la brutalité du propos, que ses couleurs, souvent sur deux ou trois tons, forcent les contrastes et n’offrent aux pages des instants de pur cauchemar ou subsistent juste un rare oasis de récupération.
“Intempérie” est une magnifique bande dessinée, née dans l’aridité d’un paysage maudit et dans le cauchemar d’un enfant perdu. Sauvé par la main tendue d’un vieil homme, il trouvera peut-être cet endroit où Dieu desserrera enfin l’étau de son tourment, laissant la pluie salvatrice le laver de son désespoir.

JPEG - 154.6 ko

À lire car “Intempérie” est un roman fort, qui a fait se rencontrer un écrivain et un dessinateur pour une adaptation en bande dessinée dont on ne peut que se souvenir, longtemps !


“Intempérie” est en lice pour la remise du prix oecuménique de la BD qui sera remis lors du prochain Festival International de la bande dessinée d’Angoulême.


Intempérie
- Scénario : Javi Rey, d’après le roman de Jésus Carrasco
- Dessin et couleurs : Javi Rey
- Éditeur : Dupuis
- Collection : Aire Libre
- Pagination : 152 pages couleurs
- Format : 19,6 x 25,8 cm
- Dépôt légal : 16 juin 2017
- Numéro ISBN : 9782800171593
- Prix public : 18 €


Illustrations © Javi Rey et Éditions Dupuis (2017)


Fabrice Leduc
31 octobre 2017






JPEG - 79.6 ko



JPEG - 61.1 ko



JPEG - 75.1 ko



JPEG - 66.3 ko



JPEG - 68 ko



JPEG - 65 ko



JPEG - 37.6 ko
Edition spéciale d’Intempérie



WebAnalytics