YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Otto, l’Homme réécrit
Marc-Antoine Mathieu
Delcourt

Une foule immense est rassemblée sur un lac gelé, en pleine nuit. Vu du ciel, cet attroupement a la forme d’un homme. En regardant de plus près, il y a un trou, il manque un homme, c’est Otto. Quelques années plus tôt, dans le musée de Bilbao, on retrouve Otto Spiegel, artiste performiste, nu au milieu du hall soulevant un énorme miroir au dessus de sa tête avant de l’exploser sur le sol. La foule est emballée, son génie est à son apogée. Mais le public ne sait pas qu’il a eu un vertige et que l’explosion du miroir est un accident. Otto a atteint ses limites, sa vie d’artiste prend fin. Ses parents meurent simultanément, il hérite de sa maison d’enfance et d’une mystérieuse malle qui contient une lettre posthume. Ses parents lui expliquent leur expérience ou plutôt leur délire : ils ont filmé et enregistré toute sa vie jusqu’à son septième anniversaire. Cette malle contient des vidéos, des enregistrements, des photos, des dessins, ça parait irréel. Otto est hypnotisé par cette révélation et se plonge d’emblée dans la découverte de lui-même à travers son quotidien de l’époque. Il glisse peu à peu vers des questionnements existentiels qui lui font perdre pied.



Marc-Antoine Mathieu nous offre un livre élégant au format à l’italienne et nous questionne sur nos certitudes les plus profondes. Quel est le sens de notre vie ? Après“Julius Corentin Acquefacques”, son approche divine dans Dieu en personne, sa décomposition du temps dans “3 secondes”, il continue de nous surprendre avec cette fable moderne. “Otto, l’Homme réécrit” est l’histoire d’un artiste en déclin, happé par une malle qui révèle ses sept premières années de vie. Cadeau empoisonné offert par ses parents ? Après avoir cassé son miroir à Bilbao, il part en quête de son identité en se replongeant dans sa petite enfance. Otto est un palindrome et Spiegel signifie miroir en Allemand, ce n’est pas un hasard, tout a été choisi avec minutie.

PNG - 223.4 ko

Otto est un personnage troublant, qu’on voit de profil, rarement de face. Il a hérité de sa jeunesse, de ses souvenirs, tout est répertorié par ses parents, plus rien ne peut lui échapper. Il s’enferme pour tout écouter, tout lire, tout analyser, il revit toutes ces années à la seconde près et ne vit plus que pour se redécouvrir. Il plonge dans son intérieur jusqu’à s’isoler complètement de l’extérieur. Est-ce le début de la folie ?

PNG - 377.4 ko

Pas besoin de dialogue ni de scène active, les commentaires sous les superbes cases en noir et blanc suffisent à se noyer dans cette immensité qui est la connaissance de soi. Les dessins sont impressionnants et étourdissants, c’est Marc-Antoine Mathieu lui-même qui en parle le mieux : « Mon dessin, c’est un dessin appliqué. Parmi mes influences : Chaland, Hergé, Jacobs... C’est un dessin qui tend à être invisible ». Les reflets, les jeux de miroir, la géométrie des formes, chaque détail à son importance, à l’image de la magnifique couverture sobre qui représente un arbre dont les branches dessinent une silhouette humaine.

PNG - 112.3 ko

Marc-Antoine Mathieu nous propose un parcours de vie emprunt de philosophie qui ne laisse pas indifférent. “Otto, l’Homme réécrit” est un voyage dépaysant au pays de notre être, un conte philosophique qui nous fait perdre pied. Cette œuvre est fascinante mais n’est pas à la portée de tout le monde puisqu’elle ne se lit pas comme une BD classique mais comme un conte philosophique qui interroge sa propre existence.

« Les hommes se trompent en ce qu’ils se croient libres ; et cette opinion consiste en cela seul qu’ils ont conscience de leurs actions et sont ignorants des causes par où ils sont déterminés », Spinoza.


Otto, l’Homme réécrit
- Scénario : Marc-Antoine Mathieu
- Dessins : Marc-Antoine Mathieu
- Éditeur : Delcourt
- Collection : Hors Collection
- Format : 30,5 x 19,6 cm
- Pagination : 72 pages noir et blanc
- Dépôt légal : 26 octobre 2016
- Numéro IBSN : 978-2-7560-8019-2
- Prix public : 19,50 €


À lire sur la Yozone :
Dieu en personne


Illustrations © Marc-Antoine Mathieu et Delcourt (2016)


Anne Schnebelen
19 septembre 2017






PNG - 19.8 ko



PNG - 42.6 ko



PNG - 38 ko



PNG - 49.4 ko



PNG - 89.3 ko



PNG - 20.2 ko



PNG - 15.8 ko



PNG - 37.1 ko



WebAnalytics